topblog Ivoire blogs

26/07/2012

ADO solution : Flambée des frais d’inscription dans les universités publiques

Les prétendues solutions de Dramane ouattara deviennent de plus en plus amères. Les ivoiriens, en plus de faire face à la flambée des prix des denrées sur les marchés, devront aussi s’accommoder à une nouvelle flambée, cette fois-ci, des frais d’inscription dans les universités publiques.

La décision est tombée hier mercredi 25 juillet 2012, à l’issue d’une rencontre tripartite des présidents des universités de Cocody, d’Abobo-Adjamé et de Bouaké. A la prochaine rentrée académique fixée au 3 septembre 2012, les étudiants devront énergiquement contribuer au coût de leur formation.  Les étudiants Ivoiriens et étudiants de l’espace UEMOA débourseront, pour la Licence : 100.000 FCFA, pour le Master : 200.000 FCFA et pour le Doctorat : 300.000 FCFA. Quand aux étudiants hors espace UEMOA, ils paieront pour la licence : 300.000 FCFA, pour le Master : 400.000 FCFA et pour le Doctorat : 500.000 FCFA.

En tenant compte des capacités financières des parents d’étudiants de Côte d’Ivoire, on peut aisément dire que 95% d’étudiants ne pourront pas s’acquitter de tels frais, surtout dans cette situation de crise. Cette décision grave de conséquence fera mettre à la porte les étudiants des familles pauvres. Mais diantre, où son les pluies de milliards promises par dramane ouattara?

De toutes les façons, dans le contexte sociopolitique actuel où le "président désigné" par la communauté internationale a pris soin de massacrer les étudiants  lors de la crise postélectorale, il n’y aura personne pour tenir tête à son absurde et sadique plan. Les rares responsables "fescistes" restés au pays sont contraints de se mouler dans les engrenages du sanguinaire dictateur en vue de stratégiquement sauver leur vie.  Côte d’Ivoire Yako!

C’est terminé, la période où le Président Laurent Gbagbo ne demandait que de 6.000 FCFA de contribution aux étudiants est révolue.  ADO Solution est dans la place. Désormais, on débourse 100.000FCFA, 300.000FCFA, voire 500.000FCFA pour oser mettre les pieds dans les universités publiques. Tous les étudiants dont les parents déjà éprouvés par la crise qui n’arriveront pas à s’acquitter de cette "contribution" devront aller ailleurs. Ils peuvent devenir des apprentis "Gbagba", des "coxers", des "yambro" ou  mieux encore des supplétifs FRCI. Pas besoin de qualifications universitaires pour ces jobs très en vogue sous Ouattara. L’imposteur Université publique, misère, flambéedévoile petit-à-petit sa laideur et son incompétence notoire. Et la Côte d’Ivoire n’est certainement pas à sa dernière surprise.

06:56 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (8) |  Imprimer |  Facebook | | | |