topblog Ivoire blogs

28/10/2012

SNACOM- FPI : "Le ministre Alphonse DOUATI ramené à la MACA 48h après son exfiltration"

Douati prisonnier politiqueLe samedi 27 octobre 2012, aux environs de 14h00, le ministre Alphonse DOUATI, Secrétaire Général–Adjoint du FPI a été ramené à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) par plusieurs hauts gradés militaires qui l’ont remis au régisseur de la prison. Le ministre DOUATI n’a subi aucun préjudice corporel.

48h plutôt, des militaires lourdement armés - à bord de véhicules 4X4 - ont fait irruption à la prison civile d’Abidjan vers 17h30. Quelques minutes plus tard, une quarantaine de détenus pro-GBAGBO - dont le ministre Alphonse DOUATI - ont été rassemblés au parloir de la maison d’arrêt. Un fourgon cellulaire s’est avancé et à l’appel de leur nom, les prisonniers ont été poussés à l’intérieur du véhicule. Le secrétaire général-adjoint du FPI fut le dernier à être embarqué. Le long cortège s’est fondu dans la nuit, suivi par un véhicule de l’ONUCI.

 

Plus tard, l’on a appris que les détenus « sont été gardés à la MAMA, dans l’attente de leur transfèrement à Korhogo ». Alertée par la Direction du FPI, la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI leur a rendu visite.

 

Sur les quarante (40) personnes « sorties » de la MACA en fourgon cellulaire, le jeudi 25 octobre 2012, seul le ministre Alphonse DOUATI y a été ramené deux jours (2) plus tard. Le Secrétaire Général-Adjoint du FPI a été reconduit à sa cellule par le régisseur de la maison d’arrêt. Les trente neufs (39) autres pro-Gbagbo sont encore  détenus à la MAMA.

 

Ils seront convoyés à Korhogo (nord de la Côte d'Ivoire) la semaine prochaine.

 

C’est le 18 août 2012 que le Secrétaire Général-Adjoint du FPI chargé de l’Action Gouvernementale, Alphonse DOUATI a été arrêté à Abidjan, conduit à la DST puis à la MACA pour « …atteinte à la sureté de l’Etat… ». Son procès n’a pas encore été programmé.

 

Comme lui, de nombreux cadres du FPI - dont le Président AFFI N’guessan - sont incarcérés dans les prisons du nord de la Côte d’Ivoire depuis le 11 avril 2011. Eux-aussi ont été inculpés « de  génocide, d’atteinte à la sureté de l’Etat, de crimes économiques… », à l’instar des membres du gouvernement AKÉ N’GBO qui ne sont pas en exil.

 

Le SNACOM

14:32 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |