topblog Ivoire blogs

19/02/2013

Ouattara offre des pirogues aux marins pour traquer les pirates des hautes mers ivoiriennes

Ouattara incompétent, FRCI, PiratesOuattara a promis que "la Côte d’Ivoire allait surprendre le monde entier". Eh bien, notre cher docteur en économie tient parole. Ouattara offre aux marins ivoiriens des  "pirogues pour traquer les pirates" qui sévissent dans les hautes mers aux larges de notre chère Côte d’Ivoire.

L’information a été crachée par le quotidien Gouvernemental "Fraternité Matin" dans sa livraison N° 14 463 du jeudi 14 février 2013. "Docteur solution" a les solutions à tous les problèmes de la Côte d’Ivoire.

Très certainement, les marins seront équipés de filets avec des mailles conçues spécialement pour capturer ces redoutables pirates armés jusqu’aux dents et capables de détourner des pétroliers et neutraliser l’équipage. Une vraie  "mission suicide" confiée à nos marins par Ouattara, chef suprême des armées.

Ainsi va la nouvelle Côte d’Ivoire sous Ouattara. Si ce ne sont pas des dozos (Chasseurs traditionnels) qui remplacent d’éminents professionnels diplômés de Saint-Cyr, ce sont des Préfets Enarques qui sont remplacés par des illettrés Com-Zones.  Le pays avance sous le très "chevronné" docteur en économie.

11:26 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/09/2012

Adjamé: 600 commerçants déguerpis

Démolition, déguerpissement, OuattaraA Adjamé, plus précisément la zone appelée communément «Renault», où sont installés plusieurs centaines de commerçants, n’existe plus que de nom. Elle a été rasée par les bulldozers du gouvernement Ouattara. C’était dans la journée du jeudi 13 août dernier. Pleurs et sanglots étaient au rendez-vous ce jour-là. «Ce n’est pas normal. Pourquoi choisir la veille de la rentrée scolaire pour détruire nos magasins. Que veulent ces personnes qui refusent la débrouillardise», lance une jeune dame en pleurs. Traumatisée de voir son étal transformé en gravats, elle fond en larmes.

 Elle n’est pas seule. Plusieurs commerçants qui ne supportent pas cette situation se lamentent. Konaté Seydou, libraire «par terre», est de ceux-là. Il dénonce la manière dont l’opération de démolition est menée. «C’est affreux. Nous payons les taxes et autres patentes à la mairie d’Adjamé», déplore-t-il. Pour lui, cette action aurait pu attendre que la rentrée scolaire se fasse. Car, à l’en croire, cet endroit est un repère pour les parents d’élèves. Parce qu’ils viennent acheter les livres et autres manuels scolaires de leurs enfants. Issa Coulibaly, vendeur de chaussures et de tenues vestimentaires, ne comprend pas lui non plus. «Je n’en crois pas mes yeux». Il dit exercer en ces lieux depuis 2003. Mais, jamais, ils n’ont été inquiétés un seul jour. «Je suis ici depuis 2003. Même si parfois des gens venaient nous racketter, mais, nous travaillions correctement. Qu’allons-nous devenir après la destruction de nos magasins ?», se demande-t-il. Pour lui, sa vie s’arrête là. Autre lieu, non loin des tours des 220 logements, même ambiance. Ici, les étals des vendeurs d’habits ont systématiquement été détruits par les hommes mandatés par la mairie d’Adjamé et le ministère de la Salubrité urbaine. «On ne nous a rien dit. Ils sont venus et ils ont commencé à tout détruire sur leur passage. Dieu merci, nous avons sauvé nos marchandises», dit Ahmed, le responsable des commerçants installés en cet endroit. Il ne comprend pas ce qui se passe. La mairie d’Adjamé semble connaître la réponse. «Nous leur demandons tout simplement de s’installer au forum. Il y a encore de la place là-bas. Et puis, l’opération est menée conjointement avec le ministère de la Salubrité urbaine», nous indique un agent des services techniques de la commune, rencontré sur le théâtre des opérations. Qui précise que la démolition des magasins de «Renault» et des 220 logements est le début d’une vaste opération qui s’étendra sur l’étendue du territoire communale. Mais, en attendant, les commerçants déguerpis ne savent où aller puisqu’ils ne veulent pas s’installer au forum.

 

J.A., LG Infos

00:09 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/08/2012

Le Brésil suspend les importations de cacao en provenance de la Côte d’Ivoire

L'imposteur dramane Ouattara est une malédiction pour la Côte d'Ivoire et pour les cacaoculteurs ivoiriens. Par la faute de sa nouvelle structure de gestion de la filière cacao et de ses amis des multinationales exportatrices de Cacao, le Brésil vient de suspendre l'importations du cacao en provenance de la Côte d'Ivoire. Retrouvez ci-dessous,  l'article de Reuters à ce sujet.

Ivory Coast investigates cocoa bugs after Brazil ban

ABIDJAN and BRASILIA (Reuters) - Ivory Coast is investigating how two shipments of cocoa beans exported last month became infested by insects causing the receivinBrésil, Ouattara incompétent, cacao bang country, Brazil, to suspend imports from the world's top grower, an official with the country's marketing board said.

A Brazilian agriculture official told Reuters last week that the shipments, which totalled 10,000 tonnes, lacked the usual documents showing they had been fumigated after loading into the ships' hulls, as required under Brazil's regulations.

"This is an exceptional case. Ivory Coast exports more than a million tonnes (annually). This has never happened," an official with the Coffee and Cocoa Council said on Tuesday, adding that she was not aware of the ban on imports.

"We as an agency are trying to understand why 10,000 tonnes left without this document, which should have accompanied the cargo. We are working to understand at what level things didn't function," said the official, who asked not to be named.

Brazilian authorities said there was no record of any previous shipments imported from Ivory Coast containing insects. However, the country's agriculture authorities have temporarily suspended imports pending the Ivorian investigation.

"Until it is proven that the produce coming from Ivory Coast is in conformity with Brazil's phytosanitary requirements, (the import of) produce coming from this country is suspended," an agriculture ministry press officer told Reuters.

Brazil's cocoa development agency, Ceplac, said there were four or five kinds of insects found in samples from the shipments, all of which were also common in Brazil. None were pests found on cocoa plantations or a threat to Brazil's own production.

The shipments have since been fumigated.

Manfred Muller, a technical coordinator at Ceplac, said the agency would evaluate whether the fumigation had been successful and whether the level of infestation was below the threshold that restricts the cocoa's use or requires it to be incinerated.

Local media reported that Nestle's Brazilian division was the buyer of 4,000 tonnes of the infested cocoa, while the remaining 6,000 tonnes had been purchased by U.S.-based food processor Cargill.

Brazil, the world's sixth-ranked cocoa producer, also imports around 60,000 tonnes of beans annually for processing into cocoa products and confectionary for local consumption and for export. The country was the No. 2 ranked producer until the early 1990s when the fungal disease witch's broom decimated production.

Ivory Coast last season produced over 1.5 million tonnes of cocoa, a record harvest it achieved despite a brief civil war that shut down exports for several months. It is also the world's top grinder of beans.

Source: Reuters (Writing by Joe Bavier; Editing by Gary Hill)

22:29 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

31/07/2012

Universités publiques : après la flambée des frais d’inscription, les chambres passent à 360.000FCFA/an

Après avoir promis des pluies de milliards sur tous les toits, voici qu’une fois au pouvoir, Dramane ouattara a décidé de faire souffrir les ivoiriens et précisément les parents d’élèves. Comme si les massacres réguliers de populations ne suffisaient pas au "boucher de Duekoué", il vient de majorer le lourd fardeau de la misère déjà éprouvant.

De sources concordantes proches des Centres Régionaux des Œuvres Universitaires (CROU), Dramane Ouattara vient de fixer les prix de la chambre en cité universitaire à 30.000FCFA/mois contre 3.000FCFA/mois sous Gbagbo. Un étudiant vivant en cité devra donc débourser annuellement la somme de 360.000FCFA. C’est la mise en œuvre de programme "ADO solutions", zut ! "AO solution", puisse qu’il a officiellement renié son patronyme "Dramane".

Rappelons que, la semaine dernière,  les frais d’inscription ont été fixés à 100.000CFA , 200 000FCFA et 300.000CFA pour les étudiants respectivement en Licence, Maîtrise et Doctorat. Ainsi donc arithmétiquement, tout étudiant désireux de continuer les études universitaires en Côte d’Ivoire et qui, en plus, veut rester en cité pour mieux s’y consacrer devra payer au moins 460.000FCFA, sans les fournitures scolaires et autres besoins académiques.

Bien sûr, Dramane Ouattara et ses "rattrapés" ont pris soin de bâillonner toutes les velléités de révolte avant de balancer de telle décision. Les FRCI sont en alerte maximale depuis le début du mois de juin 2012, prêtes à mater toute manifestation populaire Anti-Ouattara. Les responsables des centrales syndicales ont été formellement menacés après une convocation individuelle dans les locaux de la Police. En outre, les cassiques leaders de la FESCI, principal mouvement syndical des étudiants,  ont tous été virés. Vous avez dit dictature, eh bien la voilà en Live, et  c’est du "Made in Dramanistan". Mais en toute honnêteté, Ça frise la mort programmée du système scolaire ivoirien et universitaire. L’incompétence, la barbarie et la cruauté de l’imposteur Dramane ouattara s’affichent progressivement. on attend la suite avec grincements de dents.

16:19 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |