topblog Ivoire blogs

28/03/2013

Le Facebooker Omraam Alpha raconte son enlèvement et l'enfer vécu entre les mains des FRCI

Facebooker ProGbagbo enlevé, FRCI, ExactionLe Facebooker connu sous le pseudo "Omraam Alpha" a été enlevé en juin 2012 par les FRCI de Ouattara. Il a été trainé dans un camp de FRCI d’où il a subi toutes les formes de tortures. Nous vous livrons un extrait de son témoignage.

 

Au lendemain de mon arrestation, à 7h du matin environ, je sens qu'on ouvre ma cellule. Là, je me connecte avec le ciel. Un FRCI me connaissant très bien se retrouve nez à nez avec moi..."Commandant, celui-là, on doit le dja (tuer)"déclara-t-il. .

Le commandant du camp qui n'était pas loin, lui demande alors les raisons. Et lui donne mon nom et prénom puis explique au camp entier ce que je n'ai pas fait durant la période postélectorale. Alors comme un voleur, tous les éléments FRCI présents, me lynchent jusqu'à ce que je perde connaissance. On me réveille en versant de l'eau sur moi et ça reprenait jusqu'à ce que ça reprenne. A 2 heures du matin environ, menotté, les oreilles, les narines et la plupart de mes articulations en sang, on prend la décision de se débarrasser physiquement de moi. Je demande alors au commandant de respecter ma dernière volonté en permettant à celui qui m'a reconnu de me zigouiller lui-même afin de ne pas induire quelqu'un d'autre dans le péché. Au plus profond de moi, je savais que ce dernier ne pouvait pas. Et ça été le cas, grâce à Dieu. Alors le commandant donna l'ordre qu'on me ramène dans ma cellule après une dernière bastonnade. Les deux bras menottés en arrière et en tenu d'Adam, je suis jeté comme une loque humaine dans ce cachot d'environ 1m carré où, mes voisins immédiats sont les moustiques les plus musclés de cette cité.

J’ai eu une vision dans le cachot

Quelques instants seulement après, comme si le sommeil allait me prendre, je vois un avion, un gros, qui atterrit à l'Aéroport International Houphouët Boigny d’Abidjan. Je vois, ensuite, l'escalier du gros oiseau qui descend, puis je vois un Homme, le PRESIDENT GBAGBO LAURENT qui sort de cet avion les deux doigts en l'air comme à son habitude...Et je vois des images, oui ce sont les ivoiriens et ivoiriennes, mais aussi des africains vivants en Côte d'Ivoire, venant des villages, des campements, des villes etc. ..,et allant en courant à l'aéroport pour accueillir le Digne fils, l'enfant prodige...Et là, je me retrouve tout d'un coup! Je comprends alors, que la prophétie est en marche et qu'elle n'est pas loin de se réaliser...! Vous tous qui êtes encore sceptiques, je vous demande de vous réveiller car si vous ne vous réveillez pas maintenant, vous resterez à jamais dans l'obscurité, même quand le jour se lèvera sur la Côte d'Ivoire! DIEU NOUS SUFFIT !!!

 

Merci à tous ceux qui m'ont soutenu et qui soutiennent les patriotes en difficultés. Que Dieu vous le rendra au centuple!

Omraam Alpha 

16:32 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/07/2012

Les FRCI ouvrent le feu sur un "Gbaka" à Yopougon, 2 passagers grièvement blessés

Hier 26 juillet 2012, un minicar communément appelé "gbaka", à bord duquel ont pris pale plusieurs passagers, a essuyé plusieurs rafales de kalachnikov, peu après 6h, le jeudi 26 juillet 2012, au terminus des bus 42, dans les environs du collège Iges, dans la commune de Yopougon (Sideci).
En effet, selon des sources concordantes, le minicar faisait l’objet de poursuite de la part des hommes en treillis qui ont estimé que le conducteur avait refusé d’obtempérer à leur injonction de le voir s’arrêter pour « un contrôle de pièces ». Le chauffeur qui redoutait le racket dans cette partie de la commune de Yopougon n’a pas voulu s’arrêter et a continué sa route.

Pris en chasse par les hommes en armes que quelques témoins ont assimilé aux éléments de Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), le minicar et ses passagers, avant le terminus des bus 42, a été rattrapé par des rafales de kalachnikov. Paniqués, les riverains qui s’apprêtaient à vaquer à leurs occupations ont détalé. C’était la débandade dans le quartier Sideci. Les habitants tentaient de se mettre à l’abri. Le gbaka, immobilisé par des tirs nourris, c’est un cafouillage. Les passagers en sortent et poussent des cris de détresse.

Si certains s'en sont tirés avec des blessures légères dues à la bousculade et des égratignures de la carrosserie du minicar, ce n’était pas le cas de FRCI, exactions, Yopougondeux passagers. Il s’agit d’une dame qui a reçu une balle dans la cuisse. Son pagne était quasiment imbibé de sang. Un autre passager, un homme d’une quarantaine d’années, a vu la plante du pied éclatée par une balle. Ayant perdu suffisamment de sang tout comme la dame, il a été évacué dans un centre de santé avec les autres passagers blessés.

Source : M’BRA Konan (La Majorité Présidentielle Gbagbo)

18:36 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |