topblog Ivoire blogs

03/08/2012

Universités publiques : Dramane et ses rattrapés font de la surfacturation des travaux

Dramane ouattara a pondu, ce jeudi 2 Août 2012, un décret portant limogeage de M. Adama Méité, Directeur des Affaires Administratives et financières (DAAF) du Ministère de l’Enseignement Supérieur. Ce proche du ministre Cissé Bacongo, nommé dans le cadre de la politique de rattrapage ethnique de Dramane, est accusé d’avoir tordu le cou aux règles et procédures d’attribution de marchés des travaux de réhabilitation des universités publiques.

En effet, le véreux DAAF Adama Méité a accordé des marchés à un opérateur ami, au gré à gré, qui n’a pas d’entreprise dans le domaine des bâtiments et travaux publics (BTP). Ainsi donc, les travaux qui devraient couter 47 milliards FCFA, ont atteint 67 milliards FCFA et enfin 100 milliards FCFA. La coquette somme majorée de 53 milliards de FCFA devraient être distribuée aux dignitaires du régime pourri de Ouattara.

La sulfureuse affaire ayant été sue du grand public, le menteur avéré Dramane Ouattara ne pouvait que se débarrasser honteusement d’Adama Meité, son homme de main spécialisé en surfacturation. Des sources proches du cabinet du Ministre Cissé bacongo révèlent que le DAAF Adama Méité a agit sur ordre direct de sa hiérarchie. Les ivoiriens observent pour voir si Dramane ouattara aura le culot de limoger Cissé Bacongo, un poumon financier de sa sanguinaire dictature.

Rappelons que, le lundi 3 Novembre 2008, le DAAF récidiviste Adama Méité a déjà été interpelé par la police économique, pour délit de détournement d’un montant de 997.498.772 FCFA, dans le cadre de réhabilitation des cités CROU-A.DAAF, Détournement, Régime pourri, Ouattara 

01:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

30/07/2012

Chine, France, UK, et prochainement USA et Russie : que cherche Dramane Ouattara?

 

Il était le 18 juillet en Chine, le 26 juillet en France et fit un tour au Royaume Uni, le 27 juillet 2012. Des sources concordantes annoncent des négociations de Dramane ouattara pour obtenir des rendez-vous fermes avec les Présidents Obama des USA et  Poutine de la Russie. Que cache ce projet de tournée pentagonale de Dramane ouattara ?

 

Ouattara veut une résolution de l’ONU pour créer une force militaire internationale sous-régionale

 

Ces cinq(5) pays ciblés par le dictateur sanguinaire du palais d’Abidjan ont une chose en commun. Ils sont membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU ayant un droit de véto. Des sources très introduites dans les méandres décisionnelles du régime de Dramane révèlent que "le boucher de Duekoué" coure après une résolution onusienne qui transformera la Force Licorne, devenue inerte depuis l’entrée de Hollande à l’Elysée, en une force d’intervention militaire dans la sous-région ouest africaine.  Les mêmes sources confirment que cet accord était déjà conclu entre le belliqueux ex-président Nicolas Sarkozy à son poulain d’Abidjan. Ouattara aurait entre ses mains une puissante force d’intervention militaire, et en tant que président de la CEDEAO, il aurait l’outil adéquat pour démolir toutes les velléités qui rameraient à coutre courant du contrôle parfait que lui et son maître logé à l’Elysée comptaient exercer sur le Golf de guinée, bourré de pétrole et autres précieuses ressources.

 

En marge du sommet sino-africain du 19 juillet 2012, Ouattara fit part de son projet de résolution aux autorités chinoises. Mais, fidèle au principe de non-ingérence dans les affaires internes des autres Etats, le Gouvernement Central de la République Populaire de Chine renvoya bredouille "le très ambitieux" président de la CEDEAO.

 

L’étape française de la tournée de Ouattara s’est déroulée dans une atmosphère hostile au président génocidaire du peuple Wê, le 26 juillet 2012. La rencontre Hollande-ouattara a accouché de promesses financières creuses affectées de plusieurs conditions dont la réconciliation nationale et justice, véritables déboires du régime de Dramane. Le "beau projet militaire" du putschiste avéré tend donc vers une compromission certaine, surtout que Hollande avait promis pendant la campagne de rapatrier les forces françaises extérieures en 2012.

 

Ce fut également un fiasco total au Royaume Uni où Dramane ouattara a été contraint d’interrompre sa conférence à Chatham House le 27 juillet 2012, face aux manifestants qui dénonçaient ses crimes en Côte d’Ivoire.

A mi-parcours, des cinq destinations prévues pour l'obtention de sa force militaire internationale, Ouattara a obtenu : un "non", un "oui, mais" et un "peut-être"Hollande, Dramane, Elysée. Il reste encore les USA et la Russie, 2 étapes au cours desquelles le chef suprême des FRCI devra déployer tous ses argumentaires pour convaincre, s’il tient à avoir sa résolution onusienne de création de cette force militaire sous-régionale.


Ouattara veut montrer qu'il maîtrise la situation à l'approche de l'audience du 13 Août de Gbagbo

 Sur ce plan, Dramane ouattara a essuyé un revers sans précédent. Les mouvements de résistance des partisans du Président Laurent Gbagbo lui ont réservé un accueil digne d'un vrai génocidaire. Pis, il a obtenu les rendez-vous de l'étape européenne (Paris et Londres) dans un contexte où les FRCI appuyées par des supplétifs dozo ont massacré plus de 211 déplacés de guerre dans le camp de Nahibly, près de Duekoué. Visiblement, en terme de sécurité, Ouattara ne maîtrise rien depuis plus 15 mois d'exercice de pouvoir dictatorial. Tous les observateurs de la crise ivoirienne se rendent à l'évidence que la réconciliation en Côte d'Ivoire n'est possible qu'avec la libération de Laurent Gbagbo et des détenus politiques.

Que réservent les 2 autres étapes restantes? Affaire à suivre donc.

05:45 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |

28/07/2012

Gbagbo mobilise ses milliers, Dramane mobilise ses dizaines

Il y avait match, hier jeudi 26 juillet 2012 devant l’Elysée à Paris. La rencontre entre le Président Français François Hollande et le "président commis-voyageur"Dramane, génocidaire, dictateur, Elysée de Côte d’Ivoire Dramane ouattara s’est déroulée dans une atmosphère très tendue.

L’Elysée a autorisé 2 manifestations opposées séparées de seulement 500m, l’une de l’autre. La vérité de la mobilisation devrait donc rejaillir pour que les autorités françaises prennent la vraie mesure de la mobilisation en terrain neutre, loin des intimidations et des brimades des FRCI. L’Elysée a donc intentionnellement autorisé les 2 manifestations et les a disposées face-à-face pour que la vérité soit connue de tous.

Le correspondant du quotidien ivoirien « Soir Info »,Philippe KOUHON présent sur les lieux, rapporte  « la présence d’une dizaine de partisans de l’actuel président ivoirien » face à « un millier de partisans de l’ancien Président Gbagbo ».

Ainsi donc, quoiqu’en prison le Président Gbagbo mobilise, arithmétiquement, 100 fois plus que Dramane Ouattara, le dictateur sanguinaire qui se maintient au pouvoir par la terreur et les tueries massives. « Y a rien en face ». Ce petit exercice a pu permettre aux autorités françaises de se rendre compte que Gbagbo est le vrai Président de Côte d’Ivoire. Les ivoiriens attendent donc que toutes les dispositions politiques soient prises pour que ce procès visiblement  politique aboutisse à la libération sans condition du Président Laurent Gbagbo.

00:11 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/07/2012

Prétendues découvertes d’armes au camp de Nahibly, 2 questions pour confondre Dramane ouattara

Cynisme des cynismes, cruauté des cruautés, c’est le moins qu’on puisse dire après avoir écouté les déclarations de Soumaila Bakayoko, Chef d’Etat Major des FRCI, accompagné par M. Babaud Darret ministre des ex-combattants de Dramane Ouattara, sur le plateau du Journal télévisé de 20H de RTI1 du samedi 21 juillet 2012. Ces 2 hommes de main de Dramane Ouattara, qui rentraient d’une visite du site du carnage survenu la veille dans le camp de Nahibly, affirmaient avoir palpé les prétendues preuves de la thèse du gouvernement de Ouattara, insidieuse thèse selon laquelle "le camp de Nahibly était un nid de miliciens". Se prêtant aux questions du journaliste, le Général FRCI (sapé dans une tenue étoilée qui visiblement dépassait sa taille)  et le ministre, dans une symbiose cyniquement préparée, ont étalé au grand jour les discours qui ont été véhiculés au sein des quartiers de Duekoué bourrés de milices de Ouattara et qui ont produit l’effet escompté par le massacre de 211 personnes, le vendredi 20 juillet 2012. Après ce répugnant pingpong télévisé, le réalisateur du JT balança une vidéo d’à peine 1mn, brandissant 1 RPG et 2 Kalash neufs et très propres, comme armes trouvées dans le camp des déplacés de guerre de Nahibly. 

Une pareille machination d’Etat ne peut laisser indifférent tout observateur objectif de la situation sociopolitique ivoirienne depuis  l’arrivée de Ouattara au pouvoir dans les fourgons blindés des forces françaises et onusiennes. En visualisant cette vidéo des prétendues armes trouvées au camp de Nahibly, 2 questions sautent à l’esprit.

   1- Comment ces 3 armes ont-elles miraculeusement échappé aux flammes ?

Ces armes étaient très neuves et très propres, surtout les 2 kalash. Tous ceux qui ont vu les images du camp complètement calciné, après le passage des milices acquises à la cause de Dramane ouattara, peuvent témoigner que rien n’a échappé à l’incendie criminel. Les dozos et autres supplétifs FRCI qui ont attaqué le camp avaient tout prévu. Des bidons remplis d’essence et des allumettes étaient soigneusement préparés pour que tout brûle dans ce camp, humains, tentes, habits et autres, tout a été passé au feu. Que les fins limiers de ouattara éclairent l’opinion nationale et internationale : Par quel miracle ces 3 armes ont-elles été épargnées par le feu ?  

 

2-      2- Les limiers du Général des FRCI ont trouvé ces 3 armes "avant" ou "après" l’attaque du camp ?

 Cette question est fondamentale dans la mesure où si le Gl Soumaila Bakayoko répond par : « après l’attaque », on pourra aisément émettre l’hypothèse que ces armes ont bien été déposées par les milices de Ouattara qui sont venues massacrés les 211 Wê refugiés dans ce camp, dans le but de porter de fausses accusations sur les victimes.

Si Bakayoko répond par : « avant l’attaque », c’est qu’il s’agit d’une perquisition. Et le Général des FRCI devra expliquer qui a mené ces perquisitions, comment et dans quelles conditions ? Dans ce cas, on peut émettre l’hypothèse que les FRCI ont bien précédé les milices armées qui ont incendié et tué les Wê dans le camp, ou alors que ce sont les FRCI elles-mêmes qui posé cet acte criminel et barbare.

 Autant de questions et d’hypothèses que seule une enquête objective menée par des instances internationales peuvent élucider. Sinon ce serait trop facile pour Dramane de venir travestir les faits et porter des accusations sur des Wê martyrisés et déjà éprouvés dans leur âme. Et le comble dans toute cette affaire, c’est sur la chaîne nationale RTI1 et à des heures de large audience que le gouvernement de Dramane ouattara aime étaler ses complots. On se souvient que le Ministre Moîse LIDA Kouassi a été brandi à la RTI1 avec des marques visibles de séquestration, à la suite desquelles,  Hamed Bakayoko le tristement célèbre ministre loubard de Ouattara lui a arraché des prétendus "aveux"Camp de Nahibly, FRCI, Dozo, DramaneNahibly, Duekoué, FRCI, Doro, Bakayoko, Dramane.

Maintenant que les ferveurs des accusations fallacieuses contre les victimes qu’on veut faire passer pour des miliciens sont passées, que l’ONU mène donc les enquêtes et que les coupables soient punis afin que cesse le cycle d’impunité dont jouit Dramane ouattara et ses criminel de guerre depuis 2002.

 

09:38 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |