topblog Ivoire blogs

22/09/2012

Amadou Koné, Lt FRCI de Noé : "Je n’ai aucune preuve que les assaillants soient venus du Ghana "

FRCI, ouattara, tueriesUne cacophonie monstre règne entre Dramane Ouattara, le chef suprême des FRCI et son Commandant des opérations militaires de la localité de Noé, à 170km au Sud-Est d’Abidjan.

" Je n’ai aucune preuve que les assaillants soient venus du Ghana voisin pour attaquer nos positions " a affirmé le Lieutenant Amadou Koné dit "Sampayo" chef des FRCI de Noé, ce matin, sur RFI.

Entre temps, Dramane Ouattara, Chef suprême des FRCI, a autorisé Paul Koffi Koffi, son ministre délégué à la Défense, à livrer un communiqué dans le JT de 20H du 21/09/2012 de RTI1 d’une extrême gravité accusant le Ghana : "Les positions des FRCI ont été attaquées par des assaillants venus du Ghana. (....). Le reste des assaillants s'est replié en territoire ghanéen. Mis au courant de la situation, le président Alassane Ouattara a informé son homologue ghanéen du repli des assaillants en territoire ghanéen et qu'il avait ordonné pour des raisons de sécurité la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes en direction du Ghana, jusqu'à nouvel ordre".

Dramane Ouattara devient de plus en plus agaçant pour les pays limitrophes. Incapable d’assurer la sécurité des biens et personnes en Côte d’Ivoire, le régime de Ouattara se livre à une vague d’accusations infondées contre ses voisins. Le mois dernier, Liberia voisin subissait les mêmes accusations calomnieuses lors de l’attaque des localités de Pékambly et Bloléquin. Des voix proches des autorités libériennes s’étaient levées pour "condamner ces accusations farfelues" et avaient "exhorté Abidjan à sécuriser les rives du fleuve Cavaly , au lieu de passer son temps à diffamer le Liberia"

Pour mémoire, depuis le 20 septembre 2012, des commandos armés ont attaqué plusieurs cibles militaires à Port-Bouet, à Vridi et à Noé. Selon des sources dignes de foi, le bilan fait état de 16 éléments de FRCI tués et d’importantes quantités d’armes emportées par les assaillants.

Ces attaques  interviennent dans un climat de mécontentement généralisé au sein des éléments des Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), qui pour certains se sentent trahis, parce que n'ayant pas été retenus dans la Nouvelle armée de Dramane Ouattara.

11:48 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les FPI condamne "avec la plus grande fermeté" la nouvelle vague de violence meurtrière en Côte d’Ivoire

FPI, condanme les attaquesCommuniqué de Presse

012/2012

Relativement aux attaques meurtrières de commissariats de police et de brigade de gendarmerie à Port-Bouët et à Vridi et à Noé

Le vendredi 21 septembre 2012, la Direction du FPI a appris avec consternation et effroi que « deux (2) commissariats à Port-Bouët et une (1) brigade de gendarmerie à Vridi ont été attaqués presque simultanément, la veille,  par des individus non (encore) identifiés ». Selon la presse, si ces attaques n’ont fait aucun mort ou blessé, « il reste que des armes et munitions ont été emportées par les assaillants, qui se sont volatilisés avant l’arrivée des renforts de l’armée… ».

 

Dans la même journée, alors que l’on croyait à un acte isolé vite circonscrit par les forces de l’ordre, le FPI apprend que la ville frontière ivoirienne de Noé « a été attaquée dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 septembre 2012 et, au total, 7 personnes y ont perdu la vie suite à cette nouvelle poussée violence ».

 

Au nom du Front Populaire Ivoirien, la Direction du Parti s’incline respectueusement sur la dépouille mortelle des disparus et exprime ses condoléances les plus attristées aux familles endeuillées. 

 

La Direction du FPI, condamne avec la plus grande fermeté cette nouvelle vague de violence meurtrière qui en rajoute au climat d’insécurité généralisée que le Parti n’a eu de cesse de dénoncer depuis le 11 avril 2011.

 

La Direction du FPI, profondément indignée par ces actes insensés, exhorte - à nouveau - le Gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour rechercher activement et traduire les auteurs de ces crimes devant la Justice.

 

Fait à Abidjan le 21 Septembre 2012

 

Le Secrétaire Général & Porte-parole

 

Dr KODJO Richard

00:16 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |