topblog Ivoire blogs

19/06/2015

Les Statistiques écœurantes des occupants clandestins du mont Péko de l’Ouest ivoirien, publiées

Mont Péko, Clandestins Mont PékoDUEKOUE : Le Journaliste-Reporter Spécialiste de l’Ouest ivoirien Gooré Bi vient de publier les statistiques des occupants clandestins des forêts Mont Péko, dans les colonnes du quotidien gouvernemental Fraternité Matin. Des chiffres aux précisions inouïes qui permettent de comprendre la portée de la crise militaro-foncière qui prévaut dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire depuis plus d’une décennie.

Selon Fraternité-Matin, le recensement des clandestins du Mont Péko a été réalisé en vue de leur évacuation. Mais cette expulsion quoiqu’évoquée à plusieurs reprises par le régime Ouattara est toujours restée sans suite.

« Le Mont Péko compte 20 622 infiltrés. 7 993 hommes, 3 959 femmes, 4 691 enfants garçons et 3 989 enfants filles soit un total de 20.622 personnes infiltrées pour 6 397 ménages. Selon les chiffres dévoilés, l'on dénombre 54% des clandestins soit 11 137 personnes qui désirent rentrer chez eux au Burkina Faso tandis que 8 327 infiltrés (40%) toujours de nationalité Burkinabé préfèrent regagner leurs zones d'origines en Côte d'Ivoire (Soubré, San-Pédro, Meagui...), 51 clandestins souhaitent regagner la Guinée et 41 autres choisissent la destination du Mali. Quand 14 autres préfèrent continuer leur vie au Ghana... 956 clandestins ont déclaré aux agents profileurs qu'ils ne savent pas où aller », a rapporté le journaliste-Reporter Gooré Bi au quotidien Gouvernemental.

 

Mont Peko, Clandestins Mont PékoA lire ces statistiques, on peut aisément affirmer sans se tromper que l’arrestation le 18 mai 2013 d’Amadé Ourémi, un chef de guerre proOuattara du Mont Péko, n’a aucunement résolue l’invasion et l’occupation illégale des forêts de l’Ouest ivoirien par des populations des pays voisins.

10:11 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

05/06/2015

Manifestation contre l’augmentation du Kwh de l’électricité: 5 manifestants arrêtés par la police

ABIDJAN : Pour avoir manifesté contre l'augmentation du prix du kilowattheure (kwh) d'électricité, 5 jeunes manifestants ont été arrêtés et jetés au violon à la Préfecture de Police d'Abidjan, 4 Juin 2015, a-t-on appris des sources proches de la Préfecture de police. (Voir photo des 5 jeunes dans les cellules de la Préfecture de police d’Abidjan en cliquant sur ce lien).

 

Il s'agit de :

1- Omer TEHE.

2-Yves GRA

3-Mohamed OUATTARA.

4-Edwige KONAN.

5-Sidonie AHUI

Ces manifestants seraient toujours détenus dans les geôles de la Préfecture de Police d’Abidjan en ce moment, selon nos sources, pour « troubles à l’ordre public ».

Augmentation du Kwh, augmentation de courant en Côte d'IvoireOmer TEHE, Yves GRA, Mohamed Ouattara, Edwige KONAN, Sidonie AHUI, les 5 manifestants arrêtés, dans une cellule de la Préfecture de Police d'Abidjan, 4 Juin 2015.

 

 

 

 

 Pour rappel, à un conseil des Ministres de mai 2015, Ouattara a décidé d’augmenter le prix du kilowattheure d’électricité d’ès le mois de Juin 2015. Cette décision a entraîné une vague de colère au sein des populations ivoiriennes.

14:58 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

29/05/2015

Au lieu des augmentations, Ouattara diminue les salaires des fonctionnaires ivoiriens fin mai

Salaires diminués, Arnaque, Ouattara arnaque les fonctionnairesABIDJAN : Une arnaque politico-médiatique qui ne dit pas son nom. Depuis 4 mois, le régime Ouattara et sa presse n’ont cessé de chanter des augmentations de salaires des fonctionnaires ivoiriens en rapport avec un allégué déblocage des avancements. Les titres à la Une des quotidiens proOuattara se suivent et se ressemblent « Augmentation de salaires des fonctionnaires, Tout est Ok » ou encore « Augmentation des salaires des fonctionnaires, c’est fait ». Et puisse que la misère frappe les pauvres fonctionnaires ivoiriens, ils se ruent sur ces journaux, qui en fait, ne font que leur vendre des illusions. L’arnaque s’érige, hélas, en mode de gouvernement avec Ouattara aux affaires en Côte d’Ivoire.

C’est à la fin du mois de mai 2015 que la « manne » annoncée par Ouattara et ses communicants est tombée. Mais au lieu du pain, ce sont plutôt des pierres que les fonctionnaires ivoiriens ont reçues en pleine figure. Puisse qu’ils constatent une diminution de salaires en lieu et place des augmentations promises et annoncées en fanfare.

«Ce n’est pas possible. Comment ça ? Ils disent qu’ils ont augmenté les salaires des fonctionnaires et moi, je constate une diminution de 5.000FCFA sur mon salaire, je viens me renseigner à la Solde pour voir ce qui s’est passé », se plaignait un fonctionnaire ivoirien devant le guichet de la direction de la Solde à Abidjan Plateau, ce matin 29 mai 2015.

 

Ce fonctionnaire n’est pas le seul, puisse qu’il est dans un long rang et juste à côté de lui, un autre fonctionnaire bien plus informé lui rétorque : « Ouattara a augmenté le Code 743 dénommé "Retenue de la Pension" sur le bulletin. Cette manœuvre entraîne une diminution du Montant Net du salaire en fonction du grade et de la catégorie du fonctionnaire», a expliqué ce fonctionnaire bien avisé sur la petite combine de Ouattara sur les bulletins de solde des fonctionnaires ivoiriens en cette fin de mois de Mai 2015. 

 

En clair, Ouattara a diminué les salaires des fonctionnaires en lieu et place des augmentations que lui et ses journaux ont annoncées et publiées sur tous les toits. La laideur de cette arnaque gouvernementale réside dans le fait que l’annonce des augmentations des salaires va engendrer les augmentations de tout genre dans le pays. Les prix vont donc grimper sur les marchés. Pis, le régime Ouattara prévoit des augmentations du prix du Kwh de l’électricité, dès juin 2015. Pauvres fonctionnaires ivoiriens !

10:18 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/05/2015

L’ONUCI débarque 110 pickups au Port d’Abidjan, d’autres véhicules et matériels de guerre attendus

Licorne au Port d'Abidjan, Pickup livré à l'ONUCIABIDJAN : L’atmosphère était électrique entre les FRCI en service au Port Autonome d’Abidjan (PAA) d’une part, et d’autre part la Force Licorne et l’ONUCI, jeudi 21 et vendredi 22 mai 2015. Le débarquement de plusieurs lots de matériels de guerre destinés à l’Opération des nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) serait à l’origine des échauffourées entre les FRCI et les forces internationales.

Selon nos Sources, le Vendredi 21 mai 2015, les FRCI en poste au Port Autonome d’Abidjan ont saisi, après scanner, 50 véhicules pickup destinées à l’ONUCI. Les Forces Françaises de la Licorne sont rapidement venues ordonner aux FRCI de libérer ce matériel. Ce qui fut fait.

Toujours selon nos sources, le lendemain vendredi 22 mai 2015, un autre lot de 60 pickups destinés à l’ONUCI débarque au PAA. Ça devient inquiétant. Après le Scanner, les FRCI procèdent encore à la saisie. Grande fut la colère des éléments de la Licorne qui sont venus exiger la libération immédiate du matériel de l’ONUCI.  La force Licorne a, cette fois-ci, porté à la connaissance des FRCI en poste au PAA que plus de 1.000 pickup et bien d’autres matériels de guerre destinés à l’ONUCI sont attendus dans les prochains jours et qu’il n’est plus question que les FRCI procèdent à une quelconque saisie d’équipements des forces internationales.

 

On peut aisément comprendre le timide appel de Ouattara, depuis sa visite à Odienné ce weekend, pour le départ de l’ONUCI de la Côte d’Ivoire, à quelques mois des élections présidentielles d’octobre 2015. Les ivoiriens savent que les forces internationales ont combattu au côté des forces proOuattara lors de la crise postélectorale de 2010, pour renverser le Président Gbagbo. A quoi doit-on s’attendre encore ?

19:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |