topblog Ivoire blogs

20/07/2016

DALOA : l'Agence CIE saccagée, des véhicules incendiés, similaire à Yamoussoukro, hier

DALOA (385km d'Abidjan): l'Agence de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE) a été saccagée et des véhicules incendiés lors des manifestations des populations contre les factures élevées après la promesse non-tenue du Chef de l’Etat Alassane Ouattara, a-t-on appris, ce 20 juillet 2016.

C’était pareil, hier, à Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d'Ivoire, où les populations ont également manifesté, pour exprimer leur colère contre les factures élevées d'électricité.

 A Daloa comme à Yamoussoukro, les forces de l’ordre déployées n’ont pas pu contenir les manifestants très déterminés à marquer leur colère face à des factures jugées « trop élevées ».

Manifestation contre les factures élevées de la CIE à Daloa, Quartier Marais, 20 juillet 2016, CIEManifestation contre les factures élevées de la CIE à Daloa, Quartier Marais, 20 juillet 2016

 

 

 

  

 

CIE, Factures élevées, Mesures impopulairesManifestation contre les factures élevées de la CIE à Daloa, Quartier Marais, 20 juillet 2016

 

 

 

 

 

CIE, Facture d'électricitéManifestation contre les factures élevées de la CIE à Daloa, Quartier Marais, 20 juillet 2016

 

 

 

 

Pour rappel, lors de son discours du 1er Mai 2016, devant des travailleurs visiblement proches du pouvoir, le Chef de l'Etat avait annoncé des mesures tendant à rembourser des surplus perçus par la CIE sur les factures. Alors que les populations s'attendaient à des factures plus faibles, grande a été leur surprise de recevoir des factures d'électricité bien plus élevées que les précédentes. La réaction est immédiate. Les agences de CIE sont prises d'assaut par les populations à Yamoussoukro et à Daloa. Les véhicules des agents ont été incendiés et les locaux saccagés.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, un conseil des Ministres devrait se tenir au Palais présidentiel à Abidjan. On ose croire que le Chef de l'Etat ne dira pas qu'il n'est pas au courant de cette situation. De toute évidence, les populations ivoiriennes sont exacerbées par les mesures sans suite de Ouattara, eu égard à la violence des manifestations enregistrées à Daloa et à Yamoussoukro.  

Des sources dignes de foi annoncent de prochaines manifestations dans les principales villes du pays comme Abengourou, Tiassalé, Dimbokro...... Affaire à suivre.

13:46 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

30/06/2016

23 partis politiques rejettent le projet de révision de la constitution proposé par Ouattara

Révision de la constitution ivoirienne, l'Opposition ivoirienne, Affi N'Guessan, 23 partis politiques disent NON  au projet de révision de la constitution proposé par OuattaraABIDJAN : Dans une déclaration commune produite et signée, ce jeudi 30 juin 2016, à l’issue d’un conclave à l’Hôtel Belle Côte de la Riviera à Abidjan, vingt-trois (23) partis politiques de l’opposition rejettent le projet de révision de la constitution ivoirienne proposé par le Chef de l’Etat.

Unis autour du Premier Ministre Pascal AFFI N’Guessan, Chef de l’opposition et  par ailleurs Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), les 23 partis politiques les plus significatifs de Côte d’ivoire ont, dans la même déclaration, invité le régime Ouattara à retirer son projet.

 

Extrait de la déclaration : Les signataires de la présente déclaration, réunis le Jeudi 30 Juin 2016, craignant que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets dans notre pays,

1-Rejettent la procédure anti-démocratique, autoritaire et unilatérale du président de la république pour la nouvelle constitution.

2- Demandent au président de la République, de tout mettre en œuvre pour éviter les erreurs du passé et épargner à notre pays une nouvelle crise socio-politique aux conséquences imprévisibles.

3- Invitent le président de la république à faire preuve de sagesse en retirant purement et simplement le projet d'élaboration de la nouvelle constitution annoncée.

4- Appellent le comité des experts à prendre conscience de leur responsabilité et à ne pas se compromettre dans l'élaboration d'une constitution non consensuelle.

5- Appellent les députés de la Nation à faire preuve de vigilance et de responsabilité devant la Nation.

6- Appellent à la mobilisation, toutes les forces vives de la Nation, ainsi que tous les démocrates épris de justice et de paix, à user de toutes dispositions légales et démocratiques, pour faire échec à cette initiative anti-démocratique et qui menacent très gravement la paix et la stabilité dans notre pays.

Fait à Abidjan, le Jeudi 30 Juin 2016,

 

23 partis politiques disent non au projet de révision de la constitution proposé par OuattaraOnt signé cette déclaration, les responsables des partis politiques suivants :

 

1-FPI : Pascal Affi N'guessan
2-URD: Danielle Boni-Claverie 
3-RPP: Ouattara Gnonzié 
4-MFA: Anaki Kobenan
5-RPC :Henriette Lagou
6-RPCI: Bamba Moriferé 
7-LIDER: Mamadou Coulibaly
8-PIT: Aka Ahizi Daniel 
9-USD: Henri Niava
10-COJEP: Hyacinthe Nogbou
11-UDTCI:Tia Monet Bertine
12-NACIP : Jichi Sam dit l'Africain
13-CAP-UDD: Laurette Boété 
14-UDL : Ahipeaud Martial
15-FPU : Zadi Djédjé
16-GDP: Adama Coulibaly
17-MIRE : Adama Ouattara
18-PIA : Blé Kouassi
19-LDCI: Dr Norlander Blé Pierre 
20-UDP : Gbamenin Bi Tra
21-MNC-ALTERNATIVE: Kabran Appia 
22-ADEMCI : Gnépa Niaoe Luc
23-RDP : Bley Niandiga Madeleine

16:57 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

19/06/2016

La lutte continue

Programme MAB, Travaux d'amélioration de l'habitat de travailleurs des sociétés de bananeAprès des mois d'absence due à des empêchements professionnels, je reprends l'angle avec vous, avec beaucoup de plaisir. 

 

Mission de suivi des travaux d'amélioration de l'habitat des campements de banane, 7 avril 2016, Ayamé, Sud ivoirien.


Vidéo de comité central du FPI

21:48 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/02/2016

AFFI obtient le paiement des arriérés d’indemnités des ex-députés de la législature 2000-2010

A la faveur de la relance du dialogue entre le Président du FPI Pascal Affi N’Guessan et le Chef de l’Etat Alassane Ouattara, le 21 janvier dernier, la question des arriérés de session des députés de la législature 2000 – 2010 qui ont siégé pendant le mandat du Président GBAGBO avait été posée par le Président du FPI.

Dialogue AFFI/OuattaraDialogue FPI/Gouvernement Ouattara, le 21 Janvier 2016 au Palais Présidentiel d'Abidjan-Plateau.

 

 

 

Selon nos sources, le paiement aux ex-députés d’une bonne partie des arrières a été effectif hier, 19 février 2016 dans les bureaux annexes de l’Assemblée Nationale sis à la Riviera Golf, près de l’Ambassade des USA à Abidjan. Tous les députés de l’ère GBAGBO sont passés prendre ce que l’Etat leur doit depuis des années, ont précisé nos sources. Ils souhaitent que le dialogue entre le FPI et le Gouvernement continue pour que la totalité de ce qui leur revient soit effectivement payé.

Par ailleurs, quelques détenus politiques proGbagbo ont été libérés au compte-goutte, la semaine dernière, en réponse à une partie des requêtes du FPI lors de la reprise du dialogue avec le pouvoir Ouattara, le 21 janvier 2016.

11:03 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |