topblog Ivoire blogs

25/07/2012

Déclaration des cadres et élus Wê relative au massacre du camp de Nahibly

 

"Nous élus et cadres, venons au nom du peuple Wê, crier notre indignation et notre ras-le –bol et dire « trop c’est trop ». Nous accusons formellement l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers son gouvernement, d’être directement responsable des tueries massives dont est victime notre peuple, en particulier pour ce qui concerne les massacres perpétrés par les FRCI et les dozos, le vendredi 20 juillet 2012 à Duékoué. Nous dénonçons et condamnons l’attitude méprisante du gouvernement qui consiste à justifier l’attaque, l’incendie du camp de Nahibly et surtout les massacres de populations désarmées sous les yeux des autorités préfectorales, par la prétendue présence de bandits dans ce camp.  Cette expédition punitive contre une communauté par l’Etat à travers les FRCI et en présence du préfet est indigne et inadmissible. Si l’Etat de Côte d’Ivoire à travers son gouvernement, considère les Wê au même titre que les autres citoyens, il a alors le devoir régalien d’assurer leur protection et non les traiter comme de la vermine. Aussi, le gouvernement doit-il prendre sans délai les mesures suivantes :
1) Relever immédiatement tous les représentants de l’Etat dans le département ;
2) Retirer de toutes les forêts, campements et plantations les seigneurs de guerre tels que Amadé Ouremi et leurs troupes qui les occupent illégalement ;
3) Renvoyer les dozos, sensés être des chasseurs traditionnels dans leur aire culturel du nord ;
4) Procéder à l’encasernement des FRCI ;
5) Confier le maintien d’ordre et la sécurité publique aux forces de Police et de Gendarmerie qui ont été formées à cet effet en les dotant de moyens appropriés ;
6) Mettre en place une commission d’enquête inteWê, Nahibly, FRCI, Dozo, Duekouérnationale hors CEDEAO afin que les coupables de ces tueries soient recherchés afin que justice soit faite.


La prise de ces mesures constitue pour nous la condition pour restaurer la confiance entre le peuple Wê et le gouvernement."

 

NAHI DOH,

 Porte parole des élus et cadres wê

 

09:28 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Massacre du camp de Nahibly: conférence de presse des élus et cadres wê

Ce Mardi 24 juillet 2012, les élus et cadres Wê ont animé une conférence de presse, à Cocody-II-Plateaux, relative au massacre du camp de déplacés de guerre de Nahibly, près de Duekoué. Après avoir "condamné avec la dernière énergie le génocide des wê en cours depuis 2002". Ils ont dressé le bilan de la récente barbarie en date du vendredi 20 juillet 2012 perpétrée par les hommes de Dramane Ouattara, sur les civils déplacés ayant fui leurs villages et campements du fait des assassinats ciblés, pour trouver réfuge au camp de Nahibly.  Ce bilan provisoire qui s'inspire des rapports des ONG et des témoignages de rescapés fait état de 211 morts et de plusieurs centaines de disparus. Ils se sont étonnés de "l’indifférence de la communauté internationale", jadis très préoccupée par les droits humains en Côte d’Ivoire, face à ce qu’ils ont qualifié "de génocide du peuple Wê".Nahibly, Dozo, génocide, FRCI wê

00:08 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/07/2012

Massacre du camp de Nahibly, ces images qui dérangent

Mardi 24 juillet 2012-≤--≥-Les images des massacres du camp de déplacés de Nahibly, près de Duekoué dérangent énormément le régime de Dramane Ouattara et ses soutiens internationaux. Ils veulent passer sous silence ces atrocités commises par les FRCI et les supplétifs dozo de l’armée de Ouattara. Depuis le vendredi 20 juillet 2012, date à laquelle les hommes de main du "putschiste avéré" ont encerclé et incendié le camp de déplacés de Nahibly, après y avoir massacré, selon des sources crédibles plus de 75 personnes, les images ont inondé le web. Les internautes ont pris de vitesse les mensonges du pouvoir et d’une certaine presse qui protègent les criminels de guerre pro-Ouattara, depuis la rébellion de 2002. Le "président désigné par la communauté internationale" a muselé, par la violence, le Front Populaire Ivoirien (FPI). Dramane Ouattara tente maladroitement de plomber la presse et les "Cyber Résistants" partisans de Gbagbo.

Les menaces, intimidations et "cyberattaques" orientées contre les internautes défenseurs de la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo sont quotidiennes. Le très célèbre blogueur connu sous le profil facebook "Steve Beko"  est privé de 24h de publication parce que les internautes de Dramane Ouattara ont signalé ses publications relatives au Camp de Nahibly, auprès de "Facebook" comme propageant la haine. La cruauté que le gouvernement de Dramane s’efforce de cacher en tentant de travestir les faits est inique. C’est ridicule et cynique de censurer ceux qui œuvrent à établir la vérité des faits relatifs au génocide de Wê en cours à l'ouest de la Côte d'Ivoire. Depuis le début de la rébellion armée de 2002, le système a toujours été prompte à condamner les victimes alors que le "bourreau des ivoiriens" et ses chefs de guerre se pavanent sereinement sous tous les cieux. Mais seulement voilà! Le régime du "boucher de Duekoué" a aujourd’hui en face de lui des "Cyberactivistes" très au fait des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Ils contourneront toutes les censures en vue de donner, en temps réel, l’information vraie et juste sur la laideur de ce régime barbare installé au pouvoir en Côte d’Ivoire, par le biais des bombardements de l’armée française.

Rappelons que les 29, 30 et 31 mars 2011, les FRCI appuyées par les dozo, supplétifs de l’armée tribale de Dramane ouattara ont massacré plus de 850 wê dans la ville de Duékoué. En outre, le dictateur sanguinaire Dramane Ouattara a lancé dans l’ouest ivoirien, depuis le 15 juin 2012, une opération dite "d’aseptisation et de nettoyage" selon les termes d’Amadou Soumahoro, Secrétaire Général du RDR, parti de Ouattara au pouvoir.  Des massacres de civils lors de cette opération ont déjà été rapportés par les médias. 

11:49 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |