topblog Ivoire blogs

14/10/2014

Ouattara libère Samba David et ses collaborateurs en catimini, après les avoir arrêtés et battus

Samba David emprisonné et libéré, Coalition des Idignés de Côte d'Ivoire, Ouattara dictateurSamba David, Coordonnateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire et 3 de ses collaborateurs avaient été arrêtés et brutalisés lors d’une marche pacifique qu’ils ont organisée à Yopougon Ficgayo, le lundi 13 octobre 2014. La Police déployée par le régime Ouattara a sauvagement réprimé cette marche, qui selon les organisateurs, visait à demander une « justice équitable pour tous ».

Alors que Samba David, entouré de ses collaborateurs, s’adressait à la presse, il a été saisi par les policiers appuyés par des FRCI. Samba David et les militants de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire ont été sévèrement battus et traînés manu militari au Commissariat du 16è Arrondissement, avant d’être déféré à la Préfecture de Police. Les voies ont commencé à se lever contre la barbarie du régime Ouattara en début d’après-midi lorsque les images de la séquestration et de l’emprisonnement de Samba David et ses Collaborateurs ont envahi les réseaux sociaux.

Honteusement et sous des pressions venant de toute part, Ouattara a ordonné la libération de tous militants des « Indignés de Côte d’Ivoire » aux environs de 21h30, le même soir du 13 octobre 2014.

 

Il faut noter que plus de 740 partisans du Président Gbagbo croupissent en prison relativement aux événements de la crise postélectorale, tandis que combattants proOuattara reconnus coupables par les organisations de droit de l’Homme de graves violations de droits humains jouissent d’une parfaite impunité. De quoi à révolter les personnes éprises de justice. Ouattara a verrouillé l’appareil judiciaire, depuis sa prise du pouvoir. La Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire a osé exiger une justice équitable pour tous, ce qui a valu la colère du régime Ouattara au point de déployer des dizaines de cargos de police et de FRCI pour réprimer la marche pacifique du 13 octobre 2014 à Yopougon. De toute évidence, Ouattara affiche chaque jour une volonté manifeste de tuer les libertés d’expression du peuple de Côte d’Ivoire. Le prétendu « Démocrate Ouattara» était en réalité un cruel dictateur qui se dévoile de jour en jour.

10:16 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/10/2014

Justice tribale : 26 proOuattara parmi 36 jurés choisis pour juger les détenus politiques

Justice tribale, Magistrats proOuattara pour juger des prisonniers politiques proGbagboABIDJAN : Le procès des prisonniers politiques proGbagbo est déjà pipé d’avance. Selon nos sources, 26 jurés nommés sur 36 sont reconnus membres du clan Ouattara, soit 72%. Vous avez dit justice aux ordres !

Le monde entier est déjà agacé par la « Justice sélective » pratiquée par Ouattara et ses soutiens depuis sa venue au pouvoir au moyen des bombes françaises. Une justice clanique orientée contre les partisans du Président GBAGBO, dans laquelle les criminels de guerre proOuattara reconnus coupables de crimes de guerre par les organisations internationales de défense des droits de l’Homme jouissent d'une parfaite impunité. Pour mettre la cerise sur le gâteau, le régime Ouattara tente d’organiser une parodie de justice où les verdicts sont déjà connus, à en croire au nombre de jurés politiquement colorés qui pour certains ne cachent même pas leur appartenance au clan Ouattara. L’objectif étant de coller de lourde peine de condamnation aux prisonniers politiques proGbagbo. "Ouattara fait du rattrapage ethnique, même dans la nomination des magistrats pour juger les prisonniers politiques", peut-on lire dans les réactions des observateurs de la scène politique ivoirienne à la publication de la liste des 36 magistrats pour le procès des détenus politiques proGbagbo.

Ci-après, la liste des 36 magistrats :

 

 

Liste des 36 Jurés qui pourront juger les pro-Gbagbo.
1. Konaté Abiba
2. Adou Paul
3. Akosso Koutouan Raymond
4. Bele Coulibaly
5. Camara Ibrahim
6. Cissé Mammalo
7. Cissé Moussa Khalil
8. Coty Joseph
9. Coulibaly Adama
10.Coulibaly Adja Korotoum
11. Coulibaly Barakissa
12. Coulibaly Innocent Bologo
13. Coulibaly Issa
14. Coulibaly Kalifa Arsène
15. Coulibaly Madjara
16. Coulibaly Zoumana
17. Gnangnah Kouadio Hyacinthe
18. Karldon née Coulibaly Awa
19. Koné Rose Florence
20. Kouadio Konan
21. Kouamé N'guessan
22. Kouamé Yao
23. Kouamé Benzème
24. Koné Fazmegnon
25. Koné Mahamadou Martin
26. Koné Mamadou
27. Koné Mamadou (ce n'est pas une erreur)
28. Koné Zoumana
29. Meité Vafounba
30. Midiour Albert
31. N'Guessan Kouamé
32. Ouattara Josephine
33. Sanogo Salia
34. Seraoné Serge Albert
35. Yoro Kou
36. Zézé née Traoré Asta

11:59 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

12/10/2014

Attaque du Camp d’Akouédo: Identité des 12 hommes enlevés et jetés à la MACA ce 10 octobre 2014

Caserne Akouédo, Attaque d'Akouédo 18 septembre ABIDJAN : Koné Zakazia les a enlevés pour certains sur les chantiers et d’autres, sur leurs lieux de service le 17 septembre 2014. Sans surprise, la nébuleuse que le régime Ouattara entretenait autour de la récente attaque de la Caserne d’Akouédo a connu son point d’achèvement le 10 octobre 2014 par l’incarcération à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) de 12 hommes identifiés par nos sources. Le schéma reste le même : Le régime Ouattara organise une auto-attaque au moment où le pouvoir est en ballottage dans l’opinion nationale et internationale. Il enlève par la suite de personnes dont certaines sont pré-identifiées par le régime pour les jeter en prison après un séjour dans un centre de torture.

DeboutCiv a obtenu, par le canal de ses sources dignes de foi, l’identité les emplois et lieux de services et l’ethnie ou la nationalité des 12 hommes enlevés par le chef de guerre proOuattara Koné Zakaria après l’attaque du camp d’Akouédo dans la nuit du 17 au 18 septembre 2014. Il s’agit de :

1-YAPO KOUAME FLORENT, Lt de Police en service à Abobo. Ethnie :Attié.

2-IRIE BI TRA FRANCK, Solibra Yopougon. Ethnie : Gouro.

3- GBOGOUE RODRIGUE, Parfumerie Gandour. Ethnie :Guéré.

4-KOZA GUY URBAIN, Chauffeur. Ethnie : Guéré.

5-POUHWON OULESSAGNON STEPHANE, Plombier. Ethnie Guéré.

6-DEDI ALAIN GUSTAVE, Détective Privé. Ethnie : Bété.

7-ANGAH KOUASSI, Sans Emploi. Ethnie : Baoulé de Prikro.

8-DEDJEH KODJO, Menuiser. Nationalité Togolaise.

9-KEI THEODORE, Vigile. Ethnie : Guéré.

10-BLY MOMPEHO YVES CAMUS, Coiffeur. Ethnie : Guéré.

11-BAMBA MOUSSA, Chauffeur, originaire de Touba.

12-KINDOU AMIDOU, un élément FRCI. Nationalité : Malienne

 

Ces 12 hommes sont accusés "d'atteinte à la Sûreté de l'Etat" (Sic!)par le régime ouattara 

02:42 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

MISE AU POINT DU GROUPE "DEBOUTCIV"

Mise au point du groupe DeboutCivLe Groupe DeboutCiv, depuis sa création en 2011, a bénévolement choisi d’accompagner le Front Populaire Ivoirien, Parti du Président Laurent GBAGBO et tous les mouvements de la résistance patriotique dans la communication.

Ce n’est un secret pour personne, Ouattara et ses soutiens avaient opté pour un musèlement total du FPI en emprisonnant ses leaders et en censurant systématiquement les activités du FPI sur les médias publics d’Etat. Il a fallu que les patriotes résistants d’ici et d’ailleurs s’investissent dans la maîtrise des outils qu’il convient d’appeler « médias alternatifs » à savoir Facebook, Twitter, Site Internet, Blog, WebRadio, WebTV…. pour renverser la tendance communicationnelle afin de rétablir la vérité sur les exactions et les massacres perpétrés par le régime Ouattara. La laideur du pouvoir Ouattara a été portée au grand jour grâce aux médias alternatifs. En toute humilité, il est bon de reconnaître que DeboutCiv fait partie des groupes de communication qui font quotidiennement ce travail, souvent au risque de leur vie.

C’est lieu d’indiquer que la ligne initiale que DeboutCiv, à savoir « ACCOMPAGNER LE FPI DE GBAGBO» dans la lutte pour la libération et le développement socioéconomique de la Côte d’Ivoire, n’a pas changé. Autant, DeboutCiv a couvert et relayé les activités de la direction intérimaires du FPI sous le Président par intérim MIAKA, autant DeboutCiv l’a fait et continue de le faire avec le Président du FPI, Pascal AFFI N’GUESSAN.

DeboutCiv demeure constant dans sa ligne communicationnelle d’accompagner le Leader que le Parti de GBAGBO se donne. Hier, c’était MIAKA, aujourd’hui, c’est AFFI. Demain Dieu seul sait qui sera choisi par le Congrès du FPI pour diriger le FPI dans sa lutte démocratique. DeboutCiv sera toujours constant et fidèle dans sa ligne. Ce n’est donc pas une question de personne, mais plutôt une ligne communicationnelle.

DeboutCiv profite de cette mise au point pour saluer le courage de ses membres et de toutes ses sources qui abattent ce grand travail par leurs propres et maigres moyens au risque de leur vie. L’histoire retiendra et témoignera du dévouement, de la fidélité, de l’intégrité de chacun et chacune. Que Dieu nous garde jusqu’à la victoire et même au-delà.

 

 

01:17 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |