topblog Ivoire blogs

09/04/2014

Le Cmdt DJORO, Cmdt ex-FDS des Commandos de Yopougon, décédé hier de façon très mystérieuse

FDS, Commandant DJORO mort, Cmdt DJORO décédé, Commandos de YopougonIl était interdit de sortir du pays. Pis, le Commandant DJORO devait informer, de tous ses déplacements, la haute hiérarchie des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire(FRCI). Depuis l’installation de Ouattara au pouvoir, c’était à cette surveillance stricte que subissait le Commandant DJORO, l’un des Commandants ex-FDS(Forces de Défense et de Sécurité) les plus craints par le régime Ouattara.

Selon nos informations, le Commandant DJORO est décédé, ce mardi 8avril 2014 des «suites d’une maladie très mystérieuse»;

«Ils l’avait dans le viseur depuis 3ans. Ils ont fini par l’éliminer», s’est lamenté un ex-FDS ayant servi sous les ordres du très respecté Commandant DJORO.

A 18h, ce mardi 8avril 2014, les proches du Commandant DJORO, encore sous le choc de son curieux et triste décès, étaient tous en pleurs et inconsolables.

Pour rappel, le Commandant DJORO fut à la tête des Commandos de Yopougon, quartier populaire d’Abidjan, lors de la crise postélectorale. Le Commandant DJORO et ses hommes ont fait échoué toutes les attaques des FRCI, forces proOuattara, à Yopougon. Et ce, jusqu’à ce que la hiérarchie des FDS ordonnent la cessation des combats. C’est seulement en 2014 que le Commandant DJORO a fait valoir ces droits à la retraite au lieu de 2011, comme préalablement prévu.

 

Un constat est clair. Depuis la prise du pouvoir par Ouattara, les ex-FDS meurent de façon curieuse et mystérieuse. Soit par des suicides inexplicables, soit par des accidents invraisemblables, ou encore par mort subites des suites à des maladies mystérieuses….. ça tout l’air de la mise en œuvre d’un programme d’élimination en douceur des ex-FDS ayant défendu la République au temps du Président Gbagbo.

10:42 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Tête-à-tête entre AFFI, Président du FPI et SEM Isi Yanouka, Ambassadeur d'Israël en RCI

tête-à-tête Affi et SEM Isi Yanouka Ambassadeur d'Israël en Côte d’Ivoire, SEM Isi Yanouka Ambassadeur d'Israël en Côte d’Ivoire , FPILa ruée des grandes chancelleries vers le Front Populaire Ivoirien (FPI), Parti du Président Gbagbo, continue. Dans la matinée du mardi 8 avril 2014, SEM Isi Yanouka Ambassadeur d'Israël en Côte d’Ivoire a été reçu par le Président du FPI Pascal AFFI N’Guessan, entouré par des membres de la direction du parti à savoir les ministres Lida Kouassi Moise 6ème Vice-Président chargé des études, des recherches et de la documentation du parti ; Dano Djedje Sebastien 8ème Vice-Président chargé de la réconciliation, de la cohésion sociale et de la stratégie électorale ; Ettien Amoikon Henri 2ème Secrétaire Général Adjoint chargé du suivi des programmes de sortie de crise ; Alcide Djédjé Conseiller du président du FPI.

Pendant plus d’une heure d’horloge, la direction du FPI et l’Emissaire de l’Etat d’Israël, SEM Isi Yanouka se sont parlés en tête-à-tête. Même si la rencontre s’est tenue en huis clos, il est évident qu’il a été question des dernières évolutions de la situation sociopolitique de la Côte d’Ivoire où le régime Ouattara refuse de donner une base solide à la réconciliation nationale par son entêtement, entre autres préalables, à maintenir plus de 792 détenus politiques en prison.

A l’issue de la rencontre, SEM Isi Yanouka Ambassadeur d'Israël en Côte d’Ivoire et le Président Pascal AFFI N’Guessan se sont adressés à la presse.

SEM Isi Yanouka De quoi avez-vous parlé ? 

SEM Isi Yanouka : « Nous avons échangé sur l’avenir, sur les préoccupations pour mieux comprendre, pour mieux faire notre travail et pour mieux essayer d’assister dans le processus de la réconciliation de Côte d’Ivoire. »

Comment voyez-vous la sortie de crise ?


SEM Isi Yanouka : « C’est une très grande question. Bon, c’était une première rencontre. Je suis relativement nouveau en Côte d’Ivoire. Donc je suis toujours en train d’apprendre. Je ne veux pas dire des choses que je ne maitrise pas. Mais je suis optimiste de rencontrer des partenaires. Donc j’ai beaucoup de confiance. » 

Pourquoi vous êtes optimiste ?

SEM Isi Yanouka : « Parce que je vois beaucoup de volonté d’améliorer, de faire de bonnes choses, de faire de la Côte d’Ivoire un pays de paix, un pays avec une économie forte, avec une démocratie forte; tout le monde ici partage cette volonté. Cela me donne beaucoup d’optimisme. »



A sa suite le Président Pascal AFFI N’Guessan s’est prononcé sur le contenu de la rencontre en déclarant ceci à la presse : « Son excellence l’a dit, c’est une visite de prise de contact, une visite de courtoisie mais en même temps surtout nous écouter par rapport à une appréciation du lendemain. Donc nous en avons profité pour décliner à l’intention de Son Excellence comment nous voyons la situation, pourquoi nous avons pris les décisions qui sont connues du Comité central à savoir la dissolution de la Cdvr, la mise en place d’un nouveau cadre de réconciliation, les positions sur le dialogue politique et notre analyse sur toutes ces questions. Nous les avons partagées. Parce que c’est important que les chancelleries comprennent mieux à travers ce genre de rencontres les motivations des acteurs politiques. Ce qu’il faut indiquer pour l’heure, c’est l’engouement des chancelleries étrangères pour les questions pertinentes soulevées par le FPI et qui nécessitent absolument une réelle compréhension avant les actions à venir.

L’approche suppose que le gouvernement ne mène pas une politique qui préserve le climat social en Côte d’Ivoire et que par conséquent des démarches alertes et préventives dans ce cas font obligation aux états représentés sur le sol Ivoirien de s’en préoccuper dans le cadre des intérêts de partenariats.

Cela non plus ne pourrait freiner le Front Populaire Ivoirien sur sa lancée, car s’il ne se ferme pas à la discussion c’est qu’il ne se reproche rien non plus dans ce marasme politico-économique et social, mieux il envisage démontrer son mécontentement de façon démocratique.

Depuis quelques temps le gouvernement a brouillé l’avenir déjà assombrit de la Cote d’Ivoire au mépris de ses règles et de la classe politique ivoirienne, toute chose que dénonce le Front Populaire Ivoirien en alliance avec d’autres forces politiques ivoiriennes de l’opposition qui veulent mobiliser tous les ivoiriens adeptes de la démocratie à engager bientôt l’interruption du désastre politique qui guette la Cote d’Ivoire par la faute du gouvernement actuel qui privilégie la force comme mode de gouvernance.

Nous formulons cependant le vœu de consolider l’alliance des forces démocratiques ainsi que le souhait d’opérer bientôt le changement politique en Côte d’Ivoire chose possible, que peuvent accomplir les ivoiriens », a déclaré le Président du FPI, Pascal AFFI N’Guessan.

 

 

 

09:27 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

08/04/2014

Les agriculteurs d'Odienné manifestent à Sous-préfecture pour réclamer le départ des éleveurs peulhs

Odienné, éleveurs peulhs -agriculteursODIENNE (867km au Nord d'Abidjan): Les agriculteurs odiennékas manifestent à la Sous-Préfecture, 8avril2014, 14h20. Ils réclament le départ des peulhs et leurs bœufs destructeurs des cultures de leur département, a rapporté le Correspondant DeboutCiv à Odienné. 

Odienné est la zone de transhumance des éleveurs peulhs vers le sud de la Côte d'Ivoire. Et bien souvent, ces éleveurs se sédentarisent dans la localité d'Odienné, non sans dégâts sur les cultures.

"Les services des directions déconcentrées de l'Agriculture tentent, comme ils le peuvent, de résoudre ce problème. Mais, le nombre élevés d'animaux transhumants créent forcément des situation incontrôlable comme celle que nous vivons aujourd'hui" a réagit un cadre de la ville en marge de la manifestation des agriculteurs. 

La Police déployée sur les lieux était débordée. 

17:39 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

MAN(Ouest Ivoirien): Des FRCI tirent des rafales de Kalachnikov à la gare routière. 1blessé

FRCI, Yambro, Supplétifs FRCIMAN (573km à l’Ouest d’Abidjan) - Il est 16h02mn, ce mardi 8avril 2014, lorsque des rafales de Kalachnikov ont retenti à la gare routière de la ville des 18 montagnes, faisant un(1) blessé selon des témoins. Les populations manoises, qui ont encore les tristes souvenirs des attaques des rebelles proOuattara du MPCI, MJP et MPIGO en 2002 et des FRCI en 2011, se sont trouvé rapidement des abris avant de chercher à en savoir plus.

 

Après renseignements, il s’agissait d’un affrontement entre des FRCI et des Yambros (les badauds de gare routière et eux-mêmes supplétifs FRCI) pour le contrôle de l’argent racketté aux transporteurs. Le calme est revenu, mais les FRCI lourdement armés faisaient encore des patrouilles à pieds à la Gare. Et les populations continuaient de s'inquiéter pour cet autre crépitement d’armes de guerre dans leur localité.

 

 

16:58 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |