topblog Ivoire blogs

25/12/2013

Lt BAWA, ex-FDS Commando Marin arrêté à Bonoua et incarcéré à la Préfecture de Police d’Abidjan

Lt BAWA arrêté, enlèvement ex-FDS, FRCIABIDJAN - Selon nos informations, le Lt BAWA, Commando Marin Officier des ex-Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de Côte d’Ivoire, a été arrêté hier 24 décembre 2013 à BONOUA, précisément dans la petite localité de LARABIA située à 64km au Sud-Est d’Abidjan. Le LT BAWA a été écroué ce mercredi 25 décembre 2013 à la Préfecture de Police d’Abidjan-Plateau. Sans surprise et comme d’habitude, le régime Ouattara reproche au Commando Marin BAWA de préparer un coup d’Etat pour renverser Ouattara.

Ayant servi à la Marine de Locodjro à Abidjan avant l’installation de Ouattara au pouvoir par l’armée française, le Lt BAWA a décidé de rendre sa démission, comme le firent des milliers d’éléments ex-FDS tous les corps confondus, au lieu de servir dans les rangs des FRCI, forces proOuattara. Très craints par le pouvoir d’Abidjan, ces ex-FDS déclarés « déserteurs » par le régime Ouattara sont traqués, tués, enlevés et/ou emprisonnés sur la base d’accusations bidonnées.

Alors qu’Hamed Bakayoko, ministre de la sécurité de Ouattara, avait annoncé avoir arrêté tous les faiseurs coup d’Etat, on apprend ce soir encore que le Lt BAWA, à lui seul, préparait un coup d’Etat depuis un petit village perdu de Bonoua pour dit-on renverser Ouattara qui est pourtant sécurisé par l’Armée Française et l’ONUCI. Que n’inventerait pas Ouattara pour neutraliser et éliminer tous les FDS qui refusent de le servir ?

 

Ce qui est drôle dans le complot ridicule des sécurocrates de Ouattara, ils invitent les exilés politiques à rentrer en Côte d’Ivoire le matin et le soir ils arrêtent et incarcèrent civils et ex-FDS déclarés proches du Président Gbagbo. Avec cette arrestation du Lt BAWA, on dénombre à ce jour 760 prisonniers politiques civils et militaires emprisonnés dans les goulags du régime Ouattara.

23:41 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Images de tortures infligées par les FRCI de Ouattara à des jeunes enlevés le 5déc2013 à Yopougon

Ouattara torture au grand jour les partisans du Président Gbagbo. Nous dénoncions l'enlèvement des jeunes proGbagbo à Yopougon par les forces proOuattara dans la nuit du 4 au 5 décembre 2013 dans une opération dite de "démantèlement de fumoir", selon le Ministre de la sécurité de ouattara. Cette opération cachait un plan d'enlèvement de proGbagbo. Les FRCI ont enlevé les jeunes proGbagbo. Ils les torturèrent pour faire faire "des aveux". Tous savent que sous la torture, on peut avouer être son propre père.

 
Ces images sont celles des plaies de tortures sur le corps de 10 jeunes proGbagbo enlevés dans les rues de Yopougon lors des rafles. Ils ont été transférés le vendredi 13 décembre 2013 à 22h précises à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), après avoir passé 7 jours à la DST. Comme d’habitude, ces proGbagbo raflés ça et là dont certains sur leur lieu de travail, ont été inculpés par le 9ème Cabinet dirigé par le Juge Essienne Edra Josiane, d’atteinte à la défense Nationale. Il s’agit de :


1-KACOU BI IRITIE FRANÇOIS, d’Ethnie Gouro originaire de Sinfra, un Carreleur.


2-KACOU BI GORE JEAN HILAIRE, d’Ethnie Gouro originaire de Sinfra, un Chauffeur de taxi.


3-KOULAI VICTOR, d’Ethnie Guéré originaire de Guiglo, un Planteur.


4-MEY RODRIQUE , d’Ethnie Wobê originaire de Kouibly, un Informaticien.


5-SEKA ACHO ANSELME, d’Ethnie Attié originaire d’Adzopé, un Mécanicien.


6-KOFFI AKAFFOU AYDMOND, d’Ethnie Attié originaire d’Adzopé, un Employé d’hôtel.


7-ZIRIGNON GNAGBO ELYSEE, d’Ethnie Béthé originaire de Gagnoa, un Planteur.


8-DJADJE DOH SERGES, d’Ethnie Dida originaire de Lakota, un Commerçant.


9-EBY MELIN MARTIAL ELIASSE, d’Ethnie Agny originaire d’Aboisso, un Gérant d’hôtel.


10-KARAMOKO Valentin, d’Ethnie Wan originaire de Konahiri, un Mécanicien.


La Côte d'Ivoire compte à ce jour plus de 759 déténus politiques dans les goulags du régime ouattara dont 459 à la MACA


Cliquez sur les images pour voir les détails des plaies.


Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013

Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.





Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5décembre2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.






Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.






Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.

 

 

 

 

 

Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.

 

 

 

 

Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013Plaies de tortures, Jeunes proGbagbo enlevés et torturés par les FRCI à Yopougon, 7j à la DST, 5déc2013. Ils ont été jetés à la MACA le 13décembre2013 après 7 jours de torture.

 

17:19 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

19/12/2013

Le cortège d'AFFI N'Guessan attaqué à l'entrée de DOROPO par des milices proOuattara

DOROPO(BOUNA, 603km au Nord-Est d’Abidjan) - Le succès de la Tournée du Front Populaire Ivoirien(FPI) du 14 au 22 décembre 2013 au Nord-Est de la Côte d'Ivoire agace le régime Ouattara. Selon un membre de la délégation joint au téléphone, le Cortège du Président Pascal AFFI N'Guessan a été attaqué à l'entrée de la ville de DOROPO, près de BOUNA (603km Nord-Est d'Abidjan), ce matin jeudi 19 décembre 2013 par les milices proOuattara. Au moment où nous mettions en ligne cette information, le bilan de l’attaque n’était pas encore établi.

Pour rappel, le 5novembre 2013, les milices proOuattara avaient lancé un assaut sur le meeting d’AFFI au stade municipal d’Oumé, 257km d'Abidjan.

En outre, le 15 Novembre 2013, la Gestapo de Ouattara attaquait le meeting de KOUA Justin, Secrétaire National Par Intérim de la Jeunesse du JFPI à la salle polyvalente de Bouna. 

Ouattara et ses milices sont toujours dans leur logique d’attaques armées de toute expression du parti du Président Laurent Gbagbo.


Affi N'Guessan, Tournée FPI Nord-Est, Bouna, Milice ProOuattaraPascal AFFI N'Guessan, Tournée de mobilisation des structures du Front Populaire Ivoirien(FPI) du 14 au 22 décembre 2013 au Nord-Est de la Côte d'Ivoire

12:26 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/12/2013

Le COFED et parents des détenus politiques manifestent à Abidjan, les FRCI enlèvent 2 responsables

ABIDJAN – Ce lundi 16 décembre 2013, à 7h30mn, le tribunal du Plateau a été secoué par une manifestation surprise du Collectif des Femmes des Détenus de la crise postélectorale(COFED). Des Femmes, des enfants et des parents de détenus politiques avec des sifflets et des pancartes ont bravé la dictature de Ouattara pour réclamer la libération des leurs qui sont emprisonnés par le régime Ouattara. 

"La prison est-elle un programme de Gouvernement", pouvait-on lire sur les pancartes du COFED. Ou encore "Libérez nos pères, nos mères et nos amis". Des pancartes qui dévoilent la laide nature du régime totalitaire du geôlier Ouattara.

Les minutes qui ont suivi, le régime Ouattara a déployé plus de 5 cargos bourrés d’hommes lourdement armés en tenues militaires pour charger et disperser les parents des détenus politiques venus réclamer justice. Lors de cette opération, les hommes aux ordres de Ouattara ont enlevé la Secrétaire Générale et la Secrétaire à la mobilisation du Collectif des Femmes des Détenus de la crise postélectorale(COFED) pour une destination inconnue. 


Au moment où nous mettions en ligne cet article, un (01) véhicule de type 4x4 Acmat et un (01) cargo bourrés d’hommes en armes sont garés devant la Cathédrale Saint-Paul d’Abidjan-Plateau vis-à-vis du Tribunal. Pendant ce temps, deux (02) autres cargos sont déployés à quelques pas de là, sous les manguiers en face de l’Office National d’Identification (ONI) du Plateau et un autre cargo bourré d’hommes en tenues militaires fait le tour du tribunal du Plateau pour empêcher un autre regroupement du COFED. C’est ce triste spectacle qu’offre le régime Ouattara face au COFED venu réclamer justice aux mains nues, ce lundi matin. 
Pour rappel, la Côte d’Ivoire compte, à ce jour, plus de 759 détenus politiques emprisonnés dans les goulags du régime Ouattara, dont 459 à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan. Ces prisonniers ont été pour certains enlevés sur dénonciations calomnieuses et emprisonnés avec des accusations farfelues. Des détenus politiques ont fait 2ans de prison sans être auditionnés dans une exécrable parodie de justice du régime Ouattara.


COFEC, Collectif des Femmes de Détenus politiqus, FRCI, Ouattara gêolierLe COFED et parents des détenus politiques manifestent à Abidjan ce lundi 16 décembre 2013, les FRCI enlèvent 2 responsables du mouvement


12:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |