topblog Ivoire blogs

16/11/2013

Le rédacteur en Chef du Bimensuel "Tomorrow" abattu par la Gestapo de Ouattara, le 14nov2013

ABIDJAN (Cocody-Angré) - Les voisins de Désiré Oué, Rédacteur en Chef du Bimensuel "Tomorrow", sont alertés par des rafales de Kalachnikov provenant du domicile du Journaliste, dans la nuit du jeudi 14 novembre 2013. Les voisins se ruent vers le domicile du rédacteur en chef de "Tomorrow". Ils aperçoivent des FRCI armés sortir de la maison de Désiré Oué, pour emprunter un véhicule de type 4x4 pour quitter les lieux. Les voisins entrent alors dans la maison du journaliste Désiré Oué. Spectacle inqualifiable. Le corps sans vie de Désiré Oué gisait dans une marre de sang.

Pour tenter de noyer ce crime de lèse majesté, les médias proOuattara tentent de coller une étiquette de "milicien des agoras" au journaliste abattu.

 

Désiré Oué et Claudy Siar, Journaliste abattu, Frci de OuattaraAoût 2013, Claudy Siar accordant une interview à Désiré Oué rédacteur en Chef du bimensuel à l'occasion du FEMUA 2013. Le Journaliste Désiré Oué a été abattu dans la nuit du 14 novembre 2013 à son domicile à Cocody angré, par la Gestapo de Ouattara.




Désiré Oué, Journaliste abattu, Gestapo de Ouattara, FRCI tue Journaliste, Tomorrow23 octobre 2013, le Journaliste Désiré Oué à la MPA, pour le compte de son Bimensuel "Tomorrow". Le Journaliste Désiré Oué a été abattu dans la nuit du 14 novembre 2013 à son domicile à Cocody angré, par la Gestapo de Ouattara.




Désiré Oué abattu, Rédacteur en Chef de Tomorrow, Journaliste abattuLe Journaliste Désiré Oué, Rédacteur en Chef du Bimensuel "Tomorrow", a été abattu dans la nuit du 14 novembre 2013 à son domicile à Cocody angré, par la Gestapo de Ouattara.

 

 

08:21 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/11/2013

BOUNA: La Gestapo de Ouattara attaque le meeting de Koua Justin et de la JFPI au Foyer des Jeunes

BOUNA (603km à l’EST d’Abidjan)  - Dans le cadre de la remobilisation de ses structures dans le ZANZAN (Est de la Côte d’Ivoire), la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI) a lancé une tournée, dans le Nord-Est ivoirien du 14 au 22 Novembre 2013.

Si l’Etape de BONDOUKOU s’est déroulée dans une atmosphère relativement calme, celle de BOUNA connait des troubles liés au refus de la Gestapo de Ouattara de voir la JFPI animer un meeting dans la Ville de Bouna. Le nazisme à la sauce Ouattara est implanté et sévit impunément. Barbare, la Gestapo de Ouattara refuse la contradiction.

"Les milices du RDR ont attaqué et chassé les militants de la JFPI venus apprêter la salle du Foyer des Jeunes de Bouna devant abriter le meeting de Koua Justin. Face à cette barbarie, le Secrétaire National par Intérim de la JFPI, le Camarade Koua Justin s’est rendu au Commissariat de Bouna pour porter plainte contre les agresseurs" a déclaré, au téléphone, un militant de la JFPI de Bouna.

Sans se laisser intimider par la Gestapo de Ouattara, le SNi de la JFPI Koua Justin et ses camarades ont voulu se rendre au domicile du Secrétaire de section JFPI de la ville, mais la Police le leur a déconseillé. Koua Justin et sa délégation, dans laquelle on dénombre plusieurs journalistes, sont en lieu sûr en attendant que les autorités préfectorales et policières mettent de l’ordre à Bouna pour y tenir le meeting comme prévu.

Pour rappel, le 5 novembre dernier, la Gestapo de Ouattara attaquait le meeting de Pascal Affi N'Guessan, Président du FPI, au Stade municipal d'Oumé 

JFPI à Bondoukou, Nanan Adou Bini 1erKoua Justin et la délégation de la JFPI reçus par Nanan ADOU BINI 1er, Chef de la province BINAGO dans le ZANZAN. Jeudi 14 Novembre 2013. (Photo de Gbagbo Leader)

19:50 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Enlevé le 30oct2013, le Sgt-Chef TRA BI TRAYE GEORGE, photographe militaire, jeté à la DST

Frci, dictateur ouattaraNous annoncions en début de ce mois, l’enlèvement du Sergent Chef TRA BI TRAYE GEORGE par des ravisseurs FRCI le 30 octobre 2013.

Selon des sources crédibles, le Sergent Chef TRA BI TRAYE GEORGE, photographe militaire en service au Ministère de la Défense, est détenu depuis 2 semaines à la DST de Ouattara. Le régime tortionnaire installé par la France soupçonne, sans preuve, le Sergent Chef TRA BI de préparer un coup d’Etat et patati et patata. Le refrain favori du régime Ouattara pour enfermer civils et militaires.

L’ex-FDS Sergent Chef TRA BI TRAYE GEORGE, en poste actuellement au Service Presse des Armées du Ministère de la Défense, est marié et père de 4 enfants avec plusieurs proches parents à sa charge. La famille de TRA BI, au sens africain du terme, est inconsolable depuis sa disparition et sa détention à la DST.

La frilosité et la paranoïa se sont emparées du régime Ouattara au point où Ouattara et son armée tribale suspectent les populations ivoiriennes, civiles comme militaires ex-FDS, de fomenter des coups d’Etat. Quel est ce régime qui, au prétexte farfelu d’atteinte à la sûreté de l’Etat, enlève et emprisonne systématiquement des ménagères, des commerçantes, des paysans, des plombiers, des peintres, des aides soignantes, des enseignants, des fonctionnaires et mêmes des élèves ?

 

De toute évidence, c’est Ouattara qui est le problème de la Côte d’Ivoire. Et pour tenter d’étouffer le peuple ivoirien, il déploie une laide dictature.  C’est, d’ailleurs, à juste titre que le journal Huffington Post classe Ouattara à la 15è place dans la liste des cruels « dictateurs vieillissants et malades » de notre planète.

09:32 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

14/11/2013

Ouattara jette MOHAMED SAM JICHI dit SAM L'AFRICAIN à la MACA, jeudi 14novembre2013 à 20h31

ABIDJAN - Le dictateur Ouattara vient de jeter MOHAMED SAM JICHI dit SAM L'AFRICAIN, Président de la Nouvelle Alliance de la Côte d'Ivoire pour la Patrie (NACIP) à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan(MACA), ce jeudi 14 novembre 2013 à 20h31mn.

 

Pour rappel, SAM L’AFRICAIN a été arrêté hier mercredi 13 novembre 2013 et écroué à la brigade de Gendarmerie de Koumassi au motif que SAM L’AFRICAIN aurait ordonné à un FRCI de frapper un jeune. Mais en réalité, le régime Ouattara en veut à MOHAMED SAM JICHI dit SAM L’AFRICAIN parce qu’il a accordé une interview à l’Infodrome publiée le 15 septembre 2013, dans laquelle SAM soutient que la réconciliation en Côte d’Ivoire requiert la libération du Président Gbagbo et de tous les détenus Politiques et le retour apaisé des exilés politiques.


SAM L'AFRICAIN, Prisonnier politiqueMOHAMED SAM JICHI dit SAM L'AFRICAIN, Président de la Nouvelle Alliance de la Côte d'Ivoire pour la Patrie (NACIP) au QG du FPI, le 7 Septembre 2013 lors de la passation de charges MIAKA/AFFI


23:29 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |