topblog Ivoire blogs

21/11/2013

Violents affrontements entre FRCI et un Commando inconnu à Cocody à 01h30m du matin, 8 morts

Affrontement FRCI, Insécurité Abidjan, ABIDJAN – Les habitants de Cocody dans le secteur de la Pharmacie Mimosas non loin de la SODEFOR et à quelques pas de l’Ecole Nationale de la Gendarmerie ont été réveillés par des tirs nourris aux environs de 01h30mn, dans la nuit du mercredi 20 au Jeudi 21 novembre 2013.

Selon des riverains, ces tirs d’une rare intensité ont duré près d’une heure du temps. Des FRCI en position sur la voie étaient aux prises avec un commando inconnu. Le Commandant Kouyaté du CCDO aurait perdu six (6) hommes dans ces affrontements contre deux (2) du côté du commando inconnu qui aurait emporté plusieurs armes de guerre, selon les mêmes sources.

 

Il faut noter que les supplétifs FRCI, combattants proOuattara détiennent toujours les armes de guerre à eux distribuées par Ouattara et ses soutiens lors de la Crise postélectorale. Si certains ont été intégrés dans la nouvelle armée de Ouattara, plusieurs sont toujours désappointés et déçus de leur mentor, attendant les promesses de butin de guerre et d’intégration dans les rangs des FRCI. Ces ex-combattants proOuattara  sont devenus des coupeurs de routes, des braqueurs, des milices et bandes armées qui se payent sur les populations civiles ivoiriennes, accroissant l'insécurité sur toute l'étendue du territoire ivoirien.

12:17 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Visite à Bouaké: Craignant ses combattants, Ouattara s'offre une GMC Blindée de 5,5tonnes

GMC Blindé, Ouattara à Bouaké, Supplétifs FRCICe n’est pas la grande sérénité du côté du Palais d’Abidjan, plus les jours de la visite de Ouattara à Bouaké approchent.

Selon nos informations, craignant ses propres combattants supplétifs FRCI basés à Bouaké, Ouattara s'est offert une GMC Blindée de 5,5tonnes importée des USA pour sa prochaine visite dans le Gbêkê qui aura lieu à partir du 23 nov2013.

Le véhicule Blindé de type 4x4 a été livré le mardi 19 novembre 2013, à l’aéroport International Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, à bord d’un  avion Cargolux, selon nos sources.

Ainsi donc, Ouattara pourra faire ses parades dans ce fourgon blindé à travers les rues de Bouaké pour échapper à des FRCI mécontents qui n’ont pas caché leur déception de leur mentor au pouvoir grâce à eux.

 

Pour rappel, les ex-démobilisés de Bouaké ont manifesté leur mécontentement à plusieurs reprises dont le 13 avril 2013, en fermant les corridors d’accès à Bouaké. Ouattara est donc conscient qu’il se rend dans son propre guêpier, le weekend prochain, d’où l’importation de ce véhicule blindé.


Les supplétifs FRCI, combattants proOuattara détiennent toujours les armes de guerre à eux distribuées par Ouattara et ses soutiens lors de la Crise postélectorale. Si certains ont été intégrés dans la nouvelle armée de Ouattara, plusieurs sont toujours désappointés et déçus de leur mentor, attendant les promesses de butin de guerre et d’intégration dans les rangs des FRCI. Ces ex-combattants proOuattara  sont devenus des coupeurs de routes, des braqueurs, des milices et bandes armées qui se payent sur les populations civiles ivoiriennes, accroissant l'insécurité sur toute l'étendue du territoire ivoirien.

10:50 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Liberté de Presse: L’ONUCI condamne l’assassinat de Désiré Oué et l’enlèvement Dieusmonde Tadé

ABIDJAN - 20 novembre 2013. La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Mme Aichatou Mindaoudou, s’est entretenue mercredi 20 novembre 2013 avec le Président du Conseil National de la Presse (CNP) M. Raphaël Lakpé sur la situation des journalistes exerçant en Côte d’Ivoire.

 

"J’ai profité de cette visite pour m’enquérir de la situation des deux journalistes, l’un tué et l’autre enlevé", a indiqué la chef de l’ONUCI au terme de la rencontre au siège du CNP.

 

La Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire et Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), Madame Aïchatou Mindaoudou a condamné l’attaque dont a fait l’objet M. Désiré Gnonsiohoué du Magazine Tomorrow, le 14 novembre 2013, à la suite de laquelle il a perdu la vie. La Chef de l’ONUCI a exprimé son inquiétude relative à l’enlèvement dans la nuit du 18 au 19 novembre 2013 de M. Dieusmonde Tadé, journaliste au quotidien "Le Nouveau Réveil".

L’ONUCI a fermement exhorté les autorités ivoiriennes à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les coupables soient identifiés et poursuivis devant la justice pour répondre de leurs actes.

 

 

Au cours des discussions, la Représentante Spéciale de Ban Ki-Moon a souligné l’importance de la presse dans la construction démocratique, dans l’accompagnement de la réconciliation nationale et pour le retour de la paix sociale. "Nous avons discuté avec M. Lakpé de la responsabilité qui est celle du journaliste d’accompagner les citoyens et de les informer", a déclaré Mme Mindaoudou 


Mme Mindaoudou, ONUCI, Journaliste tué, Désiré Oué, Tomorrow MagazineRencontre de Mme Aïchatou Mindaoudou Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire et Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de M. Raphael LAKPE, 20 Novembre 2013 au siège du CNP à Abidjan. (Photo de l'ONUCI)

08:44 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/11/2013

Le Parlement Russe: "La CPI ne possède aucun élément de preuve pour détenir GBAGBO"

Douma, Parlement Russe, La Voix de la RussiePar La Voix de la Russie - Le 11 novembre dernier, la Douma (chambre basse du Parlement russe) a organisé en son sein une table ronde sur le thème "Les aspects principaux des institutions pénales internationales sur l’exemple du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) et de la Cour pénale internationale (CPI)"

Le premier intervenant fut le Docteur Alexandre Mezyaev. Il a rappelé les principaux procès se déroulant depuis plusieurs années et jusqu’à aujourd’hui au TPIY et la CPI. Il a également rappelé les cas de Serbes emprisonnés par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie : le général Ratko Mladic, Radovan Karadzic, Goran Hadzic et notamment l’universitaire serbe Vojislav Seselj, ce dernier n’ayant jamais pris part au conflit armée en Ex-Yougoslavie et pourtant emprisonné depuis bientôt 11 ans par la « justice internationale », constituant un énième exemple flagrant des contradictions de ce tribunal. Un chapitre spécial sera dédié au cas du président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo, emprisonné depuis le 30 novembre 2011 dans les geôles de la Cour pénale internationale, ainsi qu’à Charles Blé Goudé, ministre ivoirien de la Jeunesse sous le gouvernement de Laurent Gbagbo, visé par un mandat d’arrêt de la CPI depuis le 1er octobre 2013.

En parlant du cas de Laurent Gbagbo, le professeur Mezyaev le caractérise ainsi : "Un président légitime déchu par des forces de l’extérieur et jugé sans aucun élément fiable". En ajoutant que : "La CPI ne possède aucun élément de preuve pour détenir ne serait-ce qu’un jour de plus M. Laurent Gbagbo. Mais il est toujours en détention…". Les autres intervenants ne manqueront pas de rappeler eux aussi toutes les contradictions inexpliquées de ces institutions juridiques internationales, censées défendre le droit international et la justice dans le monde entier, sans exception. Au lieu de cela, la CPI et le TPIY, ainsi que les autres institutions de ce type sont devenus des instruments politiques aux mains de groupes d’intérêts limités.

 

Source : La Voix de la Russie

12:19 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |