topblog Ivoire blogs

11/07/2013

San Pedro: Le FPI reprend la lutte

Claude Wayou, FPI San Pedro«Brisons les chaînes de la peur. Nous nous retrouvons comme en 1990. Opprimés et sans moyens financiers. Nous devons réactiver toutes les structures du parti. » C’est en ces termes que l’honorable Claude Wayou, le chef de la délégation du secrétariat national du Front populaire ivoirien (FPI) chargé du Bas-Sassandra s’est adressé aux militants du Fpi. C’était le 6 juillet dernier au centre culturel, à l’occasion d’une tournée que les émissaires du président Miaka Ouréto ont entreprise dans la région pour remobiliser les troupes.
Claude Wayou, Liby Koita et la délégation qui les accompagnaient ont été accueillis dans la liesse par des militants qui n’avaient plus de nouvelles de ces leaders depuis avril 2011. Le bureau fédéral conduit par son secrétaire général, Klé Beugré, a rendu un hommage aux compagnons de Laurent Gbagbo qui ont subi les humiliations et la torture du régime Ouattara. « Camarades, votre visite à nos militants va booster les actions de la fédération. » A souligné le fédéral, avant de faire le point sur la vie du parti dans sa zone de compétence. Selon lui, plus de 250 personnes favorables au président Gbagbo ont été exécutées par les forces pro-Ouattara en avril 2011. Plusieurs d’entre eux sont en exil forcé. Il a salué les actions de l’ex-préfet de région et de l’actuel maire qui ont usé de tout leur poids pour éviter une épuration des partisans du président Gbagbo. Klé Beugré a ensuite présenté à la délégation et aux militants, la liste des personnes radiées ou suspendues du parti pour insubordination. Il a fait savoir que d’autres responsables ont été nommés pour réactiver toutes les structures du Fpi. « Ils ont fait campagne pour des candidats de partis ou des indépendants. Ils n’ont pas respecté les consignes du Fpi. La fédération les a radiés et remplacés. Le Fpi sera encore plus fort dans notre région. » A-t-il promis. Klé Beugré a souhaité un redécoupage de sa fédération pour rapprocher le parti des populations. 
A sa suite, Liby Koita a rassuré les militants de San Pedro en disant ceci : « Nous serons très souvent présents à vos côtés. A Sassandra, Gueyo, San Pedro et Tabou. Le Fpi prend le pouvoir bientôt. » A-t-il soutenu, avant de déplorer que le pouvoir se sert du gel des avoir des pro-Gbagbo comme arme politique. 
L’honorable Claude Wayou ira même plus loin pour révéler que l’objectif de la barbarie orchestrée contre les premiers responsables du Fpi était de faire disparaitre le parti. « Toute la direction du Fpi est en prison. Il s’agissait de décapiter cette formation politique de combat pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Mais nous les avons remplacés, et le Fpi est debout parce que Laurent Gbagbo est un esprit. » A-t-il rassuré. Il a annoncé la visite prochaine du président par intérim, Miaka Ouréto. A ce propos, Claude Wayou a souligné que la région du Zanzan a lancé un défi aux militants du Fpi dans toutes les régions de Côte d’Ivoire. « Les Akyé ont adopté le Fpi. Le Zanzan veut le récupérer. Ce que nous avons constaté lors de la visite du camarade Miaka à Bouna est un signal fort. C’est un défi de mobilisation que nous devons relever lors de sa tournée chez nous. »A t-il poursuivi. Selon lui, les missions qu’effectue la direction du parti à l’extérieur sont fructueuses. Claude Wayou a souligné que Miaka et ses camarades sont en passe de changer la donne. Car le dossier sur la crise en Côte-d’Ivoire est aujourd’hui traité autrement dans les cercles politiques du monde. Et de révéler que le Fpi sera reçu par le sénat américain avant le 20 juillet prochain. « Nous prendrons le pouvoir par nos armes démocratiques » A-t-il lancé aux militants, à qui il a demandé de rester mobilisés pour les combats à venir. Au total, ce fut une rencontre utile qui a remis les partisans de Laurent Gbagbo en scelle pour la démocratisation de la Côte d’Ivoire. Les cartes du parti proposées à cette occasion ont été arrachées comme de petits pains. Les militants du front populaire ivoirien ont décidé de les acheter afin de donner les moyens à leur parti.


A. Dadge Debolley notrevoiesp@gmail.com, via FPI

17:25 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

10/07/2013

Abidjan: Bien qu’emprisonnés depuis 8mois, 2policiers accusés d’abandon de poste par la hiérarchie

FRCI, enlèvement, Ouattara criminelOn se croirait dans une jungle. Et pourtant nous sommes bien en Côte d’Ivoire version Ouattara.

Selon des sources concordantes,  après 8 mois de détention, deux (2) ex-FDS, précisément des policiers, ont été extraits de leur cellule à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), ce mercredi 10 juillet 2013. Les policiers prisonniers ont été envoyés à l’Ecole de Police à Cocody pour répondre à une convocation de la hiérarchie policière.

 Selon les mêmes sources, les autorités policières ont signifié "Abandon de poste et non-respect de consignes" aux deux éléments fraichement extraits de prison . A l’issue de 5h d’interrogatoire, les 2 policiers sont ramenés à la MACA dans leurs cellules respectives.


On peut donc émettre 2 hypothèses probables: 1-Soit la hiérarchie policière ne savait pas que ses 2 éléments étaient en prison. 2-Soit les autorités policières se moquent de ce que subissent ces policiers depuis 8 mois.

  

L’on veut bien croire que les autorités policières ne fussent pas informées de l’emprisonnement de leurs agents, eu égard à la cacophonie qui règne dans la chaîne de commandement des forces de Sécurité de Ouattara. Si Donc la première hypothèse est vérifiée, il est donc temps que la hiérarchie policière libère les 2 éléments prisonniers pour leur adresser des demandes d’explication régulière, afin de permettre aux concernés de relater les 8 mois de calvaires vécus.

18:58 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Détenus depuis 15 mois pour atteinte à la sûreté de l’Etat, le délit de 13 prisonniers politiques requalifié


MACA, Injustice, ProGbagbo incarcéréABIDJAN == Ils sont au nombre de treize(13) prisonniers politiques partisans du Président Laurent Gbagbo. Ils ont été emprisonnés par le régime Ouattara depuis le 14 mars 2012 pour atteinte alléguée à la sûreté de l’Etat. Selon des sources introduites, après 15 mois, ces prisonniers politiques ont vu leur délit requalifié en "troubles politiques graves". Ils passeront en jugement le 12 juillet 2013 à 09h au Tribunal de première instance d’Abidjan Plateau. Il s’agit de :


1-AFLI BI TIZIE MARIO

2-KOUTCHE DAN

3-DEDO  YAYORO CESAR

4-GNOHOU BALAN

5-BARY ADAMA

6-BEDI AHEKPA

7-TETI ALAIN CLAUDE

8-SERY GNAGBO JEAN

9-SERY GNAGA SAMSON

10-DIGBEU OBROU CESAR ORIOL

11-OGOU GNAZALE DARIUS

12-LOUE HEYE ARISTIDE CHRISTIAN

13-BAHI GNAORE

 

Tous attendent avec intérêt la suite que le régime Ouattara donnera à ce jugement.

A ce jour, la Côte d'Ivoire compte officiellement 711 détenus politiques dispatchés dans plusieurs prisons sur l'étendue du territoire national

 

 

14:10 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

07/07/2013

La Délégation de la JFPI à Duékoué, 6juillet 2013. Mobilisation totale!


JFPI à Duékoué, 6juillet 2013 DuékouéDuékoué, Mobilisation totale. La grande salle de la Mairie a refusé du monde, hier samedi 6 juillet 2013. Les autorités traditionnelles des cantons et des villages de Duékoué étaient présents. 
 
Les populations de la ville martyre de Duékoué étaient heureuses d'accueillir Dahi Nestor (SNi) et toute la délégation de la JFPI. La "Tournée éveil de conscience" initiée par la Jeunesse du parti de Laurent Gbagbo se poursuit malgré les menaces du régime Ouattara.

 

16:00 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |