topblog Ivoire blogs

04/06/2013

CPI vs GBAGBO, le PM Joseph Kokou Koffigoh réagit: "Le dossier est vide vous l'admettez enfin"

Poème Gbagbo, Joseph Kokou Koffigoh

 

En attendant Gbagbo

 

 

 

Le dossier est vide vous l'admettez enfin!

Alors que fait Laurent encor dans la galère?

Coupez les chaines de l'innocent dans les fers;

N'imitez pas Pilate en vous lavant les mains.

 

Depuis plus de deux ans, on a creusé, fouillé

Partout, pour lui coller les trois mille cadavres,

Sous les vieux monuments, déraciné les arbres,

Plongé dans l'Ébrié pour ne rien trouver.

 

À présent, on donne quelques mois pour chercher

À tout prix. Dites-moi quoi? Quelle ultime preuve?

Justice mon amour! Tu peux fouiller! Oui creuse!

Oui! Je te demande de ne rien lâcher.

 

Quand le trou sera grand, très profond et intense,

C'est le Mensonge qui y sera enterré;

Alors vous comprendrez qu'il vous faut libérer

Des mains de l'infamie, ce grand héros immense.

 

J'entends d'ici trembler les murs de Jéricho;

La Vérité suprême en un sursaut final,

Renverse les remparts érigés par le mal;

Demandez lui pardon en libérant Gbagbo.

 

Joseph Kokou Koffigoh

Poème inédit

 

Lomé le 4 Juin 2013

Source: Joseph Kokou Koffigoh

23:32 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Selon la BBC: "Laurent Gbagbo pourra demander sa libération provisoire "

Gbagbo, CPI, Verdict audienceInsuffisance de preuves contre Gbagbo. Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) n'ont pas confirmé les charges portées contre Laurent Gbagbo.

Dans une décision rendue lundi, ils demandent au procureur un complément d'enquête avant de mettre Laurent Gbagbo en accusation et, le cas échéant, le renvoyer en procès.

En attendant, Laurent Gbagbo restera en prison.

PROVISOIRE

Laurent Gbagbo pourra, comme il l'a fait par le passé, demander sa libération provisoire, mais en quelque sorte, rien ne change pour lui, pour l'instant.

L'ancien président ivoirien est toujours suspecté de crimes contre l'humanité commis suite à l'élection présidentielle de novembre 2010.

Les juges ont estimé que le procureur n'avait pas apporté de preuves suffisantes leur permettant de confirmer les accusations de crimes contre l'humanité portées contre lui et de le renvoyer en procès.

Enquête

L'accusation aura donc jusqu'à la fin de l'année pour revoir son dossier et compléter son enquête. Selon le calendrier arrêté par les juges, la décision finale, permettant de savoir si Laurent Gbagbo subira ou non son procès à La Haye ne tombera pas avant avril 2014.

Les magistrats demandent notamment au procureur de démontrer que les crimes commis dans le pays - lors des violences qui, selon l'ONU, avaient plus de 3000 morts - l'ont été dans le cadre d'une politique de répression orchestrée par Laurent Gbagbo et ses proches.

Ils demandent aussi au procureur de dire à quels groupes des forces pro Gbagbo appartenaient les auteurs des meurtres, des viols et des persécutions commises sur le terrain. Les magistrats réclament aussi des preuves spécifiques sur les allégations de viols et des expertises médico-légales concernant les victimes.

Défaillances

La décision rendue aujourd'hui pointe une nouvelle fois les défaillances du procureur de la CPI et la faiblesse de ses enquêtes.

Par ailleurs, la Cour a aussi annoncé l'ouverture du procès de William Ruto, le vice-président du Kenya, le 10 septembre prochain.

 

Les juges de la CPI demandent des preuves supplémentaires.

Source: BBC

15:00 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Vidéo version française : Ajournement du verdict des juges de la CPI sur le dossier Gbagbo

La vidéo du verdict des juges:

 

 

 



LA CHAMBRE

a) décide d'ajourner l'audience;

b) Prie le Procureur d'envisager de fournir davantage de preuves ou de conduire de nouvelles enquêtes relativement à toutes les accusations, considérant les questions paragraphe 44 de la présente décision;

c) Adopte le calendrier suivant pour divulgation de la preuve et des arguments. Pour cette fin, la Chambre ordonne au Procureur :

(I) de communiquer à la Défense au plus tard le vendredi 5 Juillet 2013 Tous les preuves en sa possession pour laquelle elle n'a pas l'intention de présenter une demande d'expurgation à la Chambre;

(Ii) de soumettre à la Chambre dès que possible et au plus tard vendredi  5 Juillet 2013 toute demande d'expurgation à l'égard des preuves qui sont en sa possession et sur lesquelles elle entend se fonder aux fins de la confirmation des charges;

(Iii) d'accord avec la Défense sur un lieu et un temps pour permettre à l'inspection de tout matériau au sens de l'article 77 du règlement qui est en la possession du Procureur de départ dès que possible et au plus tard le vendredi 5 Juillet 2013;

(iv) à communiquer à la Défense au plus tard le mardi 15 Octobre 2013, le premier lot de preuves qu'elle a recueillies dans le cadre de son surplus d’enquête et pour laquelle elle n'a pas l'intention de présenter des demandes d'expurgation à la Chambre;

(V) de présenter à la Chambre dès que possible et au plus tard Mardi 15 octobre 2013 les demandes d'expurgation en ce qui concerne la preuve qu'elle a recueillie dans le cadre de son enquête plus approfondie et sur laquelle elle entend se fonder pour l'application de la confirmation des charges;

(Vi) d'accord avec la Défense sur un lieu et de temps pour permettre à l' inspection de tout matériau au sens de l'article 77 du règlement qui est en la possession du Procureur de départ dès que possible et plus tard, le mardi 15 Octobre 2013;

(Vii) de divulguer à la défense tous les éléments pour lesquels une autorisation pour caviardage est demandé, dès que possible et au plus tard 5 jours après la notification de la décision de la Chambre sur ladite requête pour expurgation;

(Viii) à communiquer à la Défense au plus tard le vendredi 15 Novembre 2013 le deuxième lot de preuve qu’elle a recueilli au cours de son surplus d’enquête et pour lequel elle n'a pas l'intention de présenter des demandes d'expurgation à la Chambre, et

(Ix) à soumettre au plus tard le vendredi 15 Novembre 2013, le DDC modifiée, liste modifiée des preuves et élément consolidés et actualisés

 

En ce qui concerne la défense, la Chambre ordonne qu'il

(x) de présenter des propositions motivées d'expurgation, le cas échéant, conformément à l'article 81 du règlement dès que possible et au plus tard le vendredi 15 Novembre 2013;

(Xi) d'accord avec le procureur sur un lieu et de temps pour permettre à l'inspection de tout matériel dans le sens de la règle 78 du Règlement départ dès que possible et au plus tard le lundi 9 Décembre 2013;

(Xii) à présenter ses observations sur les éléments de preuve du Procureur et de divulguer au Procureur de la preuve qu'elle entend présenter, le cas échéant, et de déposer sa liste modifiée des preuves au plus tard le lundi 16 Décembre 2013;

(Xiii) à soumettre au Procureur de ses demandes, le cas échéant, la levée de suppressions de matériel couverts par l'article 67 (2) du Statut ou la règle 77 du règlement dès que possible après la divulgation des documents pertinents, et

(Xiv) de présenter ses demandes, le cas échéant, par une décision de la Chambre sur tout désaccord avec le procureur sur la levée des suppressions appliquées aux matériaux couverts par l'article 67 (2) du Statut ou la règle 77 du Règlement au plus tard 5 jours après le Procureur réponse y afférent;

 

d) ORDONNE au Greffe de mettre à disposition les éléments de preuve à la Chambre au moment où elle est divulguée entre les parties;

e) Décide que le Procureur et les victimes peuvent déposer des observations écrites finales en réponse à la Défense au plus tard le vendredi 24 Janvier 2014;

f) Décide que la défense peut présenter des observations écrites finales en réponse au procureur et les observations de victimes au plus tard le 7 Février 2014;

g) Décide que le délai de 60 jours requis pour la délivrance de la décision sur la confirmation des charges débutera à courir à compter de la date de réception de la dernière communication écrite.

 

ICC-02/11-01/11 24/25 3 Juin 2013

Judge Silvia Fernandez de Gurmendi

 

12:48 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Dr-Ing. Ahoua Don Mello réagit sur l’Ajournement du verdict de la CPI sur le dossier Gbagbo

Don Mello, Dr Ahoua Don MelloAJOURNEMENT DU PROCES DE LAURENT GBAGBO:REACTION DE AHOUA DON MELLO

BENSOUDA invitée à mieux souder son dossier

La montagne a accouché d’une souris. La montagne de mensonge déposée sur la table des juges de la CPI, relayée par tous les tambours des griots de la “communauté internationale” a accouché d’une souris et Mme BENSOUDA est invitée à mieux souder son dossier.

Malgré le caractère curieux de maintenir un innocent en prison en attendant de fabriquer des preuves, saluons l’efficacité de l’équipe de Maitre Altit et l’offensive africaine contre la CPI. Cette victoire passera certainement sous silence dans les medias françafricains qui ont tenté et continueront de tenter d’ériger le mensonge en valeur démocratique et les rebelles en démocrates.

Il est bien évident que pour les ivoiriens, cette conclusion confirme ce qu’ils savent dejà: Fausses accusations, coup d’Etat, prise d’otage et déportation d’un Président Africain en exercice au profit d’un pouvoir ethnique et génocidaire. Cette vérité prendra son temps pour éclater aux yeux du monde entier et les questions complémentaires posées au procureur pour la suite de son enquête ne font qu’emprunter ce chemin.

Le temps est laissé maintenant à la “communauté internationale” pour ne pas dire à la françafrique, de gérer politiquement le plus gros scandale politico-militaire du siècle qui risque de l’emporter définitivement.

Espérons que Messieurs les courageux juges ne plient pas sous le rouleau compresseur du réseau françafricain qui va se déployer pour sauver les meubles après cette gifle.

 

Ahoua Don Mello

 

Docteur Ingénieur des Ponts et chaussées, Ancien ministre

10:48 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |