topblog Ivoire blogs

20/06/2013

Mediapart vidéo: Moftah Missouri brandit la preuve des 50millions d’Euros de Kadhafi à N. Sarkozy

Moftah Missouri, Conseiller de Kadahfi, Sarkozy voleurEdwy Plenel Co-fondateur de Mediapart vient de tweeter une bombe qui va certainement entraîner à nouveau, l’ex-Président Nicolas Sarkozy dans des abîmes judiciaires. Il s’agit d’une vidéo-témoignage de 48 secondes dans laquelle Moftah Missouri, ex-Interprète de Kadhafi brandit une note authentique datée de décembre 2006 attestant un appui financier du régime de Kadhafi à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy à hauteur de cinquante (50) millions d’Euros.

 

Vidéo : 

11:37 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Dans sa logique de justice sélective, la CPI fixe le procès d’Uhuru Kenyatta au 12 novembre 2013

Procès Kenyatta, CPILes Chefs d’Etats africains avaient ouvertement dénoncé la justice sélective de la CPI basée sur une logique bassement "raciale", lors du 50ème anniversaire de l’Union Africaine(UA) le 25 mai dernier en Ethiopie. En dépit de cette révolte de l’UA fustigeant la "traque raciale" politiquement déguisée de la CPI contre les chefs d’Etat africains, cette cours vient d’annoncer dans un communiqué lapidaire la date du procès du Président kényan  S.E.M. Uhuru Muigai Kenyatta pour le 12 novembre 2013.  Sans oublier que le 05 nombre 2013 a été fixé par la CPI à la procureure Bensouda pour fournir davantage de preuves contre le Président Laurent Gbagbo, alors que dans un communiqué du 3 juin 2013, les juges de la chambre préliminaire avaient reconnu « une insuffisance de preuves » contre l’accusé Gbagbo.

 

Nous vous livrons le communiqué intégral de la CPI sur l’Affaire Kenyatta

 

Affaire Kenyatta: Le procès débutera le 12 novembre 2013

 ICC-CPI-20130620-PR921

Situation : République du Kenya

Affaire : Le Procureur c. Uhuru Muigai Kenyatta

 

Aujourd'hui, le 20 juin 2013, la Chambre de première instance V (B) de la Cour pénale internationale (CPI) a fixé la nouvelle date du procès à l’encontre de M. Uhuru Muigai Kenyatta. L’ouverture du procès est désormais programmée au 12 novembre 2013.

Le 26 avril 2013, la Chambre de première instance avait conclu que la Défense devait bénéficier d’un délai supplémentaire pour se préparer en raison des retards pris par le Procureur dans la communication des preuves. La Chambre de première instance avait invité la Défense à présenter des observations quant à la durée nécessaire estimée pour se préparer adéquatement au procès. Après avoir reçu ces observations et les réponses de l'Accusation et du représentant légal des victimes, les juges ont décidé de reporter l'ouverture du procès, initialement prévue pour le 9 juillet 2013. La nouvelle date a été fixée en tenant compte du besoin pour la Défense d’avoir suffisamment de temps pour préparer son affaire, ainsi que de considérations de planification et de logistique.

 

M. Kenyatta est accusé en tant que coauteur indirect de cinq chefs de crimes contre l’humanité (meurtre, déportation ou transfert forcé de population, viol, persécution, et autres actes inhumains) qui auraient été commis pendant les violences post-électorales au Kenya en 2007-2008. Source: CPI

Pour plus d’infos sur l’affaire Kenyatta, cliquez ici

 

 

De plus en plus, dans l’opinion africaine et même au-delà, il est clairement établi que la CPI  est devenue un instrument politique de punition des chefs d’Etats Africains lorsque ceux se révoltent contre les nations dites puissantes. Hélas ! 

10:44 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

19/06/2013

Axe Tiebissou-Bouaké: un Commando armé de roquettes et de kalachs sévit depuis lundi 17 juin

Commando armé, Tiebissou, Bouaké, FRCI, insécuritéLe lundi 17 juin2013, un commando lourdement armé a barré de 8H à 10H, le tronçon Tiébissou-Djébonoua. Ces quidams armés de roquettes et de kalachnikovs, ils ont attaqué un minicar communément appelé  "Gbaka", un car et un camion remorque en partance pour le nord du pays, a-t-on appris auprès des victimes.

"Ils ont badigeonné leur visage avec des produits noirs. Ils ont des roquettes et des kalachs. Ces bandits ont tiré sur notre gbaka pour obliger notre chauffeur à s’arrêter. Dans sa manœuvre, le chauffeur nous a jetés dans un ravin. Malgré les blessés, ces criminels sont venus dépouiller les passagers" a témoigné une victime venue recevoir des soins à Yamoussoukro.

 

On note que les supplétifs FRCI ont plusieurs fois manifesté sur le même tronçon, réclamant à leur employeur Ouattara les montants à eux promis lors de leur enrôlement. Des sources indexent ces ex-démobilisés FRCI qui possèdent encore toutes les armes de guerre, comme étant à la base de cette insécurité galopante sur l’axe Tiebissou-Bouaké.

09:22 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/06/2013

Manifestation d'indignation des victimes alléguées de Gbagbo: FIASCO TOTAL

Ouattara Comedy club, Ouattara menteur, Manif 17 juin PlateauDepuis le 4 juin 2013, Soro Alphonse a mis à contribution tous les moyens communicationnels du régime Ouattara. Avec la bénédiction du pouvoir en place, SORO Alphonse s'était assigné comme objectif d'organiser une parfaite "opération de paralysie d'Abidjan", ce lundi 17 juin 2013 avec une manifestation dite "d'indignation des victimes de Gbagbo" contre la décision d'ajournement du verdict des juges de la CPI dans l'affaire Gbagbo.

 

Malgré les convoyages des militants proOuattara d'Abobo dans des minicars communément appelés "Gbakas" pour les déverser au lieu de la manifestation devant le palais de la Justice à Abidjan-Plateau (Voir la vidéo de convoyage), le régime dictatorial n'a pu mobiliser qu'un groupuscule de rattrapés ethniques à la solde de Ouattara. .

 

UN FIASCO TOTAL

Kandiatitude, Manif 17juin 2013 fiascoDes affiches bourrées de fautes grammaticales ridicules. Des jeunes drogués surexcités qui ont, pendant une trentaine de minute, barré la voie passant devant le palais de Justice d'Abidjan-Plateau. Alors que la manifestation était prévue à la mythique Place de la République. Au nombre des manifestants, si l'on retranche les vendeuses d'eau glacée venues vendre, ainsi que les passants venus se faire établir des documents au Palais de Justice, le régime Ouattara n'a mobilisé qu'une cinquantaine de manifestants. Ce qui devait passer dans l'opinion nationale et internationale comme un mouvement spontané d'indignation ne fut rien d'autre qu'une mascarade bidonnée, dans une honteuse cacophonie. UN FIASCO TOTAL !

Mais, dès demain, puisse que le régime Ouattara est abonné aux mensonges des chiffres, la presse proOuattara va parler des milliers de manifestants en brandissant des images d'archives. Nous avons bien compté à 13H30mn. Il n'avait que trente huit (38) malheureux manifestants, déçus et attendant de rentrer honteusement chez eux: Soit vingt trois (23) regroupés sur l'espace en face du bureau de l'ONI Plateau et quinze (15) autres rassemblés sous l'arbuste du feu tricolore de l'Immeuble CCIA. Les passants ne se privaient pas de lancer quelques moqueries au vu de cette lamentable comédie du régime Ouattara visant à influencer les décisions des juges de la CPI sur le cas Gbagbo.

Soro Alphonse, le député rattrapé ethnique de Ouattara avait prévu une paralysie d'Abidjan, ce 17 juin 2013, mais rien n'y fit. Voici la preuve que le régime Ouattara repose sur un groupuscule d'excités criminels de guerre que la France et l'ONU maintiennent au pouvoir dans le sang et la répression en Côte d'Ivoire.

 


La manifestation des proOuattara a été autorisée, puisse que Soro Alphonse affirmait hier que "toutes les dispositions sécuritaires sont prises". Ce que nous avons constaté, ce matin, avec un cordon sécuritaire de la Police pour encadrer ladite manifestation. Nous osons croire que le régime Ouattara autorisera une contre manifestation des partisans du Président Laurent Gbagbo, pour que la vérité de la mobilisation démocratique éclate au grand jour en Côte d'Ivoire.



 

 

 

19:08 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |