topblog Ivoire blogs

27/06/2013

Raphael Lakpé: "le document de Joseph Titi est ok" mais son journal AUJOURD’HUI reste suspendu

C’est dans une combine dictatoriale et révoltante que le régime Ouattara roule depuis plus de deux semaines, les journaux proches de l’opposition ivoirienne, notamment le quotidien "AUJOURD’HUI" fondé par M. Joseph Titi. Nous vous livrons le récit des derniers développements de sa lutte avec le CNP pour la réapparition de son journal suspendu depuis le 10 juin 2013.


Joseph Gnahoua Titi, journal aujourd'huiCet après-midi, le conseil national de la presse (CNP) a encore rejeté le dossier du journal Aujourd'hui qui reste encore suspendu. Le conseil reproche à Joseph Titi qui a remanié sa rédaction pour obtenir le quota de journalistes professionnels exigé par le CNP, de n'avoir pas produit un document interne confirmant la nomination du rédacteur en chef ainsi que celle du secrétaire général de rédaction, de même que les émoluments auxquels ils auront droit.

Il est cependant bon de noter que dans sa dernière notification en date du 25 juin 2013, le CNP écrit ceci, je cite : "Délibérant, le conseil a constaté que vous avez fourni en lieu et place des cartes de journalistes professionnels du rédacteur en chef et du secrétaire général de la rédaction pour l'exercice 2012-2013, celles de 2011-2012. Cette irrégularité viole l'article 16 de la loi du 14 décembre 2004 portant régime juridique de la presse qui indique que le rédacteur en chef, son adjoint ou le secrétaire général de la rédaction doivent obligatoirement être des journalistes professionnels". En conséquence, il suffisait que je produise un document qui montre que mon rédacteur en chef et mon secrétaire de rédaction ont tous les deux la carte de 2013 pour que je sois en règle avec la lettre de l'article 16 de la loi de 2004. C'est ce que j'ai fait par anticipation le 21 juin dernier. Mais non, le CNP demande maintenant pourquoi je ne produis pas un simple document interne de leur nomination. Pour cette raison, le journal Aujourd'hui qui a déjà produit au titre des documents administratifs exigés par la loi, à savoir :

1. Des états financiers de l'entreprise à la Direction générale des impôts

2. Une déclaration individuelle de salaire annuel (DISA)

3. La déclaration de l'ensemble des journalistes professionnels à la CNPS

4. Des bulletins de salaire de ceux-ci

5. Une attestation de déclaration de l'entreprise à l'inspection du travail

6. Un document d'immatriculation de l'entreprise à la CNPS

7. Une liste de la rédaction remaniée ensuite le 21 juin pour respecter le quota exigé par le CNP

Est suspendu. Et cela, depuis le 10 juin.

Visiblement, l'objectif du CNP n'est pas la régularisation des entreprises de presse. Si ce n'était que cela, la suspension qui frappe le journal Aujourd'hui aurait été levée depuis longtemps. Car tous les documents légaux exigés ont été déposés par le journal. Que ferait-on d'un acte de nomination du rédacteur en chef et du secrétaire de rédaction si ce n'est pour maintenir le journal au fil des semaines et des sessions loin des kiosques ? Car la prochaine session est prévue pour le 4 juillet prochain. Encore dans une semaine. Tandis que pour bien plus grave que ça, des entreprises ont obtenu des mises en demeure leur permettant d'être sur le marché.

Pourtant en guise d'apaisement, j'ai sursis à la conférence de presse que je voulais organiser pour élever la voix. J'ai même rencontré les autorités du CNP, notamment la secrétaire générale et le président M. Raphael Lakpé. On m'a dit que mon document était ok. Maintenant je comprends que le but de la manœuvre c'est de liquider la presse bleue. On commence par Aujourd'hui et Le Nouveau Courrier dans la droite ligne de la vieille stratégie du diviser pour mieux régner.

 

Source: Joseph Titi

19:13 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (5) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/06/2013

Après son interview, des FDS se sentant trahis par le Gl MANGOU, lui écrivent une lettre

Mangou traître, Gl TraitreLES MILITAIRES TRAHIS PAR LE GENERAL MANGOU

 

           A monsieur Mangou

Après avoir pris connaissance de l’interview que le General Mangou a accordée au journal Fraternité Matin N° 14563 du samedi 15 juin 2013, nous, éléments des forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), ayant servi sous ses ordres, ne pouvons rester indifférents face à certains propos tenus par lui dans cette déclaration :

 « Le Président Alassane Ouattara a fait de moi un ambassadeur pour me permettre de vivre cette nouvelle expérience qui est très bonne.

Je voudrais profiter pour lui dire un très grand merci pour cette nomination. Le Président en faisant montre à tous qu’il n’ya vraiment pas de haine dans son cœur qu’il tend la main à tous les enfants de la Côte d’Ivoire sans exclusion, pour que chacun puisse apporter sa pierre au processus.

Tous les ivoiriens doivent savoir que quand nous avons servi un Président avec détermination loyauté et fidélité et qu’un autre est élu par le peuple souverain de Côte d’Ivoire on se doit de le servir avec la même fidélité loyauté et détermination. Certains ne le comprennent pas. Ils parlent de trahison. Il faut être animé d’esprit Républicain. C’est ce que nous faisons. » 

Notre démarche est de monter à ce Général que lorsqu’on danse avec un aveugle, il faut lui marcher souvent sur les pieds pour qu’il sache qu’il n’est pas seul sur la piste de danse.

Notre analyse se portera d’abord sur la notion d’esprit Républicain qu’il prétend avoir, ensuite sur la trahison dans laquelle il dit ne pas se reconnaitre et enfin sur le fait qu’il dise que Alassane OUATTARA a bon cœur parce qu’il l’a nommé.

Ambassadeur, de quoi s’agit-il ?

 

1/ De l’esprit Républicain

De quel esprit  Républicain parle le GENERAL Mangou ? Etes-vous bien placé pour parler d’esprit Républicain ? Avez-vous mis en pratique la prestation de serment que fait tout officier avant sa remise d’épaulettes ? Nous disons non. Peut-être que vous l’avez oublié, nous, nous faisons le devoir de vous rappeler que ce serment demande à  tout officier de respecter la constitution, les lois et les institutions de son pays au prix de sa vie.

L’histoire récente de notre pays a montré que vous le GENERAL Mangou vous êtes un officier Général fuyard un officier qui n’est pas DELTA ( qui n’est pas digne dans le jargon militaire). Oui nous pesons bien nos mots. Un officier fuyard est un indigne ne peut pas se vanter d’avoir un esprit Républicain.

Mon Général vous qui êtes allé jusqu’au grade de Général de corps d’armée vous pouvez faire allégeance à un Président élu, proclamé vainqueur par le Conseil Constitutionnel qui a prêté serment et vous dédire après ?

Nous pensons que vous un GENERAL de corps d’armée de surcroit Chef d’Etat Major cela aurait été impossible. Mais vous, vous l’avez fait. Pouvez-vous qualifier cet acte d’esprit Républicain ? Nous vous disons non.  Là, vous avez raté de monter dans le train de l’histoire de notre jeune  nation. Pensez-vous qu’aujourd’hui, un seul officier peut vous prendre pour modèle ? Nous disons non, mon Général.

Votre gallon de Général de corps d’armée ne pourra qu’aller à l’oubliette. Ce gallon a été un gâchis pour la République. Vous êtes considérés aujourd’hui par tous vos frères d’armes comme un GENERAL fuyard, peureux, qui peut prétendre à tout sauf à un esprit Républicain.

2/ De la trahison

Mon Général, qu’est ce que vous voulez qu’on comprenne ? Que vous êtes un bon GENERAL ? Mon GENERAL, vous ne l’êtes pas. Vous avez non seulement trahis le peuple de Côte d’Ivoire, mais toutes les institutions de la République et vos frères d’armes.

N’est-ce pas vous qui, voulant répondre à SORO Guillaume, le vendredi 21 janvier 2011, lorsque BLE GOUDE accompagné par les membres de la galaxie patriotique étaient allés dans les locaux de l’Etat Major vous inviter officiellement au stade Champroux, qui avez dit que SORO GUILLAUME rendra compte à Dieu de ses actes de meurtres et qu’il sache que pour vous et les FDS, « la mort est gain » ?

N’est-ce pas vous qui avez dit au stade Champroux de Marcory le dimanche 23 janvier 2011, après que vous avez déjà fait allégeance au Président  LAURENT GBAGBO en décembre 2010 que vous avez des armes de destruction massive et que vous êtes prêts à vous battre contre tous ceux qui vont piétiner la constitution ivoirienne et s’attaquer aux ivoiriens ? L’objectif  de cet appel n’était-il pas de demander aux troupes de rester fidèles au Président élu LAURENT GBAGBO ?

Etait-ce un autre GENERAL Mangou qui avait lancé ces propos au stade Champroux devant des milliers de jeunes ivoiriens ? C’est bien vous non ! Mais le moment venu de se battre, qu’avez-vous fait ? Vous vous êtes rendu nuitamment au GOLF HOTEL (QG de campagne d’ALASSANE OUATTARA) sans donner de contre ordre aux troupes. Vous avez fui. Comment qualifie  t- on cet acte, mon GENERAL ? Nous vous disons  que c’est ça qu’on appelle la trahison.

Quand vous donnez des ordres aux FDS leur disant de replier tous sur Abidjan pour organiser la défense de la capitale, et qu’avant qu’ils n’arrivent tous à Abidjan vous avez déjà pris la poudre d’escampette fermant tous vos téléphones sans contre ordre, comment pouvez vous qualifier cette attitude ? C’est ça qu’on appelle la trahison, mon GENERAL.

Quand vous appelez les jeunes à s’enrôler dans l’armée à partir de mars 2011, et que vous faites ce recrutement massif et que vous les abandonnez pendant qu’ils sont encore en formation comment qualifiez-vous cette attitude ? Mon GENERAL c’est ça la trahison !

Quand au moment du combat pendant que tout le peuple s’attendait à ce que vous vous battiez jusqu’au bout et que ce peuple constate que vous avez fui laissant vos subalternes sur le terrain. Comment qualifiez-vous cette attitude ? C’est la trahison, mon GENERAL.

Tous ces soldats qui sont morts parce qu’ils ont cru en leur Chef d’Etat Major qui les a abandonnés en chemin sans contre ordre n’ont-ils pas été trahis par vous ? Vous serez toujours hanté par le sang de tous ces militaires pour l’éternité.

Mon GENERAL, vous avez trahis vous-même l’armée de Côte d’Ivoire, le peuple de Côte d’Ivoire, les institutions de la République, vos frères d’armes de la Gendarmerie Nationale, de la Police Nationale, de la Douane, des Eaux et Forêts, de la Marine Marchande. Vous avez trahis même vos propres gardes de corps dont le Chef qui se surnommait J.C Côte d’Ivoire, vous cherchait dans toute la Capitale ne sachant pas où vous êtes. Vous n’êtes pas un GENERAL digne.

3/ Du bon cœur d’ALASSANE OUATTARA

Venant de vous qu’Alassane OUATTARA a un bon cœur ne vous surprend pas. Cependant, nous vous rappelons qu’il vous a nommé ambassadeur non pas parce qu’il a bon cœur, mais pour le service que vous lui avez rendu en trahissant le peuple de Côte d’Ivoire, les institutions de la République et vos frères d’armes à son profit.

Nous savons que vous, GENERAL Mangou, saviez cela à moins à moins que vous n’ayez pas de conscience.

Sachez que beaucoup de vos frères d’armes sont en  prison, en exil ou traqués par celui qui a un «  bon cœur » pour vous parce qu’il vous a nommé ambassadeur.

Pourquoi tous ces militaires sont-ils en prison, en exil, traqués, alors qu’ils ont servi sous vos ordres pendant que vous, vous êtes nommés ambassadeur ?

Mon général, avant de vous quitter, nous voulons vous faire remarquer que vous n’êtes pas un modèle pour la côte d’Ivoire et pour l’armée ivoirienne. Pourriez-vous regarder un seul instant dans le rétroviseur et vous comparer au général Ouattara Thomas d’Aquin qui fut GENERAL de corps d’armée comme vous ? Nous disons non ; car vous ne pouvez même pas vous comparer au dernier soldat sur l’éthique militaire à plus forte raison à ce grand GENERAL.

Quand nous, militaire voyons aujourd’hui la descendance du GENERAL d’Aquin, nous leur vouons un grand respect à cause de la grandeur de leur père. Mais vous, vos descendants seront hués à cause de votre trahison.

Aucun statut ne pourra être érigé en votre honneur dans ce pays comme celle du général d’Aquin connue à l’ENSOA de Bouaké que nous avons tous saluée fièrement lors de notre passage dans cette école ; car au panthéon de l’histoire des généraux traitres, vous occupez une place de choix.

Rappelez-vous de ce que le GENERAL Dogbo Blé vous a dit au Golf Hôtel pendant qu’on le maltraitait sous vos yeux. Oui, vous êtes un lâche mon GENERAL. Vous ne méritez pas d’être appelé Général, vous êtes le dernier des soldats en Côte d’Ivoire.

Permettez nous maintenant de vous tutoyer parce que ne méritant plus d’être vouvoyé par un seul soldat de la Côte d’Ivoire digne de ce nom.

Nous militaires de Côte d’Ivoire (officiers, sous-officiers, militaires de rang) des Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) T’ANATHEMATISONS.

« La malédiction te suivra jusqu’à ta descendance » car l’histoire de la Côte d’Ivoire qui s’écrit à présent retiendra qu’il fut un chef d’Etat Major, général de corps d’armés, du nom de Philippe Mangou qui a trahi son peuple, les institutions de son pays et ses frères d’armes. Qu’il a pris la fuite face à l’agresseur, livrant ses subalternes à la mort. Oui Philippe Mangou, tu demeures fuyard, un lâche, un traitre.

Un conseil : taches désormais de faire attention à tes déclarations si non, tu vas entendre des choses qu’on ne t’a jamais dites en publique te concernant. Et cela est aussi valable pour les amis traitres comme Detho Letho, Kassaraté Tiapé Edouard, Brindou M’bia qui sont de la même trempe de traitre comme toi.

Des gens comme toi qui trahissent, doivent éviter de prononcer certains mots dans leurs déclarations. Ils doivent faire profil bas ! Mais au fait, monsieur Mangou, dites-nous, qu’est ce que cela te fait de savoir que le président Laurent Gbagbo, ton bienfaiteur est aujourd’hui à la Haye, alors que tu te prévaux du grade de GENERAL de corps d’armée qu’il t’a conféré ?

Que dire aussi de tous ces militaires ayant cru en toi et que tu as trahis ? Simple question de conscience ! A bon entendeur, salut.

  

 

TES FRERES D’ARMES TRAHIS

14:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (18) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/06/2013

Col Pierre Hery, ex-attaché militaire d’Ambassade de France à Abidjan nommé DG de CMA CGM-CI

Françafrique, Col Pierre HeryABIDJAN === Le colonel Pierre Hery,  l’inéluctable attaché militaire de l’Ambassade de France à Abidjan, était la pièce maîtresse de transformation des décisions diplomatiques françaises en actions militaires sur le terrain lors de la crise postélectorale de 2010 en Côte d’Ivoire.

Selon la Lettre du Continent N° 661 du 19 juin 2013, Colonel Pierre Hery vient d’être nommé à la tête de la filiale ivoirienne de la Compagnie de fret maritime de CMA-CGM à Abidjan. L'ex-attaché militaire d'Ambassade remplace à ce poste M. Marc Messana.

Ainsi donc, le système françafrique récompense un de ses loyaux agents qui a activement contribué à la chute du Président Laurent Gbagbo en 2011. 

 

La guerre postélectorale Ivoirienne de 2010, née du refus d’Alassane Ouattara d’accepter le verdict du Conseil Vonstitutionnel déclarant Laurent GBAGBO vainqueur des élections présidentielles, a fait officiellement plus de 3.000 morts. Ce conflit, ayant opposé les forces gouvernementales aux forces rebelles pro-Ouattara,  a fait un grand nombre de victimes parmi les partisans du président Gbagbo, visés pour leur coloration politique par les forces proOuattara. 

00:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/06/2013

Affaire Assassinat d'un commando marin: Le Jour Plus fait du chantage au Bishop Kodja Guy Vincent

Bishop Guy Vincent Kodja Hier, dimanche 23 juin 2013,  au cours sa prédication, sur le thème: "la Prison spirituelle", le Bishop Kodja Guy Vincent a dévoilé un hideux chantage des journalistes du quotidien proOuattara  "Le Jour Plus" relatif à l’affaire "d’Assassinat d'un commando marin", a témoigné un fidèle chrétien présent au Culte de Louange dans l’Eglise.

Lors de sa prédication dominicale, le Bishop Kodja Guy Vincent a affirmé : "La veille de la publication de leur article, des journalistes de ‘Le Jour Plus’ m’ont joint au téléphone dans le but de me faire du chantage. Ils m'ont dit que leur journal s'apprêtait à publier un article compromettant sur ma personne, m’accusant de l’assassinat d’un commando marin, qui m’était proche. Et que si je leur donnais de l’argent, ils allaient retirer l’article de leur publication. Je leur ai répondu que je suis un Serviteur de Dieu, je vis selon la Parole du Seigneur et que je ne me reconnaissais pas dans ces faits dont ils m’accusaient. Publiez votre article, mais je n’entrerai jamais dans votre combine diabolique" a déclaré le Bishop Kodja Guy Vincent du haut de la chaire.

Les jours qui ont suivi l’échec du chantage, le quotidien proOuattara  "Le Jour Plus" titrait à sa UNE : "Assassinat d'un commando marin, le Bishop Guy Vincent accusé"

 

"Malgré la publication de l'article "Assassinat d'un commando marin, le Bishop Guy Vincent accusé",  le Siège des Eglises MEG-VIE était bondé de fidèles", ont témoigné des fidèles chrétiens. C’est déplorable que le quotidien "Le Jour-Plus" en plus d’être passé maître dans les Intoxications ; ait d’autres cordes ténébreuses à son arc.

14:53 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |