topblog Ivoire blogs

16/04/2013

Côte d'Ivoire: Xinhua note "l’intensification de la violence à quelques jours du scrutin du 21 avril"

élection 21 avril, municipales, FRCIABIDJAN (Xinhua) – Les heurts durant la campagne électorale comptant pour les élections locales se multiplient et de nombreux observateurs s’inquiètent face à l’intensification de la violence à quelques jours du scrutin.


Des affrontements sanglants entre adversaires ont ainsi été signalés dans plusieurs communes du district d’Abidjan telles de Grand-Bassam, Koumassi, Treichville (sud d’Abidjan), Cocody, Bingerville (est d’Abidjan), mais aussi à l’intérieur du pays où des tensions sont perceptibles dans l’ouest du pays. Les violences sont généralement engendrées par les croisements de caravanes adverses, de saccages de matériels et d’affiches de campagne par des partisans d’un autre camp, et de répliques à des attaques verbales.

Source: Xinhua

17:55 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

ANGENOR YOUAN BI (COJEP) : 18 mois de détention préventive sans audition, sans jugement

Youan Bi Angénor, COJEPArrêté le 04 Novembre 2011 à Aboisso où il était en service, Agénor YOUAN Bi a été gardé au poste de police d’AGBAN du 06 au 18 Novembre 2011.

A la date du 18 Novembre 2011 à 18 heures, il a été mis sous mandat de dépôt par le juge su 3e cabinet KOUAKOU N’goran du plateau en l’enfermant à la MACA.

En Février 2012, le dossier YOUAN Bi est transmis au juge du 10e cabinet KONE Mamadou, ce dernier n’a jamais daigné l’auditionné, il dit même l’avoir jamais vu si ce n’est les greffiers à sa disposition qui viennent lui intimer l’ordre chaque 4 mois pour signer une prolongation de détention préventive, chose qu’il (YOUAN Bi) refuse en émettant toujours le vœu de rencontrer le juge en charge de son dossier.

A la différence de tous les autres détenus auditionnés jusque-là, on se demande ce qu’on reproche particulièrement à Agénor YOUAN Bi pour n’avoir jamais été entendu par le juge. Or dans le code de procédure pénale, aucune détention préventive ne doit excéder 18 mois.

Conscient de ce fait, YOUAN Bi dépose ce lundi 08 avril 2013 une demande de mise en liberté provisoire. Cette requête lui a été refusée par le juge. Il introduit alors une demande d’audience en vue de rencontrer le juge en charge de son dossier, le magistrat KONE Mamadou, cette demande aussi est refusée.

Pour rappel, YOUAN Bi, Vice-Président du COJEP est poursuivi pour dit-on Atteinte à la sureté de l’Etat

16:42 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Le COJEP réagit à l'enlèvement du Dr SARAKA PATRICE, Médecin de Blé Goudé

Cojep, Dr Saraka Patrice

 

 

 

DECLARATION DU COJEP RELATIVE A L’ENLEVEMENT DU CAMARADE SARAKA PATRICE

I – LES FAITS


Le lundi 15 AVRIL 2013 aux environs de 20heures à son domicile, le camarade SARAKA PATRICE, président du conseil consultatif et de discipline du COJEP a été enlevé par des individus non identifiés et conduit à une destination inconnue . Aux dernières nouvelles, une source nous indique qu’il serait détenu à la DST. Les démarches effectuées pour entrer en contact avec notre camarade sont pour l’instant restées vaines.


II – NOTRE ANALYSE


Le COJEP fait le triste constat qu’après l’extradition suivie de la détention au secret de son leader CHARLES BLE GOUDE, le pouvoir OUATTARA vient encore de démontrer sa volonté manifeste de museler l’opposition à travers l’enlèvement du camarade Saraka patrice.
Le COJEP rappelle au régime OUATTARA que la finalité d’une action politique est de pourvoir aux besoins élémentaires des populations et non de chercher à réaliser un record de détenus politiques.
Le COJEP interpelle tous les ivoiriens, les organisations des droits de l’homme et la communauté internationale sur les graves atteintes aux libertés individuelles et collectives qui ont cours dans notre pays.


III - NOTRE POSITION


- Condamne fermement l’attitude du pouvoir à vouloir vaille que vaille réduire l’opposition au silence, Face à cette situation qui peut accentuer les clivages politiques et mettre en péril la cohésion sociale, le COJEP :
- Tient pour responsable le régime OUATTARA du danger qui plane sur la vie de CHARLES BLE GOUDE , SARAKA PATRICE et tous les autres détenus politiques.
- Exige du pouvoir la libération sans condition de nos camarades et l’arrêt des arrestations et emprisonnements arbitraires.
- Demande instamment au gouvernement d’observer le respect de la liberté d’expression et d’opinion consacrée dans notre loi fondamentale.
- Appelle tous les militantes et militants du COJEP et les démocrates de tout bord au calme et à la sérénité devant cette énième épreuve. L’Eternel voit vos souffrances et entend vos cris de douleur. IL agira certainement. Alors restez toujours mobilisés et à l’écoute de la Direction de votre mouvement. La lutte continue !

Pour le Comité Exécutif de crise
Le Président
BLY ROSELIN

14:09 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les militants PDCI de Séguéla empêchent DjéDjé Mady de soutenir Amadou Soumahoro

Alphonse Djedje mady, SG du Pdci, Malaise RHDPL'atmosphère de la ville de Séguéla était très tendue hier. A en croire les témoins, Alphonse Djedjé Mady, Secrétaire Général du PDCI, a été réfoulé à la porte de la ville de Séguéla par les militants du PDCI-RDA. 

Selon les mêmes sources, Alphonse Djedjé Mady, avait voulu se rendre à Séguéla sur invitation de son allié RHDP Amadou Soumahoro, candidat RDR aux minicipales à Séguéla. Mais les militants du PDCI de Séguéla ont barré la route à Djédjé Mady à l'entrée de la Ville.

 "Les Militants du PDCI de Séguéla ne veulent pas entendre parler de RHDP, puisse qu'ils sont victimes d'exactions perpétrées par le RDR" a déclaré un témoin de la scène

Djédjé Mady se serait exécuté, en se retournant hoteusement sur ses pas, alors que son Hôte Soumahoro l'attendait sur le lieu de son meeting. Drôle d'alliance! En clair le malaise au sein du RHDP se dévoile au grand jour.

08:05 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |