topblog Ivoire blogs

27/04/2013

Idriss Déby, un déstabilisateur qui craint d’être déstabilisé via la Libye du CNT

idriss déby débileTchad: Idriss Déby accuse la Libye d’abriter des foyers de rebelles tchadiens

Des camps de rebelles tchadiens se constituent actuellement sur le territoire libyen. C’est ce qu’a affirmé le président tchadien, ce samedi 27 avril. Ceux qu’il qualifie de «mercenaires» seraient en train de se regrouper dans la région de Benghazi avec pour objectif de mener des actions de déstabilisation au Tchad. Idriss Déby demande aux autorités libyennes d’agir.

« Je ne souhaite pas que la Libye nouvelle, dont j’ai reçu ici le Premier ministre, puisse être à l’origine d’une quelconque déstabilisation du Tchad », a prévenu le président tchadien, au micro de RFI.

Déby ne veut pas d'une «nouvelle mauvaise aventure»

Idriss Déby affirme en effet que « beaucoup de mercenaires se promènent à Benghazi », affirmant qu’il y a dans cette région libyenne un camp « où sont en train de se regrouper des Tchadiens ». Il affirme ne pas connaître le « dessein » de ces hommes.

Par contre, « je connais ceux qui pilotent ces mercenaires », insiste le président tchadien, qui demande aux autorités libyennes de « prendre toutes les dispositions pour que le Tchad ne connaisse pas une nouvelle mauvaise aventure venant de la Libye ».

Saleh Gaouda, vice-président du comité de sécurité nationale auprès du Conseil général national libyen, a pour sa part démenti l’existence de ces camps.

La Libye « n'autorise pas des camps militaires où les étrangers pourraient trouver refuge, et n'interviendra pas dans les affaires de politique intérieure de nos voisins », a affirmé Saleh Gaouda, cité par l’AFP.

Source : rfi.fr

21:00 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

26/04/2013

Un rapport de l’ONU épingle les chefs de guerre de DRAMANE OUATTARA

Ouattara, Chefs de guerre, FRCIABIDJAN (Reuters) - D'anciens chefs rebelles ivoiriens intégrés dans l'armée nationale après l'arrivée au pouvoir du président Alassane Ouattara profitent aujourd'hui de leurs fonctions pour contrôler des trafics illicites en tout genre portant sur des millions de dollars, affirment des experts des Nations unies.

Dans un rapport que Reuters a pu consulter vendredi, ces experts mettent en cause certains chefs militaires, issus de l'ex-mouvement rebelle des Forces nouvelles et qui ont rejoint l'armée après la victoire d'Alassane Ouattara sur son rival Laurent Gbagbo en avril 2011, à l'issue d'une courte guerre civile.

Ces hommes occupent aujourd'hui des postes-clés au sein des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), l'armée nationale.

"L'administration ivoirienne a progressivement intégré d'anciens commandants rebelles dans les forces armées nationales sans que ceux-ci aient abandonné leurs activités économiques et leurs méthodes de prédateurs et de chefs de guerre", disent les experts de l'Onu.

Ils ont étendu leur "réseau militaro-économique" sur tout le pays pour se livrer à de fructueux trafics, ajoute le rapport qui cite les noms d'Ouattara Issiaka, alias "Wattao", Hervé Touré, alias "Vetcho", Koné Zakaria, Chérif Ousmane et Martin Kouakou Fofié.

Kouakou Fofié fait l'objet de sanctions de l'Onu depuis 2006 (gel des avoirs à l'étranger et interdiction de voyager).

Aucun responsable ivoirien n'a pu être joint vendredi pour commenter ce rapport.

Le document affirme que les anciens combattants rebelles maintiennent leur contrôle sur les mines de diamants et l'industrie artisanale de l'or. D'ex-membres des Forces nouvelles travaillent dans des exploitations forestières illégales dans la région de Bouaké, leur ancien bastion, et font la contrebande du précieux bois de teck.

Des camions de l'armée ont été utilisés pour exporter clandestinement vers les pays voisins, surtout le Ghana, du cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier pays producteur au monde.

"Les autorités ivoiriennes estiment que pour la saison 2011-2012, la contrebande de cacao a atteint 152.000 tonnes, ce qui représente pour les finances du pays une perte de 76 millions de dollars", précise le rapport.

Dans la vie quotidienne, les civils sont parfois contraints de payer pour franchir les postes de contrôle de l'armée ou de la police, et peuvent même être soumis à un système d'impôt forcé, ajoutent les experts.

Joe Bavier, Guy Kerivel pour le service français

Source : Le Nouvel Observateur

23:53 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Le Canard enchaîné cible le silence de la France sur les exactions commises en Côte d’Ivoire

FRCI, Ouattara, "Le régime Ouattara? Motus français et défense d’Ivoire": dans un article paru en page 5 du Canard enchaîné daté du mercredi 6 mars, J.-F. J. (Jean-François Julliard) s’indigne du fait que toutes les exactions commises sous le régime de Ouattara depuis le 11 avril 2011 et dénoncées par Amnesty International dans son rapport 2013 n’aient fait l’objet d’aucune réaction du Gouvernement français : "De graves violations des droits humains" , des centres de détention et de torture secrets, des exactions de groupes paramilitaires armés par l’Etat, des crimes de guerre impunis. Tous ces hauts faits à l’actif de partisans du président ivoirien Ouattara, décrits dans un rapport d’Amnesty International paru le 27 février, n’ont pas suscité la moindre réaction de la France. (…)

Depuis plus de dix-huit mois, les forces armées régulières contrôlent le pays. Et le rapport d’Amnesty cite de nombreux cas d’exactions à leur passif, comme l’attaque, en juillet 2012, du camp de Nahibly, dans l’ouest du pays qui "s’inscrit dans le contexte des crimes contre l’humanité ". (…)

 

Et lorsque des ressortissants français sont concernés…

"Apathie identique de la France au récit des exploits accomplis par les partisans de son protégé. Certaines victimes possèdent pourtant un passeport tricolore, comme l’économiste Ibrahim Massaga, détenu depuis un an à Abidjan, au mépris de tous ses droits, ou Michel Gbagbo, fils de l’ex-président et de sa première épouse française. Ce scientifique sans activité politique est emprisonné depuis avril 2011. Peu après la parution du rapport, la justice française a désigné un magistrat pour faire la lumière sur le traitement qu’il subit depuis deux ans. Hélas pour le prévenu, son délit de patronyme est irréfutable… "

 

Consulter le rapport d’Amnesty International

 

Source: Le Canard enchaîné

22:54 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Ouattara avoue son incapacité à redresser la Côte d’Ivoire et demande un 2è mandat

Dramane Ouattara menteurC’est à l’Hebdomadaire "Jeune Afrique" qu’Alassane Dramane Ouattara a tenu ces propos. Propos qui ont surpris plusieurs lecteurs : "Mon objectif  était d'être président pour apporter ma contribution au redressement de mon pays. Et a priori je ne pense pas qu'il soit possible de redresser la Côte d'Ivoire comme je le voudrais dans les trois ans à venir",  a déclaré Ouattara à Jeune Afrique.

En clair, Ouattara avoue son incapacité à redresser la Côte d’Ivoire. Lui qui parlait de rendre ce pays émergeant en un temps record. C’est au pied du mûr qu’on voit le vrai maçon. L’économiste ne peut donc pas redresser l’économie de Côte d’ivoire comme promis.

Non content de cette déclaration qui frise la moquerie, lui qui parle sournoisement de croissante à 2 chiffres, Ouattara affiche ses intensions à briguer un 2ème mandat : "Oui, vraisemblablement, je serai amené à solliciter un deuxième mandat", a-t-il déclaré à l’hebdomadaire Jeune Afrique, afin, dit-il, de pouvoir poursuivre le redressement du pays.

"Docteur solution" qui n’a aucune solution à la flambée des prix sur les marchés ivoiriens, aux chômages et l’insécurité galopante veut rester encore au pouvoir.  

"Que Ouattara cherche d’abord à terminer son mandat sanguinaire" a réagit un internaute à l’annonce des intensions grossières de Ouattara.

18:12 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook | | | |