topblog Ivoire blogs

18/02/2013

Une milice pro-Ouattara exécute 3 civils à Afféry, département d'Akoupé

FRCI, Afféry, crimeLes soldats pro-Ouattara plus connus sous l’appellation de FRCI ont encore endeuillé les populations ivoiriennes. Cette fois c'est la bourgade d'Affery au sud est de la Côte d'ivoire qui a été visitée par ces semeurs de la mort.

Tout a commencé lorsque des FRCI qui ont l'habitude de racketter les boutiquiers et commerçants du village se sont rendus dans une boutique du quartier Ambeukoi exiger du propriétaire qu'il leur verse comme chaque jour une partie de la recette du jour. Malheureusement pour ces "hommes de loi" d'une autre époque, le propriétaire de la boutique n'étant pas présent le jeune homme qui le remplaçait leur a gentiment demandé de repasser lorsque le propriétaire de la boutique serait rentré. Ce refus est pris comme un crime de lèse majesté par les FRCI qui décident de passer à tabac ce boutiquier "insolent" qui ose leur demander d'attendre. Les villageois exaspérés par cette énième injustice décident de voler au secours de l'infortuné boutiquier. Mis en difficulté, les FRCI font venir du renfort des villages avoisinants et se mettent à tirer sur les villageois.

Bilan 3 villageois tués. Pour le moment nous pouvons confirmer que l'une des victimes s'appelait Ohoueu Thierry. Les meurtres contre les pauvres populations civiles en Côte d'ivoire continuent donc. Et le drame c'est que ce sont ceux chargés de la protection des ivoiriens, qui chaque jour se transforment en bourreaux.

Source: ACC- Côte d'ivoire

12:41 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/02/2013

Alain Doh Bi relate le meeting de la JFPI du 16 février à Yopogon, sur la VRA

Un dispositif de guerre déployé par le régime Ouattara pour réprimer le meeting de la JFPI qui devait se tenir à l'Espace CP1 de Yopougon, le samedi 16 février 2013. 

Ecoutez l'entretien du Blogueur Alain Doh Bi sur la webradio la Voix de la Résistance Africaine:


18:46 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

16/02/2013

Ouattara et ses soutiens déploient un dispositif de guerre pour réprimer le meeting de la JFPI

Répression du meeting de la JFPI, Ouattara, Frci, DictaturePlus de 54 véhicules de police, 26 véhicules de FRCI et 18 véhicules de l’ONUCI dont 2 blindés légers pour réprimer le meeting de la JFPI. Tel est le dispositif FRCI-Police-ONUCI qui a bouclé l'Espace CP1 de Yopougon, ce Samedi 16 février 2013, à 10h. Les jeunes partisans du Président Laurent Gbagbo ont massivement répondu à l’appel de Koua Justin, Secrétaire National intérimaire de la Jeunesse du Front Populaire Ivoirien (JFPI). Ouattara a donc employé les grands moyens pour empêcher ce meeting. Le régime Dramane Ouattara a un seul objectif, museler le parti du Président Laurent Gbagbo.

 

 

 

Un dispositif de guerre pour réprimer le meeting de la JFPI

Le bouclage de la zone s’étend sur plus de 2 km autour de l'Espace CP1, site du meeting de la JFPI. Plus on se rapproche de l’espace CP1, plus le dispositif militaire se resserre et se densifie.

Dictature, Ouattara, ONUCI, FRCIDu côté du 1er pont de Yopougon, sont déployés 2 cargos bourrés de flics, juste à quelques pas, au "Carrefour sable" on aperçoit 3 cargos de police. Sur le même boulevard, au "Carrefour  Bel-Air", sont stationnés 4 cargos. Au carrefour du Complexe sportif de Yopougon, on distingue 3 cargos de Police, 1 cargo de Gendarmerie et 2 véhicules de type 4x4 et 1 blindé léger de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).

Du côté du 2ème pont de Siporex, on a avec 1 cargo de police au virage du pont. A quelques pas, au rond point de la pharmacie Siporex, on dénombre 2 cargos de Police. Au niveau de l’espace FICGAYO, 2 cargos de police. Sur le même boulevard, au "carrefour Keneya", on distingue 2 cargos de police, 1 cargo de Gendarmerie et 2 véhicules de troupes de l’ONUCI. Juste en face, au "Carrefour William Ponty", on voit 2 véhicules de types 4x4 de police et 1 cargo de Gendarmerie.

 

Du côté de l’entrée sud, on aperçoit déjà au "Carrefour Koweit", 1 cargo de Police. Sur le même boulevard, sont stationnés 2 cargos de police et 1 cargo de gendarmerie au "Carrefour Sapeurs pompiers". Du côté de Mossikro, on aperçoit 1 cargo de police.

 

Du côté de l’entrée ouest, déjà au Palais de Justice de Yopougon, sont stationnés 2 cargos bourrés de policiers. Les carrefours "terminus 40" et "Assanvo" enregistrent chacun 2 cargos de police.

Il faut noter que toutes les ruelles et petits carrefours de la zone sont tenus par des policiers, gendarme et éléments de l’ONUCI armés, auprès de leurs véhicules.

Plus on se rapproche de l'espace CP1, plus le dispositif se resserre et plus nombreux sont les véhicules et les hommes armés chargés de sauver le régime Dramane Ouattara. Les populations des alentours de l'Espace ont reçu l'ordre de se barricader chez eux.

 

 

Les jeunes ont répondu à l’appel de Koua Justin malgré les menaces et intimidations

Les Jeunes partisans de Gbagbo ont répondu à l'appel de Koua Justin, mais l'ordre de Ouatttara est ferme et strict: "Empêcher ce meeting de la JFPI par tous les moyens".

Meeting JFPI, Ouattara, FRCIA 10h30mn, les jeunes continuaient de venir. Ce qui a valu des renforts supplémentaires de la gendarmerie, de la police et de l'ONUCI.

A la station de William Ponty, des policiers ont dispersé des jeunes partisans de Gbagbo qui ont improvisé une marche pour contourner le dispositif du "carrefour lavage" pour aller à l'espace CP1. Toutes les ruelles reliant l'Espace du meeting de la JFPI étaient tenues par des policiers, des gendarmes et des éléments de l'ONUCI. Mais cela n’a pas découragé les jeunes du FPI. Qui sont restés mobilisés jusqu’à 12h30mn, au moment où nous quittions les lieux.

 

Vidéo: Des jeunes partisans de Gbagbo ont bravé le dispositif de guerre déployé par Ouattara. "CPI, Libérez Gbagbo" scandaient-ils


 

 

 

Koua Justin anime une conférence de presse pour dénoncer la dictature de Dramane Ouattara

Koua Justin, JFPI, Meeting répriméAprès la répression sauvage du meeting de la JFPI, le Secrétaire National par Intérim, Koua Justin a animé une conférence de presse au QG du FPI à la Riviera Attoban, pour dénoncer la dictature de Dramane Ouattara. "La peur est désormais vaincue. Nous ne reculerons plus désormais" a-t-il déclaré à la presse.

 

Quelles élections municipales si le FPI ne peut animer de meeting ?

Comment peut-on vouloir que le FPI participe aux élections municipales si des instances de ce parti ne peuvent pas animer de meeting ? là est la grande interrogation.

La présence très remarquée des éléments de l’ONUCI dans le dispositif de répression du meeting permet à un jeune manifestant d’affirmer que : " Le pouvoir de Dramane Ouattara est une dictature soutenue par l'ONU".

Alain Doh Bi pour deboutciv.com

 

18:43 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

15/02/2013

BÔL'KOCTH fait parler Tia Koné:"Considérant que j'ai faim, laissez-moi manger"

Tia koné, Ouattara, le ventre, mangécratieLa sortie hasardeuse et incongrue du Sieur Tia Koné relative à l'article 35 de la contitution ivoirienne de 2000 continue de faire couler de l'encre et de la salive.

L'Hebdomadaire satirique ivoirien "BÔL'KOTCH" dans son N° 0040 du vendredi 15 au jeudi 21 février 2013 fait parler M. Tia Koné, ex-Président de la Cour Suprême de Côte d'Ivoire. "Considérant que j'ai faim. Considérant qu'un homme qui a faim n'est pas un homme libre. Il échet dès lors que le citoyen Magellan est de père et/ou de mère ivoirien".

On sait que la quasi totalité des pays francophones de la sous-région ouest africaine ont en commun la condition d'élligibilité au poste de Président de la République avec la mention de "père et de mère". Chaque fois que Ouattara s'attaquera à l'article 35 de la constitution ivoirienne, il se ridiculisera lui-même. Et BOL'KOTCH alimente ironiquement le débat en dévoilant le fait que le "droit du ventre" qui ait eu raison du magistrat Tia Koné, qui s'est récemment dédit dans la presse ProOuattara relativement à l'arrêt de la cour suprême de la période électorale de 2000.

 

15:16 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |