topblog Ivoire blogs

26/02/2013

CPI:6è jour de l'audience d'infirmation des charges contre Gbagbo

La prestation de la défense de Gbagbo était à l'ordre du jour. Maître Jennifer Naouri a continué à démonter les charges contre le Président Laurent Gbagbo. En s'appuyant sur les rapports des ONG ainsi que le témoignage des victimes des FRCI et milices des milices proOuattara.

Selon des internautes: "Les quatre charges de l'accusation sont des piquets qu'ils ont plantés. La défense se chargera de tisser la toile qui va prendre Ouattara et ses criminels de guerre à leur propre jeu. La tache est d'autant plus aisée que la défense n'a pas à chercher ni à forcer comme l'accusation tente désespérément de le faire pour prouver une criminalité fictive de GBAGBO qui n'existe que dans le fantasme de Ouattara"

Extrait de la prestation de Me Jennifer Naouri:


 

 

 

 

 Prestation de la défense de Gbagbo à l'audience du 26 février 2013:


17:44 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Scandale à la CPI! Bensaouda accuse Gbagbo de violence commise au Kenya.


Bensouda, HonteC'était scandaleux hier, soit le deuxième jour du procès de Laurent Gbagbo à la CPI, lors de l'audience de confirmation ou infirmation des charges. Le procureur de la Cour pénale internationale a ajouté à l'acte d'accusation contre le président Laurent Gbagbo, des dossiers et des images de violence qui ont eu lieu au Kenya.

Publiquement Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo, a contesté le procureur de la CPI. Il a donné des arguments convaincants que Fatou Bensouda ne maîtrise pas les faits, et elle n'a pas pris la peine de lire ou de les étudier non plus.

 Il y avait un silence assourdissant Dans la salle d'audience lorsque cela a été souligné par l'avocat de Gbagbo. Le malaise était palpable du côté de l'accusation. La façon dont ils ont géré l'affaire a été dévoilée publiquement d'une manière très embarrassante.

 

Le procureur Fatou Bensouda de la CPI était à l'apogée de l'embarras. Elle s'agitait tout en posant sa main sur son sac à main ou un sac. Elle évita le regard de tous par ses mains en jouant avec son visage honteux. Elle aurait choisi caché sous la table si c'était possible. On peut facilement remarquer l'embarras sur son visage.

 

 

Réaction d’Essa Sey Bokarr, ex-Ambassadeur de la Gambie à Washington DC

Essa BokarrMa conscience est libre et Dieu sait que je souhaite à notre chère sœur tout le meilleur à la CPI. Je n'ai pas aimé la voir dans cet état d'esprit, pas du tout! Toutefois le pire « ennemi» de Fatou sur ce siège est l’hypocrite "Gambianization" de sa position dans les coulisses! Vous savez quoi? Si Fatou était entourés de professionnels gambiens, elle aurait évité cette gêne!

Avoir d'autres visages dans le bureau n'est pas la même chose que de travailler avec eux. Fatou ne le sait pas, mais il ya cette "bague d’acier" de Banjul autour d'elle aussi. L'influence culturelle et traditionnelle de notre approche "Gambianizée"  des choses autour d'elle, est allant du général au particulier. Tant de gens prétendent être près d'elle, certains ont même osé dire des choses. Je sais ce que je dis et certaines de ces personnes ont été en contact étroit avec des professionnels avec qui je travaille tout le temps.

Fatou ma sœur, je te jure par Allah ceux qui vous critiquent avec ce que vous pouvez envisager comme un «dur» approche ne sont pas ceux que vous devriez fuir! Si votre équipe ou soi-disant «avocats» qui prétendent vous aimez plus que vous vous aimez vous-même avaient fait leur travail, vous n'auriez pas été gêné par l'avocat français publiquement à la CPI sur la question des doubles emplois, voire des omissions pendant les essais ou la préparation d'études de cas.

(….) En toute honnêteté, si je vous dis que je (Essa Sey Bokarr) était content de vous voir dans cette vidéo je serais nier ma conscience. Je sais que certains hypocrites verront la négativité dans le fait que je critique certains de vos mouvements dans le passé, mais ce qui importe c'est ce que le cœur vous en dit! Dans ce cas, je mets tout le blâme sur ceux qui forment VOTRE ÉQUIPE  de TRAVAIL ou peu importe le terme que vous utilisez pour désigner les personnes qui forment votre base de soutien. Qu'est-ce qu'ils faisaient? À votre niveau, vous devriez avoir été mis au courant, un compte rendu et un rappel de tous les aspects de cette affaire avant de prononcer un mot! Il est humain de se tromper et dans ce cas, j'ai tendance à croire que l’erreur doit être une responsabilité partagée. 

(….) Alors Fatou je vais enfin dire à ceux qui voulaient vous comparez avec Sarah Palin à l'égard de ce qu'elle a dit (géographiquement) sur l'Afrique et la Russie au cours de la campagne d'Obama première présidentielle, laissez-les essayer une autre cible. Prenez cela comme un autre coup de poing de la vie et de passer à autre chose!

 Source : hellogambia.com

Une traduction d'Alain Doh Bi

13:59 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Confirmation ou infirmation des charges : Quel avenir pour Bensouda et Ouattara ?

Fatou Bensouda, OuattaraDepuis le 19 février 2003, le mini-procès ou la confirmation des charges contre le président Gbagbo tant attendu, a commencé à produire ses résultats. Les accusations contre le président Gbagbo autrefois jugées de dossier en béton, ont produit l’effet contraire. Ce procès au lieu d’être celui du président Gbagbo, est devenu par la force des choses le procès de Ouattara et ses commandants. Le procureur Fatou Bensouda, ayant constaté la légèreté des accusations et la faiblesse des arguments dans le « dossier en béton », a préféré s’excuser auprès des juges, prétextant un problème urgent de famille. La réalité est que le premier procès historique de cette dame expose plus ses pratiques partisanes et le manque d’enquête sérieuse sur le terrain. L’accusation a copié –collé les coupures de presse et des rapports de certaines organisations peu fiables pour les présenter comme des preuves accablantes. Ces preuves sont pour la plupart vagues, imprécises et manque d’argument juridique pour les lier au président Gbagbo ou à son entourage. Aussi ces preuves n’établissent pas l’identité réelle des vrais auteurs de ces crimes. Le président Gbagbo étant co-auteur indirect, il est cependant impossible de le lier aux supposés crimes commis. Le procureur a bâclé leur chef d’accusation et la défense ne s’est pas fait prier pour leur donner des cours de droit et de logique. Cependant, que devient Fatou Bensouda et les preuves de Ouattara ?

Fatou BensoudaFatou Bensouda se trouve actuellement en Italie ou elle s’apprête à animer une conférence. Pourquoi ? On le saura dans le courant de la journée. Je pense qu’elle veut justifier son absence ou si cette dame a une conscience professionnelle, rendre le tablier. Depuis le déroulement du procès, des indiscrétions au niveau de l’Union Européenne parlent de plus en plus d’une réunion urgente sur la Côte D’Ivoire. Ce serait-elle rendue compte de ses erreurs passées ? Elle avait soutenu avec bec et ongles la montée de Ouattara au pouvoir. Elle avait fait fi de la décision du Conseil Constitutionnel pour « déclarer » Ouattara vainqueur, après l’annonce préméditée, prématurée des résultats provisoires de la CEI. Aujourd’hui, la vérité est sue de tous. Ouattara n’était pas le vainqueur des élections de novembre 2010. Il s’est auto-proclamé. Seul le Conseil Constitutionnel certifie les résultats et déclare un candidat vainqueur. Alors d’où Ouattara tire-t-il sa victoire si comme l’a démontré la défense la CEI n’est pas un Conseil Constitutionnel bis ? Pourquoi Ouattara s’est –il accroché à ces résultats provisoires annoncés dans des conditions suspectes et rocambolesques par un proche, le président de la CEI ? C’est en fait ce qu’il doit expliquer à l’Union Européenne. C’est à mon sens cette explication que recherchent les Européens. A quand cette réunion extraordinaire sur la Côte D’Ivoire ? On ne le sait pas encore et nous attendons de voir.

Les media français, autrefois soutiens indéfectibles de Ouattara font un blackout (censure) sur le procès du siècle. Les autorités d’Abidjan menacent même les agents et journalistes d’Africa 24 afin qu’ils ne transmettent pas le procès. Ce procès tant attendu par les « victimes » du RDR devait, à mon sens être transmis afin que ces personnes qui ont souffert le martyr sous la « dictature » du président Gbagbo, voient leur « bourreau » épinglé pour ses crimes. Mais non ! Des rafles sont organisées dans les cybercafés pour déloger tous ceux qui suivent le procès à partir des ordinateurs. Que cache cette attitude ?

Les ivoiriens méritent que la vérité soit sue et c’est le devoir de Ouattara et sa clique de nous apporter des éléments de réponses. Qui a gagné les élections de 2010 ? Pourquoi le choix de la guerre en lieu et place du recomptage des voix ?

Ouattara ne peut plus nous distraire avec 54.1% des résultats provisoires de la CEI. Ce n’étaient que des résultats provisoires. Pourquoi Ouattara n’a-t-il pas accepté les résultats définitifs du Conseil Constitutionnel ? Est-il au-dessus de notre loi fondamentale ? L’aurait-il fait si Ouattara n’avait pas le soutien de la France et des Etats Unis d’Amérique ?

Nous exigeons des explications afin de mieux gérer cette crise et créer les conditions d’une bonne réconciliation.

Si Ouattara se dit homme intègre comme ses parents, l’heure est venue de montrer cette intégrité. Pendant deux ans, on nous a raconté que la guerre est arrivée parce que le président Gbagbo ne voulait pas reconnaitre sa « défaite ». Est-ce toujours le cas ?

J’exhorte les ivoiriens à se mettre en ordre de bataille pour réclamer des comptes à Ouattara. Si Ouattara est incapable de justifier sa « victoire » au-delà de tout doute, il doit mettre en place un gouvernement de transition afin que celui-ci prépare les futures élections présidentielles. Ouattara doit rendre le tablier pour imposture. Il n’est pas le président de la République de Côte D’Ivoire. Le président démocratiquement élu, Laurent Gbagbo se trouve à la Haye.


Source: Nick De Bessou
Juriste
Ex Vice-Président Cojep UK.

11:27 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

CPI: Fatou Bensouda abandonne ses substituts pour animer une conférence en Italie, le 26 février

Fatou ben souda, procureur CPIDeux jours ont suffit à Me Altit et toute l’équipe d’avocats du Président Gbagbo pour démonter les charges contre Gbagbo contenues dans le Document Consultatif des Charges (DCC).

Le substitut du Procureur Mc Donalds annonçait le retrait de la procureur Fatou Ben Souda, le vendredi 22 février dernier « pour d’autres charges ».

Le site ladigetto.it a publié que "Fatou Ben Souda, Procureur de la CPI animera une conférence à l’Université de Trento en Italie, le 26 février 2013 à 09h30mn"

Voir l’article relatif à cette conférence sur "ladifetto.it"

 

 

Madame le Procureur de la CPI a vraisemblablement fui les coups de massues que la défense de Gbagbo a commencé à donner à son DDC bourré d’accusations sans fondement, avec  des témoins imaginaires

00:16 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |