topblog Ivoire blogs

14/11/2012

La Chine envoie un contingent de 558 casques bleus chinois au Liberia

 

Chine, casques BleusUn premier contingent composé de 558 casques bleus chinois pour la mission de maintien de la paix des Nations unies au Libéria s'est envolé mardi à bord d'un vol charter. Le second et également le dernier contingent se rendra dans ce pays d'Afrique de l'Ouest dans dix jours. Composé de 275 ingénieurs, 240 membres de l'infanterie et 43 employés médicaux, tous issus de la Région militaire de Beijing, le contingent assumera une mission de huit mois au Libéria et prendra la relève du précédent contingent de casques bleus chinois. Leurs missions couvrent la construction de routes, de ponts et d'abris, la réparation de maisons et d'aéroports, le maintien des installations en alimentation en eau et en électricité, les transports ainsi que le traitement et la prévention des épidémies. Il s'agit du quatorzième détachement de casques bleus envoyé par la Chine au Libéria. La Chine a commencé à envoyer des casques bleus dans ce pays en décembre 2003 dans le cadre de la Résolution 1509 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Source : IRIB World Service

06:49 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

13/11/2012

Attaques injurieuses Fillon VS Copé : l’UMP, le parti de Sarkozy se déchire ?

 

Fillon VS Copé, UMPCopé se lâche et répond à Fillon

Jean-François Copé a répondu mardi soir aux piques lancées par François Fillon en demandant à son «inénervable» rival pour la présidence de l'UMP de «s'énerver exclusivement contre la gauche».

«Moi, je vous propose une droite décomplexée, une opposition tonique, une reconquête sur le terrain dès 2014. Je ne veux pas gérer des sondages jusqu'en 2017, comme si j'étais au second tour de la présidentielle», a-t-il lancé aux 3000 militants UMP réunis au Cannet (Alpes-Maritimes).

«Ils m'ont injurié»

«Buzz médiatique», «droitisation», «virages à droite», M. Copé a repris, ironique, les flèches décochées par son rival. «Ces derniers jours, ils m'ont beaucoup attaqué... et même hélas injurié. Je ne répondrai pas à la polémique (...) Mais je demande qu'on respecte ma personne, mes convictions, mes combats pour la France», a-t-il lancé. Une allusion à l'évocation le matin même par François Fillon des «origines» de M. Copé pour expliquer le refus d'une alliance avec le FN de ce dernier.

«Opposition en pantoufles»

«En face, ils se disaient inénervables», a-t-il raillé en reprenant l'expression utilisée par M. Fillon pour se décrire. «Eh bien, je leur demande du fond du cœur, s'ils doivent choisir de s'énerver, que cela soit exclusivement contre la gauche», notre «seul adversaire». Lui-même n'en a pas moins attaqué la ligne de la «tiédeur», d'une «opposition en pantoufles», «plus tranquille», «moins mordante», qui dit que «la droite ne saurait s'abaisser à descendre dans la rue» et devrait «attendre 2017 que les Français se jettent dans nos bras».

«Bayrou, je leur laisse»

«Maintenant, c'est à vous de choisir (...) Si vous préférez un président de l'UMP qui viendrait à la télévision une fois tous les six mois 2 minutes 12» avec des mots «tellement ampoulés», «alors ne votez pas pour moi !». «Moi ce sera tous les jours un sujet, un verbe, un complément et on comprendra où on veut venir», a prévenu Copé, citant à moult reprises Nicolas Sarkozy, auquel il a «fait le serment de rester fidèle». Avec un discours visant à «plaire à tout le monde», a-t-il poursuivi, pas étonnant pour M. Fillon de «recueillir le soutien de François Bayrou, celui qui a appelé à faire battre Nicolas Sarkozy...». «Celui-là, je le leur laisse».

SOURCE: LE PARISIEN, AFP

23:09 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Sortie de Bacongo dans L'inter à propos des casses au sein des AD de Cocody: Une pile de mensonge et de contradiction

 

Dans un article paru le 13 novembre 2012 dans le quotidien "L’Inter", sous le titre "conflit avec les Assemblées de Dieu de Cocody, le Ministre Cissé Bacongo dit sa part de vérité ", de larges colonnes ont été accordées au Ministre de l’Enseignement Supérieur de Ouattara où il a étalé une pile de mensonges et de contre-vérités.

Le Journaliste Franck SOUHONE dévoile les propos de ce ministre de Ouattara qui, depuis le 6 novembre 2012, a entrepris une série de casses au sein de la propriété de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody.

Selon l’Inter, Cissé Ibrahima Bacongo affirme :

 

1- "Le Ministère de l’Enseignement Supérieur n’a jamais eu l’intention, n’a pas l’intention et n’envisage pas de détruire l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody"

Et pourtant les casses effectuées, le mardi 6 et le mercredi 7 novembre 2012, l’ont été sur ordre du Ministère de l’Enseignement Supérieur. Les FRCI qui sécurisaient les casses et les responsables des Caterpillar du Ministère de Cissé Bacongo l’ont bien signifié aux fidèles des Assemblées de Dieu de Cocody.

 

Temple AD cassé, FRCI, Bacongo

 

Les FRCI sécurisant les caterpillar de Cissé Bacongo lors des casses du 7 novembre 2012 dans le domaine de l'Eglise des AD de Cocody

 

 

 

 

Temple AD cassé, FRCI, Bacongo

 

Les ruines du dispensaire des AD de Cocody après le passage des Caterpillar de Bacongo

 

 

 

 

Les démolisseurs, sécurisés par les FRCI, répondaient effectivement de Cissé Bacongo,  à moins qu’on nous dise qu’il y a 2 Ministres de l’Enseignement Supérieur en Côte d’Ivoire, loin de là.

En clair, il s’agit d’un double jeu d’irresponsabilité auquel le Ministre Bacongo joue. Il donne l’ordre à ses hommes de casser, et il feint d’ignorer les casses. C’est vraiment irresponsable de sa part, parce que les vidéos et les photos des casses foisonnent sur le Web.

 

2- 2-  "Le Directeur de la Topographie et de la cartographie a exposé ses conclusions, il y a une superposition de 2 Titres Fonciers, le Titre Foncier de l’Eglise est superposé à celui de l’Université"

 

Il ne peut pas avoir de superposition de deux (2) titres fonciers, au regard des opérations cadastrales, des levés topographiques et des enquêtes de commodo et d’incommodo requises dans les procédures d’octroi de titre foncier. L'Eglise des AD de cocody a obtenu régulièrement son titre foncier, à la suite d'une longue procédure cadastrales démarrées depuis l'époque d'Houphouët Boigny en 1989.

La vérité est que le Ministre Cissé Bacongo s’appuie sur des vagues documents (pas de titre foncier) octroyant 13ha à l’Université de Cocody depuis sa création. Et il veut sur cette base, obliger les Services de la Topographie et de la Cartographie du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme, à exproprier l’Eglise des AD de Cocody. Mais les conclusions de M. Sanogo Mamadou du Minstère de la Construction et de l’Urbanisme sont claires : « L’Eglise détient son titre foncier en bonne et due forme » contrairement à Cissé Bacongo qui n’a que de vagues documents administratifs que le Ministre veut capitaliser en Titre Foncier.

Cissé Bacongo n’a pas osé dire dans sa prétendue « part de vérité » que ses services ont refusé de se présenter aux multiples convocations des responsables du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme, là où l’Eglise des AD de Cocody s’est rendue avec son titre foncier.

 

 

En conclusion de sa conférence de presse, à en croire les écrits de l’Inter,  le Ministre Bacongo recule, voyant que l’Eglise est resté attachée à son droit de propriété et face aux pressions tout azimut. Il  promet de réparer les dégâts en ces terme : "Il n’est pas impossible qu’un portail beaucoup plus imposant, que ce qui a été cassé, soit construit pour cette Eglise".

Notons qu’en plus du portail, les Caterpillar de Cissé Bacongo ont aussi démoli le dispensaire et les bâtiments annexes du Temple. L’Ancien Guy Kouadio, Responsable du Comité de construction,  dans la conférence du 07 novembre a évalué les dégâts à 16 millions de FCFA.

15:34 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Dramane Ouattara encadre l’exploitation du Parc National de Taï par des burkinabés

 

Parc National de Tai menacéLes faits se sont déroulés dans le courant du mois de septembre 2012. Selon notre source, les autorités préfectorales ont constaté que des burkinabés ont envahi le Parc National de Taï pour créer de vastes plantations. Ces autorités ont saisi la gendarmerie en vue de procéder à une opération de déguerpissement de ces occupants véreux du patrimoine national. La gendarmerie a exécuté l’ordre préfectoral en saisissant des occupants burkinabés qui ont défriché de grandes parcelles dans le Parc National de Taï, a précisé la même source.

Mais grande fût la surprise des populations lorsqu’un coup de fil vint de la Présidence de la République de Dramane Ouattara, pour intimer l’ordre aux gendarmes de libérer les occupants saisis et de les laisser vaquer à leurs activités. "Ces burkinabés puissamment armés ont tué les Wê pour prendre leurs terres, aujourd’hui, c’est le patrimoine forestier de Taï qui est devenu leurs nouvelles terres à défricher, avec la complicité du régime de Ouattara" s’est indigné un cadre et fils de la région.

Selon des sources dignes de foi, une cellule des intérêts burkinabés en Côte d’Ivoire serait logée à la Présidence de la République de Dramane Ouattara pour veiller à l’installation et à l’octroi définitif des terres ivoiriennes occupées par ces burkinabés à l’Ouest de la Côte d’Ivoire.

12:41 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |