topblog Ivoire blogs

23/11/2012

Le PM israélien Benjamin Netanyahu annonce la fin de l’opération "Pilier de Défense" dans la bande de Gaza.

PM Israel«Citoyens d'Israël,

Il ya huit jours, Israël a lancé l'opération Pilier de Défense. Le gouvernement a décidé de lancer cette opération à la suite des attaques terroristes en provenance de la bande de Gaza et de leur augmentation massive au cours des derniers mois. J'avais annoncé que nous allions réagir fermement à ces attaques lorsque le moment serait venu. J'avais dit que nous ferions payer un prix lourd aux organisations terroristes palestiniennes.

 « Nous avons une armée forte. Nous avons un peuple fort. Je suis fier d’être votre Premier ministre»

Les organisations terroristes ont supposé que nous voulions éviter une action offensive contre elles, elles ont eu tort. Nous avons frappé leurs commandants supérieurs, nous avons détruit des milliers de roquettes qui visaient le sud d’Israël ainsi que la plupart de celles qui visaient le centre d'Israël, et nous avons écrasé les installations de contrôle du Hamas. Je dois insister sur le fait que nous avons effectué ces opérations avec le plein soutien des instances dirigeantes de la communauté internationale.

Je tiens à remercier en particulier le Président des États-Unis Barack Obama pour son soutien résolu aux actions d'Israël, à cette opération et au droit d'Israël de se défendre. Je le remercie aussi pour son soutien au système Iron Dome. Je remercie la secrétaire d'État, Hillary Clinton, et j’exprime ma gratitude aux Égyptiens pour leurs efforts dans la réalisation de ce cessez-le-feu.

Lors d’une conversation téléphonique que j'ai eue ce soir avec le président Obama, j’ai accepté de donner une chance au cessez-le-feu, avec l’objectif d’une accalmie et de permettre aux citoyens d'Israël un retour à la vie normale. Toutefois, Israël ne peut évidemment pas rester les bras croisés alors que ses ennemis se renforcent avec des armes de terreur. Nous avons donc décidé, le président Obama et moi-même, que les États-Unis et Israël travailleront ensemble pour lutter contre la contrebande d'armes des organisations terroristes palestiniennes - armes, dont la quasi-totalité vient de l'Iran.

Depuis le jour de la création de l'État d'Israël a été créé, nous avons dû faire face à des défis complexes dans la région et nous pouvons tous voir que ces défis sont devenus encore plus complexes au cours de ces dernières années. Dans ces conditions, nous sommes tenus de manœuvrer à bon escient et de façon responsable, tout en tenant compte de toutes les considérations militaires et politiques. C'est ce qu'un gouvernement responsable fait, et c'est ce que nous avons fait ici: nous avons usé de notre puissance militaire, mais aussi tenu compte de considérations politiques.

Aujourd’hui, je me rends compte que certains citoyens souhaitent une prolongation de l'action militaire et celle-ci pourrait très bien s’avérer nécessaire. Mais à l'heure actuelle, la bonne chose pour l'État d'Israël est de repousser cette possibilité au bénéfice d’un cessez-le-feu à long terme. En tant que Premier ministre, j'ai la responsabilité - et c'est la ma plus haute responsabilité - de prendre les mesures qui s'imposent pour assurer notre sécurité. C'est ce que j'ai toujours fait et c'est ce que je vais continuer à faire.

Au cours de la semaine dernière, Israël a perdu plusieurs de ses citoyens. Au nom de toute la nation, j’adresse mes condoléances aux familles endeuillées et je souhaite aux blessés un prompt rétablissement.

Je tiens à remercier mes collaborateurs, le ministre de la Défense Ehud Barak et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman. Nous avons travaillé ensemble comme une équipe. Je remercie également les neuf membres du cabinet ministériel, le Conseil des ministres et le gouvernement, pour avoir oeuvré - chacun dans son domaine de responsabilité - pour les citoyens d'Israël. J’apprécie également le travail de l'opposition et de tous les de la Knesset qui nous ont proclamé leur soutien.

Je remercie le Chef d'État-major, le Général Benny Gantz, le Chef du Shin Bet, Yoram Cohen, le directeur du Mossad, Tamir Pardo et toutes leurs équipes pour les efforts exceptionnels qu’ils ont mis en œuvre dans cette opération. Au nom du peuple d'Israël, je remercie les commandants et les soldats de Tsahal, les pilotes, les opérateurs et les développeurs du « Dôme de fer », les services de renseignement, tous les membres des services de sécurité et les réservistes, qui ont quitté leurs familles et immédiatement accepté de faire leur devoir.

J'apprécie de même le travail des maires et des présidents des conseils régionaux qui ont fait preuve de leadership et de sang-froid sur le front, et surtout, Je vous salue vous, les citoyens d'Israël.

Nous avons une armée forte.

Nous avons un peuple fort.

Je suis fier d’être votre Premier ministre. »

 

Source : Bureau du Premier Ministre, 21 novembre 2012, via crif.org

 

11:27 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

22/11/2012

Détenu depuis 4 mois à la DST dans un conteneur, Madi Bouabré déféré à la MACA, ce matin

Madi BouabréL’Honorable Madi Bouabré, ex-Député FPI de Plateau a été déféré à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), ce jeudi 22 novembre 2012, selon des sources proches de la famille. Il était détenu dans un conteneur à la DST depuis son incarcération le 6 août 2012.

Pour mémoire, Madi Bouabré, l’époux de la sœur cadette de Simone Ehivet Gbagbo, la première dame de Côte d’Ivoire, a été interpellé lundi 6 août 2012 en début après-midi dans la Localité d’Aboisso par des éléments des forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). L’ex-député du Plateau était allé déposer son épouse Ehivet Victoire et sa fille au poste frontalier de Noé, à la Frontière ivoiro-Ghanéenne ; d’où celles-ci devraient continuer le reste du trajet jusqu’à Accra au Ghana. 

 

L’Honorable Madi Bouabré arrêté  dans la localité d’Aboisso et ramené à Noé

 

Le régime de Dramane Ouattara a voulu faire croire à l’opinion nationale comme internationale que l’ex-Député de Plateau tentait de fuir par la frontière Ivoiro-Ghanéenne avec des mallettes d’argent lorsqu’il a été interpellé. Hamed Bakayoko, ministre de l’intérieur croyant trouver un parfait bouc-émissaire voulait lier MADI aux attaques de la caserne d’Akouedo.

 

Le 6 août 2012, L’ex-député de la commune du Plateau (Abidjan) et cadre du FPI s’est rendu, à bord de sa voiture de marque Nissan immatriculée 37 64 ET01, à Noé pour déposer sa femme ainsi que leur fille. Cette dernière se rendait à Accra en vue d’y prendre son visa pour la Grande Bretagne.

 

Chrétien engagé, Madi Bouabré a l’habitude de mettre sa bible sur le 2ième siège-avant de son véhicule lorsqu’il voyage avec des passagers inférieurs à 4 personnes. Il resta fidèle à cette pratique, ce jour où il se rendit au poste frontalier de Noé pour déposer sa femme et sa fille. Ce faisant, les FRCI ont cru avoir affaire au chauffeur de la famille. Madi a sereinement rempli les formalités douanières et policières pour sa femme et sa fille avant de prendre tranquillement le chemin retour pour regagner Abidjan.

C’est lorsqu’il arriva dans la localité Aboisso qu’il a été rattrapé par un véhicule de type 4x4 des FRCI qui l’ont contraint à s’arrêter. Les FRCI le ramenèrent au poste frontalier de Noé, où dans un premier temps les policiers lui demandèrent de dire ce que transportait sa patronne Ehivet Victoire, croyant toujours avoir affaire au chauffeur de Madi Bouabré. C’est à ce moment que le député va informer les policiers que c’est lui-même Madi Bouabré, ex-Député de Plateau (Abidjan). L’atmosphère devint électrique. Les policiers entrèrent en contact avec la hiérarchie pour annoncer la « pseudo-grosse prise ».  Les réponses automatiques « Oui, Monsieur le Ministre » du Responsable du Poste de police de Noé permirent à Madi Bouabré, de comprendre que c’était le Ministre Hamed Bakayoko qui dirigeait le grossier mensonge devant conduire à son incarcération.

La presse pro-Ouattara est mise en branle pour relayer le grossier mensonge médiatique: « Madi Bouabré arrêté à Noé avec des mallettes d’argent », alors que Madi Bouabré affirme qu’il n’avait qu’une pièce de 500F CFA lors de son arrestation.

 

Hamed Bakayo, dans sa communication d’incrimination des cadres du FPI, a même inventé une maison à Madi Bouabré à la Riviera où il aurait tenu des réunions de réalisations de coups d’Etat. Madi Bouabré affirme n’avoir aucune maison à la Riviera. Il n’a tenu aucune réunion de déstabilisation dans cette cité.


Déferment du député Madi Bouabré, conclusion d'un mensonge d'Etat

Le mensonge d’Etat a, donc, été conclu ce matin 22 novembre 2012 par le déferment de l’ex-Député de Plateau à la MACA. Le commissaire Fofana Brahima, chef de service du commissariat de Police de Noé, qui n’a pas voulu entrer dans le mensonge du Ministre Hamed Bakayoko, a été révoqué de ses fonctions le 10 Août 2012, sans une nouvelle affectation. Ainsi va la Nouvelle Côte d’Ivoire des complots d’Etat.

18:30 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

la CPI va procéder au transfèrement de Simone GBAGBO, en application à la décision du 29 février 2012

Simone GbagboLA CHAMBRE PRELIMINAIRE III, N° : ICC-02/11-01/12,  Date : 29 février 2012

Composée comme suit :  Mme la juge Silvia Fernandez de Gurmendi, juge président

Mme la juge Elizabeth Odio Benito

M. le juge Adrian Fulford

 

SITUATION EN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

AFFAIRE

LE PROCUREUR c. SIMONE GBAGBO

 

SOUS SCELLES

Ex parte, réservé à l'Accusation et au Greffe

Mandat d'arrêt à l'encontre de Simone Gbagbo

Décision à notifier, conformément à la norme 31 du Règlement de la Cour, aux destinataires suivants:

Le Bureau du Procureur

M. Luis Moreno-Ocampo

Mme Fatou Bensouda

Le conseil de la Défense

Les représentants légaux des victimes

Les représentants légaux des demandeurs

Les victimes non représentées  Les demandeurs non représentés (participation/réparations)

Le Bureau du conseil public pour les Le Bureau du conseil public pour victimes la Défense

Les représentants des États  Vamicus curiae

 

GREFFE

Le Greffier

Mme Silvana Arbia, Greffier

La Section de la détention

L'Unité d'aide aux victimes et aux Autres témoins

La Section de la participation des victimes et des réparations

 

 

1. Conformément à l'instruction Chambre préliminaire I, en date du 22 Novembre 2012, ce document est reclassifié public

Le 3 octobre 2011, la Chambre préliminaire III (« la Chambre ») a rendu la décision relative à l'autorisation d'ouverture d'une enquête dans le cadre de la situation en République de Côte d'Ivoire rendue en application de l'article 15 du Statut de Rome, par laquelle elle autorisait l'ouverture d'une enquête.

2. Le 7 février 2012, le Procureur a demandé la délivrance d'un mandat d'arrêt à rencontre de Simone Gbagbo pour des chefs de crimes contre l'humanité, sur la base de la responsabilité pénale individuelle de celle-ci dans la commission de meurtres, de viols et d'autres formes de violences sexuelles, d'actes de persécution et d'autres actes inhumains pendant la crise postélectorale, à partir du 28 novembre 2010, par les Forces de défense et de sécurité ivoiriennes (FDS) appuyées par des milices de jeunes et des mercenaires loyaux au Président Gbagbo (collectivement « les forces pro-Gbagbo »), à Abidjan, notamment dans les environs de l'hôtel du Golf, et ailleurs dans le pays.

3. Ayant pris note des articles 7, 19-1, 25 et 58 du Statut de Rome (« le Statut »), la Chambre indique qu'elle exposera dans une décision ultérieure son analyse des éléments de preuve et autres renseignements fournis par le Procureur.

4. Au vu des éléments de preuve et renseignements fournis par le Procureur, et sans préjudice de la décision qu'elle rendra relativement à toute exception d'irrecevabilité susceptible d'être soulevée ultérieurement en vertu des articles 19-2-a et 19-2-b du Statut, la Chambre considère que l'affaire concernant Simone Gbagbo relève de la compétence de la Cour et qu'elle est recevable.

5. Au vu des éléments de preuve, la Chambre conclut qu'il y a des motifs raisonnables de croire qu'au lendemain des élections présidentielles en Côte d'Ivoire, les forces pro-Gbagbo ont attaqué la population civile à Abidjan et dans l'ouest du pays, à partir du 28 novembre 2010. Elles ont pris pour cible des civils qu'elles pensaient être des partisans d'Alassane Ouattara, et les attaques étaient souvent dirigées contre des communautés ethniques ou religieuses spécifiques.

6. La Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que ces attaques lancées par les forces pro-Gbagbo pendant les violences post-électorales ont été menées en application de la politique d'une organisation. En outre, elles revêtaient un caractère généralisé et systématique, comme le montrent notamment la longueur de la période durant laquelle des crimes ont été commis (entre le 28 novembre 2010 et mai 2011), l'étendue géographique de ceux-ci (bon nombre des quartiers d'Abidjan et l'ouest de la Côte d'Ivoire), le grand nombre de victimes dont il a été fait état et le mode opératoire généralement suivi dans la commission des crimes.

7. Au vu des éléments de preuve, la Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que des crimes contre l'humanité ayant pris la forme de meurtres (article 7-1-a du Statut), de viols et d'autres formes de violences sexuelles (article 7-1-g du Statut), d'autres actes inhumains (article 7-1-k du Statut) et d'actes de persécution (article 7-1-h du Statut) ont été commis en Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

8. En outre, la Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que ces actes sont advenus dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique lancée contre la population civile de la Côte d'Ivoire, au sens de l'article 7-1 du Statut.

9. La Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que, par les crimes qui lui sont reprochés dans la demande de délivrance de mandat d'arrêt, Simone Gbagbo a engagé sa responsabilité pénale individuelle en tant que « coauteur indirect » desdits crimes au sens de l'article 25-3-a du Statut.

10. Au vu des éléments de preuve fournis par le Procureur, la Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire qu'il existait un plan (et une politique) et que les membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo (auquel appartenait Simone Gbagbo) se réunissaient fréquemment pour discuter de la mise en œuvre et de la coordination de ce plan. Simone Gbagbo était idéologiquement et professionnellement très proche de son mari, Laurent Gbagbo. Elle a participé à toutes les réunions tenues durant la période considérée. Bien que n'étant pas élue, elle se comportait en alter ego de son mari, en exerçant le pouvoir de prendre des décisions d'État. Elle était également proche d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo, qui étaient impliqués dans la mise en œuvre du plan commun. En outre, lors de réunions ou de rassemblements publics tenus durant la crise postélectorale, elle a exprimé son soutien au plan commun et donné aux forces pro-Gbagbo l'instruction de commettre des crimes contre des personnes représentant une menace pour le pouvoir de son mari.

11. En outre, la Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que Simone Gbagbo et d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo étaient conscients que la mise en œuvre du plan commun aboutirait, dans le cours normal des événements, à la commission des crimes susmentionnés.

12. La Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que dans le cadre de la mise en œuvre du plan commun, Simone Gbagbo exerçait, en tant que membre de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo, un contrôle conjoint sur les crimes, dans la mesure où elle avait le pouvoir de contrôler les milices de jeunes et de leur donner directement des instructions, milices dont les membres étaient systématiquement recrutés, armés, formés et intégrés dans la chaîne de commandement des FDS en vue d'appuyer la mise en œuvre du plan commun. Tout au long de la crise post-électorale, Simone Gbagbo a convoqué des réunions fréquentes avec les officiers généraux les plus gradés des FDS pour discuter, en particulier, de la situation à Abobo. Elle a également donné à d'autres officiers supérieurs des FDS des instructions sur les mesures à prendre pour dissuader les anti-Gbagbo de manifester, et leur a demandé de mettre des troupes à sa disposition pour assurer la sécurité d'un ministre. En outre, la Chambre est convaincue qu'il y a des preuves suffisantes pour établir que Simone Gbagbo a veillé à ce que les forces régulières des FDS soient dotées de matériel militaire.

13. En outre, il y a des motifs raisonnables de croire que compte tenu de son appartenance à l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo et du rôle qu'elle jouait dans le cadre du plan commun, Simone Gbagbo a apporté une contribution coordonnée et essentielle à la réutilisation dudit plan. Elle a assisté à des réunions de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo et participé à la prise de décisions sur la mise en œuvre du plan commun. À l'occasion d'une de ces réunions, le dirigeant d'une milice de jeunes pro-Gbagbo a proposé d'attaquer des membres du parti politique d'Alassane Ouattara, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), et de détruire ou de piller leurs biens, afin qu'ils souffrent comme d'autres Ivoiriens avaient souffert des actions d'Alassane Ouattara. Durant la réunion, Simone Gbagbo a ouvertement approuvé cette proposition. De plus, elle a joué  un rôle clé dans le recrutement, l'armement et l'intégration de milliers de volontaires, et dans leur enrôlement au sein de la chaîne de commandement des FDS.

14. Par ailleurs, la Chambre estime qu'il y a des motifs raisonnables de croire que les forces pro-Gbagbo qui ont exécuté le plan commun l'ont fait en obéissant de façon quasi automatique aux ordres reçus de Simone Gbagbo et d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo.

15. La Chambre conclut qu'il y a des motifs raisonnables de croire que Simone Gbagbo a agi avec le degré d'intention et de connaissance requis : i) en adoptant le plan commun ; ii) en ayant conscience de sa mise en œuvre et des moyens dont disposaient d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo pour mettre ce plan en œuvre ; iii) en rencontrant des membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo pour discuter de la mise en œuvre du plan commun et en assurer la coordination ; iv) en jouant un rôle clé dans le recrutement et l'instruction des membres de la Galaxie patriotique, et dans leur intégration au sein des FDS; et  v ) en ayant conscience de la contribution apportée par d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo à la mise en œuvre du plan commun. En outre, la Chambre est d'avis que Simone Gbagbo avait parfaitement connaissance des circonstances de fait lui permettant, à elle et à d'autres membres de l'entourage immédiat de Laurent Gbagbo, d'exercer un contrôle conjoint sur les crimes.

16. Bien que la Chambre soit convaincue que ce critère de fond (proposé par l'Accusation) est rempli, il est vraisemblable que la question de la responsabilité imputée à Simone Gbagbo en qualité de « coauteur indirect » au sens de l'article 25-3-a du Statut devra être débattue en temps voulu avec les parties et les participants.

17. La Chambre est convaincue que l'arrestation de Simone Gbagbo est nécessaire pour : i) garantir qu'elle comparaîtra devant la Cour ; ii) garantir qu'elle n'usera pas de son pouvoir politique ou de ses moyens financiers pour faire obstacle à l'enquête ou en compromettre le déroulement; et iii) empêcher la commission d'autres crimes.

18. La Chambre relève que Simone Gbagbo fait l'objet d'une interdiction de voyager imposée par le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies en vertu des résolutions 1572 et 1980, et par le Conseil de l'Union européenne en vertu des décisions 2010/656/CFSP et 2011/18/CFSP.

 

PAR CES MOTIFS, LA CHAMBRE

DÉLIVRE le présent mandat d'arrêt à l'encontre de Simone Gbagbo, née le 20 juin 1949 à Moosou, dans la préfecture de Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, de nationalité ivoirienne et membre de la tribu des Akan, au motif qu'elle serait pénalement responsable, au sens de l'article 25-3-a du Statut, de crimes contre l'humanité ayant pris la forme 1) de meurtres (article 7-1-a du Statut), 2) de viols et d'autres formes de violences sexuelles (article 7-1-g du Statut), 3) d'autres actes inhumains (article 7-1-k du Statut), et 4) d'actes de persécution (article 7-1-h du Statut), commis sur le territoire de la Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011, DÉCIDE que le mandat d'arrêt doit demeurer sous scellés, ex parte et réservé à l'Accusation et au Greffe mais que, pour permettre le transfèrement de Simone Gbagbo au siège de la Cour, ce mandat pourra, selon que de besoin, être communiqué en vue de son exécution à des tierces parties (telles que les autorités de la Côte d'Ivoire et tout autre État ou organisation internationale). La Chambre envisagera en temps voulu la reclassification du mandat d'arrêt, après la remise de Simone Gbagbo à la CPI, DÉCIDE que, dès que possible : i) le Greffe préparera une demande de coopération sollicitant l'arrestation et la remise de Simone Gbabgo, qui contiendra les renseignements et les pièces exigés aux articles 89-1 et 91 du Statut, ainsi qu'à la règle 187 du Règlement de procédure et de preuve ; et ii) le Greffe, en consultation et en coordination avec le Procureur, transmettra cette demande aux autorités compétentes de la République de Côte d'Ivoire, conformément à la règle 176-2 du même Règlement,

ENJOINT ÉGALEMENT au Greffier, conformément à l'article 89-3 du Statut, de préparer et de transmettre à tout État et organisation internationale concernés toute demande de transit qui pourrait être nécessaire aux fins de la remise à la Cour de Simone Gbabgo, ORDONNE au Procureur de transmettre au Greffe, dans la mesure où ses obligations de confidentialité le lui permettent, ainsi qu'à la Chambre, toutes les informations en sa possession qui permettraient d'éviter les risques que pourraient faire courir à des victimes ou à des témoins la transmission de la demande de coopération susmentionnée,

INVITE le Procureur à transmettre au Greffe, dans la mesure où ses obligations de confidentialité le lui permettent, ainsi qu'à la Chambre, toutes les informations en sa possession qui faciliteraient selon lui la transmission et l'exécution de la demande de coopération susmentionnée,

ENJOINT au Greffe de se mettre en rapport avec l'Accusation pour inviter la République de Côte d'Ivoire et le Royaume des Pays-Bas à demander une dérogation à l'interdiction de voyager imposée à Simone Gbagbo par le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies et le Conseil de l'Union européenne, afin de permettre la remise de l'intéressée à la CPI et son entrée sur le territoire des Pays-Bas,

DEMANDE INSTAMMENT au Greffe de prendre toutes les dispositions possibles pour permettre l'exécution immédiate du présent mandat d'arrêt. Fait en anglais et en français, la version anglaise faisant foi.

 

 

Mme le juge Silvia Fernandez de Gurmendi

Mme la juge Elizabeth Odio Benito

  M. le juge Adrian Fulford

Fait le 29 février 2012

À La Haye (Pays-Bas)

N° ICC-02/11-01/12 

Document original: https://www.dropbox.com/s/fuegtfxvqf98snc/MANDAT_CPI_SG.pdf

15:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

21/11/2012

Bombardement de Bouaké: Les familles des soldats français portent plainte contre l'ex-ministre Alliot-Marie


205550_390467354362630_876756170_n.jpg
















Des familles de militaires victimes du bombardement en 2004 du camp français de Bouaké, en Côte d'Ivoire, ont déposé plainte mercredi contre l'ancienne ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie pour complicité d'assassinats, a-t-on appris de sources proches du dossier.
Cette plainte, déposée auprès de la Cour de justice de la République (CJR), vise Mme Alliot-Marie, ministre au moment du bombardement le 6 novembre 2004 par deux avions des forces loyalistes ivoiriennes d'un camp de l'armée française à Bouaké (centre de la Côte d'Ivoire), tuant 9 militaires français et un civil américain, et blessant 38 soldats. 



Cette plainte, révélée par Mediapart, intervient en parallèle de l'information judiciaire pour assassinat et tentative d'assassinats ouverte en 2005, dans laquelle l'ancienne ministre avait été entendue comme témoin en mai 2010.
Une polémique avait éclaté en 2006 quand avait été révélé que 8 Biélorusses, parmi lesquels se trouvaient deux pilotes, avaient été arrêtés par les autorités togolaises quelques jours après le bombardement, puis mis à disposition des services français avant d'être libérés.
Mme Alliot-Marie avait affirmé qu'il n'y avait alors "pas de base juridique puisque pas de mandat d'arrêt international" pour les interroger.
L'avocat des familles de militaires, Me Jean Balan, a accusé à plusieurs reprises Mme Alliot-Marie d'avoir, "dès le début de l'affaire", cherché à "saboter l'action de la justice afin d'éviter, à tout prix, que la vérité ne soit connue".
 
 
 
 
 
Source:  La Majorité Présidentielle Gbagbo

19:49 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |