topblog Ivoire blogs

26/11/2012

Les Internautes donnent leurs positions relatives aux tractations autour de l’Affaire GBAGBO à La Haye

Gbagbo LaurentDepuis ce lundi matin,  cette information circule sur la toile. Si certains internautes y accordent un intérêt particulier, d’autres la prennent avec réserve. Nous la publions, dans le but d’informer ceux qui s’interessent aux dénouement dans l’Affaire Gbagbo.

 

 

 

Les impérialistes manoeuvrent pour un plan de sortie de crise en Côte d'Ivoire!!!!  

 

 Leurs « propositions » :

 

 • GBAGBO doit accepter de reconnaître la victoire du chef de guerre Dramane Ouattara en Côte d'Ivoire ;

 • Inscrire l'action des LMP (La Majorité Présidentielle sous Laurent GBAGBO) dans un schéma de réconciliation nationale, à savoir intégrer un gouvernement de réconciliation ;

 • les prisonniers politiques seront libérés et le blocage de leurs comptes sera levé ;

 • les mandats d'arrêt farfelus du chef de guerre contre les LMP seront stoppés ;

 • GBAGBO aura le statut d'ancien chef d'Etat avec tous les émoluments qui vont avec ;

 • GBAGBO siègera au Conseil Constitutionnel comme ancien Président ;

 • le FPI percevra le financement des partis politiques conformément à sa représentativité ;

 • le FPI doit s'organiser pour les élections de 2015 avec GBAGBO si possible ;

 • Notre sécurité sera garantie.

 

 

 Réponse des internautes partisans de Gbagbo aux impérialistes :

 

 1. GBAGBO ne reconnaitra jamais la victoire de Dramane tant qu'on ne nous dira pas qui a gagné les élections ;

 2. Le FPI n'intégrera pas un gouvernement de réconciliation puisque nous ne reconnaissons pas Dramane Ouattara comme étant le Président ;

 3. La situation des prisonniers politiques ne peut être prise comme marchandage ou chantage. Quand on fait la politique, on est préparé pour la prison aussi. Donc fermez les guillemets ;

 4. Les mandats d'arrêt de la rébellion n'ont jamais trouvé d'exécution en dehors du rapt du ministre Lida KOUASSI Moïse au TOGO ;

 5. GBAGBO n'aura pas le statut d'ancien chef d'Etat puisque l’on en reconnait pas la victoire du chef de guerre ;

 6. Il n'est pas question pour nous de siéger dans un Conseil Constitutionnel en tant que Président élu;

 7. le FPI n'est pas un parti de mendiants. il sait vivre sans le financement public des partis politiques. C'est d’ailleurs le FPI qui a initié cela en Côte d'ivoire ! Ca n'existait pas avant. Donc on sait faire sans ;

 8. le FPI ne peut pas s'organiser pour les élections de 2015, puisque l’on a même pas encore réglé le problème de l'élection de 2010. Voici la position !

 9. Notre sécurité est l'affaire des FDS (Forces de Défense et de Sécurité en charge de la défense des institutions de la République souveraine de Côte d’Ivoire) et non des FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire composées des anciens rebelles et de supplétifs de toutes sortes qui ont fait allégeance à OUATTARA depuis) ;

 10. Donc notre question fondamentale demeure la même : QUI A GAGNE LES ELECTIONS ?

 

 On nous demande de passer à autre chose et de donner une chance à la Côte d'Ivoire. Nous voudrions dire que la chance de la Côte d'Ivoire se trouve dans cette question qui refait surface avec l'affaire de l’UMP. Il faut recompter les voix et dire aux yeux du monde entier qui a gagné ces élections pour lesquelles on a tué des milliers d'Ivoiriens.

 En dehors de ça, Gbagbo est prêt pour eux à LA HAYE ! Si c'est pour faire de la prison, il n'y a pas de problème ! Mais on ne peut pas trahir son âme.

 La Cour Pénale Internationale est bloquée. Le chantage ne marche pas. Le mandat  contre Simone Gbagbo, on s'en fout.

 Il faut juger GBAGBO avec les acteurs de la crise dont Dramane OUATTARA, chef d'une rébellion qui a endeuillé des milliers de familles depuis 2002. Nous, on est prêt : c'est eux qui tremblent!

 Mais à coup sûr, GBAGBO sortira victorieux de cet énième affrontement avec les impérialistes et rentrera en Côte d'Ivoire porter le message de réconciliation tant attendu du peuple.

 Tous les huis clos, dix clos, douze clos,… échoueront. Nous sommes fermes sur notre position. GBAGBO n'est pas resté sous les bombardements pour marchander une soi-disant liberté. C'est ça qui est la vérité. HLC (Haut Les Cœurs)… On est ensemble !!! EN AVANT !!!

 

SOURCE : Joel Curtus : https://www.facebook.com/joel.curtis.50

 

20:39 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

3h de Tête-à-tête GBAGBO/MIAKA: Le FPI prend des instructions pour l’offensive diplomatique

Miaka, GbagboCe jeudi 22 novembre 2012 à la Haye, M. Sylvain Miaka Ouretto, Président par intérim du Front Populaire Ivoirien (FPI) a eu son deuxième tête-à-tête avec le Président Laurent Gbagbo, Fondateur de ce parti.

La mission d’offensive diplomatique en Europe réclamée par les militants du FPI est enfin mise en œuvre par la direction intérimaire du Parti de Gbagbo. C’est profitant de cette  mission que Miaka Ouretto a rendu visite au Président Gbagbo avant d’entamer véritablement la tournée diplomatique. La délégation que Miaka conduit s’est étoffée par l’arrivé d'autres membres de la Direction dont Amani N’guessan et de la quasi-totalité des membres du secrétariat national du Front Populaire Ivoirien en France. La Direction du parti a entamé le corps-à-corps diplomatique depuis le 21 novembre dernier et poursuivra les rencontres jusqu’à la fin du mois de novembre 2012.

Miaka est à sa deuxième rencontre du genre avec Gbagbo après celle de février 2012. Selon des sources concordantes, ce tête-à-tête aurait eu pour points essentiels : la rédynamisation du parti au moment où celui-ci a eu deux de ses membres actifs emprisonnés récemment en Côte d’Ivoire ; son fonctionnement au plan national qu’international et enfin sa nouvelle politique au plan international en vue de la reconquête du pouvoir.

Avant son tête-à-tête avec le Président Gbagbo qui a duré de 13h à 15h, Miaka s’est rendu au siège de la CPI où avait lieu une audience à huis sur la situation en Côte d’Ivoire entre 10h et 13h.

Rappelons que la délégation du FPI qui séjournera en Europe jusqu’au 30 novembre prochain, a entamé véritablement ses visites diplomatiques ce vendredi 23 novembre 2012 avec une rencontre de haut niveau à l’Elysée. Si le programme ne change pas, la direction du FPI rencontrera ce 26 novembre le Quai D’Orsay, l’instance décisionnelle de la diplomatie française. Plusieurs autres rencontres sont à l’agenda de la délégation, notamment avec le Parti socialiste, le Front de Gauche, des députés UMP et PS et les organisations de la diaspora ivoirienne en France.

De toute évidence, le FPI a décidé de passer à la vitesse supérieure, dans un contexte où les organisations de Droits de l’Homme émettent des rapports sur des graves violations des droits humains perpétrées par le régime de Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire.

10:50 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

24/11/2012

Grève : Les enseignants de Côte d’Ivoire décidés à aller jusqu’au bout

 

Grève des enseignants de Côte d'IvoireLa grève des enseignants de Côte d’Ivoire, déclenchée le lundi 19 novembre 2012, s’est poursuivie jusqu’au vendredi 26 novembre. Cette grève a gagné en intensité, le Mercredi 21 novembre, avec le ralliement de la Coordination des Enseignants du Secondaire de Côte d’Ivoire (CESCI) au mouvement. 

L’intersyndicale des Enseignants parle désormais d’une seule voix : « Il s’agit d’un reliquat de notre traitement salarial. En 2009, L’Etat avait réglé 85%, mais le reste devait être payé depuis le premier trimestre de 2012, mais les nouvelles autorités nous font tourner en rond » a expliqué un responsable syndical du secondaire. « Nous irons jusqu’au bout » a-t-il ajouté.  

Le Mardi dernier, le SYNEPPCI, un syndicat dissident avait lancé un appel  à la reprise des cours, mais rien n’y fit. Les cours n’ont pas repris, le lendemain. 

« Seule l’intersyndicale est habilitée à décider de la suspension de notre mot d’ordre de grève. Les syndicats corrompus par le gouvernement ont vu que leur appel de reprise de travail a été vain » a rétorqué un enseignant qui a requis l’anonymat. 

De toute évidence, cette grève est dans une lancée de radicalisation dans la mesure où, selon certaines sources, le Gouvernement ne promet payer que 25% de ce qui est  dû aux enseignants. Au moment où nous mettions cet article en ligne, aucun accord n’avait encore été trouvé entre le Gouvernement et l’Intersyndicale représentée par MM. Mesmin Comoé et Abonga

 

 

16:21 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

23/11/2012

Déclaration de la CPI relative à la levée des scellés du mandat d’arrêt contre Simone Gbagbo

 

fatou" Les juges ont rendu leur décision, il appartient désormais aux autorités ivoiriennes de remettre Mme Simone Gbagbo à la Cour."

 

Aujourd’hui, les juges de la CPI ont décidé de lever les scellés du mandat d’arrêt qu’ils ont émis à l’encontre de Mme Simone Gbagbo en raison de sa responsabilité individuelle présumée dans des crimes contre l’humanité perpétrés lors des violences postélectorales qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011.

Depuis l’ouverture des enquêtes, la Côte d’Ivoire coopère pleinement avec le Bureau en ce qui concerne ces dernières. Nous exhortons les autorités ivoiriennes à continuer à le faire et à remettre Simone Gbagbo à la Cour.

Comme l’a déclaré le Bureau du Procureur dans la requête présentée aux fins d’ouvrir une enquête dans la situation en Côte d’Ivoire, les crimes commis au cours de la période qui a suivi les élections de 2010 n’étaient pas le fruit du hasard — ils ont été planifiés et coordonnés au sein des plus hautes sphères politiques et militaires et les principaux responsables doivent rendre des comptes à la justice. Les enquêtes menées par le Bureau du Procureur, notamment sur les personnes portant la responsabilité la plus lourde dans les crimes présumés commis par tous les camps, se poursuivent en toute objectivité, impartialité, indépendance et dans le strict respect de la loi. Nous présenterons d’autres requêtes aux fins de la délivrance de nouveaux mandats d’arrêt lorsque nous aurons recueilli suffisamment d’éléments de preuve pour étayer les allégations en cause. Il appartiendra ensuite aux juges de se prononcer.

Les enquêtes du Bureau s’inscrivent dans le cadre d’une initiative plus large visant à promouvoir la justice et la réconciliation en Côte d’Ivoire afin d’empêcher de nouvelles flambées de violence et la commission d’autres crimes. Les dirigeants doivent comprendre que le Statut de Rome a établi un cadre juridique visant à protéger les victimes et à prévenir la commission de crimes à grande échelle. Les personnes qui seraient tentées de recourir à la violence afin d’accéder au pouvoir ou de s’y maintenir doivent bien comprendre qu’elles ne pourront pas se soustraire à la justice.

CONTEXTE: Communiqué de presse de la CPI : « La CPI lève les scellés sur un mandat d’arrêt à l’encontre de Simone Gbagbo »

CLAUSE LIMITATIVE DE RESPONSABILITÉ : Aucune des informations ci-dessus ne saurait être interprétée comme la reconnaissance de la culpabilité de tout suspect ou accusé cité. Le Bureau du Procureur est chargé d’enquêter sur les crimes présumés et d’engager des poursuites contre leurs auteurs. Il revient à la Cour de déterminer si les éléments de preuve à charge permettent de confirmer les accusations et, le cas échéant, d’établir la culpabilité ou l’innocence de l’accusé à l’issue d’un procès équitable.

 

Source: Bureau du Procureur OTPNewsDesk@icc-cpi.int

 

 

 

Statement by ICC Prosecutor following unsealing of Arrest Warrant against Mrs. Simone Gbagbo:

 

The judges have decided, it is now up to the Ivoirian authorities to surrender Mrs. Simone Gbagbo to the Court.

 

Today, ICC judges decided to unseal their Arrest Warrant against Mrs. Simone Gbagbo for her alleged individual responsibility for crimes against humanity during Côte d’Ivoire’s post-election crisis in 2010 - 2011.

 

Since the opening of investigations, Côte d’Ivoire has been cooperating fully with the OTP in its investigations. We expect the Ivoirian authorities to continue cooperating and to surrender Simone Gbagbo to the Court.

 

As the Office stated in its application to open an investigation in Côte d’Ivoire, the type of crimes committed in the aftermath of the 2010 elections did not happen by chance - they were planned and coordinated at the highest political and military levels and all those bearing the greatest responsibility must be held to account. The Office of the Prosecutor is continuing its investigations of all crimes allegedly committed by all sides, focussing on those who bear the greatest responsibility for these crimes. The investigations are objective, impartial and independent, and are conducted in strict accordance with the law. Additional requests for Arrest Warrants will be submitted to the judges once we have collected enough evidence to substantiate the allegations. It will be for the judges to decide.

 

The Office’s investigations are part of a broader effort to promote justice and reconciliation in Côte d’Ivoire to prevent future violence and commission of crimes. Leaders must understand that the Rome Statute has established legal limits to protect victims and prevent massive crimes. Those who use violence to gain or maintain power should take note: they will be held accountable for their actions.

 

BACKGROUND: ICC Press release: “ICC unseals warrant of arrest against Simone Gbagbo”

 

DISCLAIMER: Nothing in the above should be interpreted as pronouncing upon the guilt of any suspect or accused mentioned herein. The function of the Office of the Prosecutor is to investigate and prosecute alleged crimes. It is the function of the Court to confirm whether the evidence presented by the Prosecution is sufficient to confirm the charges brought and, if so, to determine the guilt or innocence of the accused following a fair trial.

 

Source: Office of the Prosecutor OTPNewsDesk@icc-cpi.int

 Via: La Dépêche d'Abidjan

11:52 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |