topblog Ivoire blogs

12/09/2012

LIBYE: Christopher Stevens, Ambassadeur américain abattu dans une attaque du consulat des USA à Benghazi

Christopher Stevens, US Ambassador killedLibye, Benghazi, Mercredi 12 septembre 2012.  L’Ambassadeur américain Christopher Stevens, en poste à Benghazi a été abattu dans une attaque menée à la roquette par des assaillants, nous rapporte CNN.

Le consulat a été pris à parti par des assaillants lourdement armés dans un contexte  de protestation contre un film offensant l'islam, a indiqué à l'AFP le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Wanis al-Charef.

Trois(3) autres fonctionnaires en plus du diplomate Christopher Stevens (photo ci-joint) ont perdu la vie, a précisé la Chaîne américaine CNN.

Qui l’eut cru, le Guide libyen Kadhafi n’est plus, mais la Libye est toujours dans la tourmente. Pis, ce sont les américains, qui ont joué un rôle militaire crucial dans la déstabilisation de la Libye et le meurtre de Kadhafi pour installer le CNT, qui sont aujourd’hui pris pour cible par les combattants pro-CNT à Benghazi. On dirait "le serpent mord son maître". 

11:12 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

MAN GRABBED FOR FAKE COUP PLOT IN COTE D’IVOIRE

ouattara's agent grabbed in Ghana, TsikataThe bureau of National Investigations (BNI) has arrested a man for allegedly orchestrating a fake coup plot by exiled Ivorians in Ghana.

The man who masterminded the so-called coup plot, managed to convince the Ivorian authorities to arrest those purported to have planned the fake coup against the Ivorian government.

Prosper Tao Tsikata, 52, who has gained notoriety in advance fee fraud, popularity called ‘’419’’ was arrested by the BNI on July 13, 2012 pursuant to reports citing him for his involvement in the plot for his selfish and parochial interest.

Prosper was reported to have identified some Ivorian soldiers in Ghana and introduced himself to them as a retired commissioned officer of the Ghana Army who now runs a private security company apparently impersonating Capt. Kojo Tsikata (retd), a former security boss in Ghana.

According to Notre Voie, an Ivorian newspaper, an anonymous French intelligence undercover agent was sent to Ghana to closely monitor the activities and movements of Ivorian soldiers in Ghana with the view to exposing possible acts of subversion directed at the Alassane Ouattara government.

The newspaper in its issue dated June 25, 2012 published the story of the unnamed French agent which revealed that Prosper Tsikata was the mastermind of the alleged coup plot against the Ouattara government which led to the arrest of Col Kate Gnatoa and Lida Kouassi, both loyalists of the erstwhile Gbagbo regime, who until then, were in exile in Togo.

Lida Kouassi has been identified as a minister in the former government.

Briefing the Daily Graphic yesterday, as a Deputy Minister of Information, Mr Samuel Okudzeto Ablakwa, said Tsikata managed to convince some of the soldiers that he was a sympathizer of former president Laurent Gbagbo and that not only was he capable, but interested in helping to topple the Ouattara government by way of pre-financing its overthrow with the requisite cash, arms, vehicles and other logistics.

He said while majority of the soldiers contacted was suspicious of the move, others decided to play ball.

Tsikata, according to Mr Ablakwa, proposed the idea of preparing a video recording to serve as a coup introductory declaration.

He said in the video recording, Col Gnatoa, who read the coup message, was flanked by six other exiled Ivorian soldiers, all in military unifiorm and boots provided by Tsikata.

Mr Ablakwa said investigations later established that the video recording was done in Tsikata’s private office near Top Herbal at Haatso in Accra.

According to him, one of the exiled soldiers, identified only as Stone, took custody of the video clip after an initial disagreement with Tsikata.

He said Tsikata then travelled to Abidjan and contacted the Ivorian government, particularly Hamed Bakayoko, the Ivorian Minister of the Interior, and informed him that some Ivorians resident in Ghana were preparing to overthrow the Ouattara government.

To carry out his plan og duping the Ivorian government, he said Tsikata returned to Ghana to inform Gnatoa and his group that he (Tsikata) had deployed a number of armed troops in Abidjan for the take-over and also made arrangement for the video clip to be played on national television in Abidjan, with the view to causing confusion and chaos to facilitate the take-over by Gbagbo loyalists.

Mr Ablakwa said Tsikata also informed Gnatoa that he (Gnatoa) was to become the next Head of State if the coup succeeded and advised Gnatoa to release the video clip to him (Tsikata)

He said Gnatoa subsequently asked Stone to release the clip to Tsikata while they got ready to travel to Abidjan to execute the coup plot.

He said after taking possession of the clip, Tsikata took it to Bakayoko to convince him and the group that his information about the coup plot was real.

Mr Ablakwa said Tsikata was then paid 200,000 dollars of the 12 million he demanded from the Ivorian government for helping it to quell the coup.

According to him, Tsikata then returned to Ghana to lure Gnatoa to hideout in Abidjan where he (Tsikata) later led armed men for Gnatoa’s arrested.

Tsikata is believed to be of Nigerian origin, but has assumed Ghanaian status and operates his 419 business as a Ghanaian.

He is known to be a fraudster who hides behind the alias of Tsikata, a brand name in Ghana known within political circles to hoodwink unsuspecting persons, particularly prospective gold buyers, on his way to fleecing them of large sums of money.

The police in November 2007 arrested Tsikata for allegedly posing as a fake lawyer to defraud a South African of thousands of dollars.

The Daily Graphic, which carried the report of his arrest, in its September 27, 2007 edition, indicated that Tsikata posed as Mr Wallace Bruce-Cathline of Minka-Premo and Co and allegedly defrauded the South African of 4,000 dollars, while his accomplice identified as Asaagaf Mohammed collected 25,000 Euros from the victim on the pretext of facilitating the purchase and processing of gold on his behalf

Timothy Gobah, DAILY GRAPHIC, N°18941 of Tuesday, September 11,2012

08:48 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les USA mordus par leur propre serpent, un fonctionnaire américain tué dans une attaque du consulat des USA à Benghazi

Benghazi, Us consulate attackedQui l’ont cru, le Guide libyen Kadhafi n’est plus, mais la Libye est dans la tourmente. Pis, ce sont les américains qui ont joué un rôle militaire crucial dans la déstabilisation de la Libye et le meurtre de Kadhafi pour installer le CNT qui sont aujourd’hui pris pour cible par les combattants du CNT à Benghazi. On aurait dit le serpent mord son maître. Ironie des ironies.

Un fonctionnaire américain tué dans l’attaque du consulat américain à la roquette par des assaillants, le mercredi 11 septembre 2012. Une autre attaque meurtrière un 11 septembre qui fait un grand bruit le jour anniversaire des attaques de World Trade Center.

 

Ci-après, l’article de l’AFP sur le sujet :

BENGHAZI (Libye) - Un fonctionnaire américain du consulat américain à Benghazi a été tué et un autre blessé, dans l'attaque mardi soir du consulat par des hommes armés qui protestaient contre un film offensant l'islam, selon eux, a indiqué à l'AFP le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Wanis al-Charef.

Un fonctionnaire américain a été tué et un autre blessé à la main. Les autres membres du personnel ont été évacués et sont sains et saufs, a déclaré M. Charef qui n'était pas en mesure de préciser si l'homme tué était un diplomate.

Des manifestants armés se sont attaqués au consulat américain à Benghazi, dans l'est de la Libye, pour dénoncer un film offensant l'islam, selon des sources concordantes.

Des manifestants ont attaqué le consulat américain à Benghazi. Ils ont tiré en l'air avant d'entrer dans le bâtiment, avait indiqué plus tôt M. al-Charef.

Selon le porte-parole de la Haute commission de sécurité du ministère de l'Intérieur, Abdelmonoem al-Horr, des roquettes RPG ont été tirées sur le consulat depuis une ferme toute proche.

Peu après, un témoin a indiqué à l'AFP que des manifestants avaient mis le feu au consulat.

Selon M. Charef, les assaillants protestaient contre le même film dénoncé par des milliers d'Egyptiens, en majorité des salafistes qui avaient manifesté mardi devant l'ambassade américaine au Caire, avant d'arracher le drapeau américain pour le remplacer par un étendard islamique.

 

Source AFP

00:11 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

11/09/2012

25ans après son assassinat, l’Afrique réclame Justice pour Thomas SANKARA

Il faut remplir le formulaire en dessous du texte de la pétition. Merci de continuer à vous mobiliser en invitant le plus largement possible votre entourage à signer. Si vous avez des difficultés à signer en ligne contactez nous.

 

English : Justice for Thomas Sankara, Justice for Africa

http://thomassankara.net/spip.php?article876&lang=en

 

Español : Justicia para Thomas Sankara Justicia para África

http://thomassankara.net/spip.php?article879&lang=es

 

Italiano : Giustizia per Thomas Sankara Giustizia per l’Africa

http://thomassankara.net/spip.php?article878&lang=it

 

Deutsch : Gerechtigkeit für Thomas Sankara Gerechtigkeit für Afrika

http://thomassankara.net/spip.php?article880&lang=de

 

 Thomas Sankara, Justice, 25ans après son assassinat 

 

Les enfants de Thomas Sankara parlent… "Nous voulons que justice soit rendue à notre père"

 

C’est une exclusivité. Jamais les enfants de l’ex-président du Faso, Thomas Isidore Noël Sankara, n’avaient en effet parlé à la presse depuis le coup d’Etat sanglant du 15 octobre 1987. Ils étaient encore petits lorsqu’ils ont été contraints de quitter le Burkina Faso avec leur mère, Mariam Sankara, afin d’échapper aux balles assassines de ceux qui ont orchestré le putsch. Aujourd’hui, Philippe a 31 ans et Auguste, 29. Et ils ont décidé de parler de sujets parfois dérangeants. Lorsque nous les avons contactés, ils ont montré leur grande disponibilité à s’exprimer, sans tabou et en toute franchise. « Le 15 octobre 1987, dans l’après-midi, nous n’avons rien compris de ce qui se passait. Le ciel s’est assombri ; nous avons été emmenés loin de la maison et plus tard loin du pays », affirment-ils dans cette interview.

Et ils ne sont pas du tout tendres avec Blaise Compaoré, « ami et frère » de Thomas Sankara, qui a pris le pouvoir après le coup d’Etat. « Si Blaise Compaoré a une conscience, alors nous le laissons avec sa conscience ». « C’est inqualifiable. S’il a fallu qu’il passe sur son “ami et frère” pour accéder au pouvoir, comprenez alors qu’il s’y accroche à tout prix ».

Et il n’y a pas que ça. Les enfants de Thomas Sankara vont-ils s’engager en politique ? Que pensent-ils de la Révolution ? Comment apprécient-ils l’œuvre révolutionnaire entreprise par leur père ? S’ils étaient président du Faso, quelles réformes urgentes, en termes de priorités, auraient-ils apportées au Burkina ? Comment jugent-ils les actions judiciaires entreprises pour que la lumière soit faite sur l’affaire Thomas Sankara ? A ces questions et à bien d’autres, Philippe et Auguste répondent, sans détours. Interview exclusive.

La rédaction de Courrier Confidentiel www.courrierconfidentiel.net

 

Courrier confidentiel : Comment vous portez-vous ?

 

Philippe et Auguste : Nous nous portons bien.

 

Et maman ?

 

Philippe et Auguste : Notre mère va bien. C’est une femme forte et nous admirons beaucoup son courage et sa ténacité.

 

Quelles activités précises menez-vous aujourd’hui ?

 

Philippe et Auguste : Nous poursuivons nos études, l’un dans le domaine de l’informatique, l’autre dans l’économie-gestion.

Votre mère est quelque fois revenue au Burkina. Vous par contre, on ne vous a pas revus depuis plus de 24 ans. Qu’est-ce qui justifie cela ?

 

Philippe et Auguste : Notre mère est retournée au pays à un moment donné pour des raisons précises, mais les raisons pour lesquelles nous avons dû quitter notre pays sont les mêmes qui nous retiennent encore à l’extérieur.

 

A quand votre retour au Burkina Faso ?

 

Philippe et Auguste : Dès que cela sera possible.

 

Quels souvenirs particuliers gardez-vous de votre père ?

 

Philippe et Auguste : Les quelques vagues souvenirs que nous avons de lui, sont ceux d’un père rigoureux envers lui-même et sa famille. Quand il était disponible, nous passions de bons moments.

Il était aussi un chef d’Etat intègre et révolutionnaire.

 

La Révolution est-elle, selon vous, un mode de gouvernance nécessaire dans le contexte actuel de l’évolution de l’Afrique ?

 

Philippe et Auguste : Nous ne savons pas si la Révolution est un mode de gouvernance nécessaire pour l’Afrique, mais il est indéniable qu’aujourd’hui, les Africains ont besoin d’un autre mode de gestion qui tienne compte des populations. C’est en cela que la Révolution burkinabè est citée comme exemple en Afrique et même au-delà.

 

Avec le recul, et les informations dont vous disposez, comment jugez-vous l’oeuvre révolutionnaire entreprise au Burkina Faso d’août 1983 à octobre 1987 ?

 

Philippe et Auguste : Cette expérience de 4 ans est toujours utilisée comme référence. Moins d’un mandat présidentiel selon la Constitution burkinabè a permis à notre pays de faire un bond qualitatif. Le changement du nom du pays, les réalisations socio-économiques, la participation des populations à la construction du pays et tout cela en 4 ans, bien sûr que ça ne laisse personne indifférent.

 

Comment avez-vous vécu le coup d’Etat du 15 octobre 1987 ?

 

Philippe et Auguste : Le 15 octobre 1987, dans l’après-midi, nous n’avons rien compris de ce qui se passait. Le ciel s’est assombri ; nous avons été emmenés loin de la maison et plus tard loin du pays.

 

Ce coup d’Etat a permis à Blaise Compaoré, « ami et frère » de Thomas Sankara, d’accéder au pouvoir. Et il y est depuis près de 25 ans. Comment appréciez-vous cela ?

 

Philippe et Auguste : Ecoutez ! Quelle appréciation peut-on faire ? C’est inqualifiable. S’il a fallu qu’il passe sur son “ami et frère” pour accéder au pouvoir, comprenez alors qu’il s’y accroche à tout prix.

 

Qu’avez-vous aujourd’hui particulièrement envie de dire à Blaise Compaoré ?

 

Philippe et Auguste : Que lui dire ! S’il a une conscience, alors nous le laissons avec sa conscience.

 

En septembre 2002, vous avez déposé, de concert avec votre mère, une « plainte contre X avec constitution de partie civile pour séquestration sur la personne de Thomas Isidore Noël Sankara », auprès du Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Après des blocages judiciaires, la Chambre criminelle de la Cour de cassation examinera ce dossier le 26 avril 2012. Comment analysez-vous cette affaire ?

 

Philippe et Auguste : Nous voulons que justice soit rendue à notre père. A cette fin, nous prospectons toutes les voies possibles. “ Dans tous les cas, nous faisons confiance en la Justice de notre pays “.

 

Pensez-vous que la Justice puisse dire le droit, rien que le droit ?

 

 Philippe et Auguste : Nous, nous attendons qu’elle soit “juste”. Dans tous les cas, tôt ou tard, justice sera rendue.

 

 Vous avez également demandé, en octobre 2009, un test ADN afin de savoir si le corps qui se trouverait dans la tombe indiquée par le gouvernement burkinabè au Comité des droits de l’Homme de l’ONU était bien celui de Thomas Sankara. Mais le Tribunal de grande instance de Ouagadougou n’a pas donné de suite à votre requête... Pensez-vous que ce dossier fait peur à certaines personnalités politiques et judiciaires de ce pays ?

 

 Philippe et Auguste : Pourquoi certaines personnalités politiques et judiciaires devraient-elles avoir peur de ce dossier ? Ce pays serait-il en contradiction avec les valeurs de démocratie qu’il clame ? Cette requête en assignation n’est pas achevée, car l’Etat parti doit répondre.

 La tombe supposée être celle de Thomas Sankara a été plusieurs fois vandalisée. Comment ses enfants que vous êtes ont-ils accueilli cette nouvelle ?

 

Philippe et Auguste : Il faut que tout cela cesse. Après 24 ans, certaines personnes sont réduites à vandaliser sa tombe. Cela est ridicule et ça nous touche énormément. Un homme qui a sacrifié sa vie pour son pays mérite du respect. Mais quels que soit les motifs et d’où que ça vienne, nous disons que quand un vivant se tourne vers une tombe pour pouvoir continuer à vivre, ça mérite réflexion et analyse.

 

 L’affaire Norbert Zongo et bien d’autres affaires gênantes n’ont pas été non plus, jusque-là, élucidées. Quel commentaire cela vous inspire-t-il ? Burkina Faso, pays de l’impunité ?

 

 Philippe et Auguste : Les Burkinabè ont commencé à se révolter massivement contre l’impunité qui règne dans le pays. Tout le monde a pu le constater en 2011 et les autorités burkinabè devraient avoir compris le désir de justice du peuple. Et pourquoi ne peut-on pas les élucider ? Et pourquoi ne peut-on pas punir au Burkina ? A chacun d’en juger !

 

 De nombreux citoyens estiment que vous êtes un espoir pour notre pays. Et que vous pourriez raviver la flamme qui avait été allumée et entretenue par votre père. Envisagez-vous de vous engager en politique ?

 

 Philippe et Auguste : Notre père fait partie de ces hommes qui ont marqué à jamais l’histoire de l’Afrique. Il n est pas donné à tout le monde d’avoir un tel destin. En tant que jeunes Burkinabè, nous nous intéressons à l’avenir de notre pays. L’espoir du Burkina repose sur l’ensemble de ses fils et filles. C’est sûr que dans la jeunesse burkinabè, il y a beaucoup de jeunes qui peuvent constituer cet espoir. D’ailleurs, des échos qui nous parviennent, plusieurs Burkinabè essayent en groupe ou individuellement, chacun à sa manière, de raviver cette flamme. C’est sûr qu’en tant que citoyens burkinabè, nous comptons participer à la construction du pays. Mais est-ce que ça passera par la politique ou autre chose ? Nous ne savons pas.

 

Comment jugez-vous l’action et le parcours des partis politiques burkinabè se réclamant du « sankarisme » ?

 

Philippe et Auguste : Nous sommes contents de voir les partis se réclamant des idées de Thomas Sankara. C’est l’occasion pour nous de leur témoigner toute notre gratitude, et les exhorter à plus de cohésion malgré l’environnement hostile.

 

Si vous étiez président du Faso, quelles réformes urgentes, en termes de priorités, auriez-vous apportées au Burkina Faso ?

 

Philippe et Auguste : Tout patriote qui aime son pays devrait s’atteler à faire appliquer la justice ; mettre en place des politiques qui permettront l’autosuffisance alimentaire ; une éducation et une formation réalistes afin que les jeunes puissent trouver facilement un emploi ; une couverture sanitaire efficace. En d’autres termes, il faut des politiques qui soient en cohérence avec les aspirations des populations et qui puissent ramener l’intégrité chez les Burkinabè.

 

Blaise Compaoré pourrait être candidat à l’élection présidentielle de 2015, en violation de la Constitution actuelle qui limite le nombre de mandats présidentiels à deux. Quels conseils avez-vous à lui donner ?

 

Philippe et Auguste : En tant que premier responsable du pays, nous lui demanderons de donner l’exemple en respectant la Constitution du pays.

 

Pour terminer, qu’avez-vous, du fond du coeur, envie de dire et que l’on n’a pas encore abordé dans cette interview ?

 

Philippe et Auguste : Nous vous remercions très sincèrement de nous avoir permis de nous exprimer sur ces questions d’importance. Nous sommes et demeurons des citoyens burkinabè et nos pensées vont vers le Burkina et le peuple burkinabè qui se bat quotidiennement pour sa survie.

Hélas ! Nous n’avons pas eu le bonheur de côtoyer longtemps notre père comme beaucoup d’enfants, mais nous sommes fiers de lui et fiers de constater que la flamme qu’il a allumée est de plus en plus vive dans le coeur de beaucoup de gens, notamment de la jeunesse burkinabè et de ceux de beaucoup d’autres pays africains. Nous remercions votre journal de nous avoir permis de nous exprimer sur ces sujets.

 

Propos recueillis par Hervé D’AFRICK

Source : Courrier Confidentiel N°8 du 25 avril au 9 mai 2012 www.courrierconfidentiel.net

 

Merci aux camarades du Courrier Confidentiel 

18:05 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |