topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

23/10/2015

Les Discours incendiaires de Ouattara pour préparer ses militants à ne pas accepter sa défaite

1-« Atakokélé » (langue Dioula) : « un coup K.O ». Les militants de Ouattara ont été conditionnés avec cette logique lors des meetings, ce qui veut dire qu’au soir du 25 octobre 2015, lorsque Ouattara sera contraint d’aller au 2ème tour ou au pire des cas, si Ouattara perd, ses partisans déjà pré-conditionnés prendront les armes.

2-« Kouma Bana » (langue Dioula) : « Il n’y a rien dire, on a déjà gagné ». Avec ça, si Ouattara perd, c’est « gâté », comme on le dit à Abobo.

3-« Akobo Poussière » ou encore « Devant nous, c’est poussière. Derrière Nous, c’est poussière », et le DJ du meeting lance le chant « Akobo Poussière » que Ouattara danse généralement devant ses partisans. 

La liste est longue. Nous allons faire une liste des discours incendiaires du camp Ouattara, avec les dates, les lieux et les auteurs de ces propos de campagne ou de précampagne, pour les envoyer à tous les acteurs et observateurs de la scène sociopolitique ivoirienne. 

Ouattara, Atakokélé, Kouama Bana, Atakokélé, Présidentielle d'octobre 2015, Discours incendiaires de campagnePendant toute la Campagne pour la présidentielle du 25 octobre 2015, de même que dans les tournées de Campagne  que le régime plaçait sous le vocable « Visite d’Etat », il a été constaté des propos incendiaires de Ouattara, de ses ministres et de son équipe de Campagne. Un décryptage de ces discours incendiaires permet de comprendre que les militants de Ouattara, parmi lesquels il y a de nombreux ex-combattants encore en arme, ont été méticuleusement conditionnés lors des meetings. De sorte qu’au soir du 25 octobre 2015, lorsque Ouattara sera contraint d’aller au 2ème tour ou en cas de défaite, ses partisans déjà pré-conditionnés prendront les armes.

C’est le lieu de prendre, d’abord,  à témoin les populations ivoiriennes qui ont vu et entendu ces discours incendiaires préparatoires de Ouattara, et ensuite pour attirer l’attention de la Comunauté Internationale dont la Cour Pénale Internationale, les observateurs, l’Union Européenne, l’Elysée, le Quai d’Orsay, la Maison Blanche, l’ONU, le Knesset..., sans oublier les médias.

10:43 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.