topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19/06/2015

Les Statistiques écœurantes des occupants clandestins du mont Péko de l’Ouest ivoirien, publiées

Mont Péko, Clandestins Mont PékoDUEKOUE : Le Journaliste-Reporter Spécialiste de l’Ouest ivoirien Gooré Bi vient de publier les statistiques des occupants clandestins des forêts Mont Péko, dans les colonnes du quotidien gouvernemental Fraternité Matin. Des chiffres aux précisions inouïes qui permettent de comprendre la portée de la crise militaro-foncière qui prévaut dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire depuis plus d’une décennie.

Selon Fraternité-Matin, le recensement des clandestins du Mont Péko a été réalisé en vue de leur évacuation. Mais cette expulsion quoiqu’évoquée à plusieurs reprises par le régime Ouattara est toujours restée sans suite.

« Le Mont Péko compte 20 622 infiltrés. 7 993 hommes, 3 959 femmes, 4 691 enfants garçons et 3 989 enfants filles soit un total de 20.622 personnes infiltrées pour 6 397 ménages. Selon les chiffres dévoilés, l'on dénombre 54% des clandestins soit 11 137 personnes qui désirent rentrer chez eux au Burkina Faso tandis que 8 327 infiltrés (40%) toujours de nationalité Burkinabé préfèrent regagner leurs zones d'origines en Côte d'Ivoire (Soubré, San-Pédro, Meagui...), 51 clandestins souhaitent regagner la Guinée et 41 autres choisissent la destination du Mali. Quand 14 autres préfèrent continuer leur vie au Ghana... 956 clandestins ont déclaré aux agents profileurs qu'ils ne savent pas où aller », a rapporté le journaliste-Reporter Gooré Bi au quotidien Gouvernemental.

 

Mont Peko, Clandestins Mont PékoA lire ces statistiques, on peut aisément affirmer sans se tromper que l’arrestation le 18 mai 2013 d’Amadé Ourémi, un chef de guerre proOuattara du Mont Péko, n’a aucunement résolue l’invasion et l’occupation illégale des forêts de l’Ouest ivoirien par des populations des pays voisins.

10:11 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.