topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13/12/2014

Déclarations du COJEP et du FPI relatives à la Confirmation des charges contre M. Charles Blé Goudé

COJEP, Blé Goudé, CPIDÉCLARATION DU COJEP SUITE A LA CONFIRMATION DES CHARGES ALLÉGUÉES CONTRE LE MINISTRE CHARLES BLÉ GOUDÉ



"D
ans un communiqué en date du mercredi 11 Décembre 2014, la chambre préliminaire I de la Cours Pénale Internationale (CPI) a rendu publique la confirmation des charges alléguées contre le Ministre Charles Blé Goudé.


Cette décision est le verdict de l’audience de confirmation des charges qui s’est tenue du 29 Septembre au 02 Octobre 2014. Est-il besoin de le rappeler, lors de cette audience, le Ministre Charles Blé Goudé et sa Défense ont démontré la faiblesse des arguments de l’accusation et relevé le caractère éminemment politique du dossier.


Pour le COJEP, cette décision politique achève de convaincre et confirme que la CPI est un instrument au service de certains réseaux, pour éloigner des adversaires politiques gênants. De même, en rendant cette autre parodie de justice digne d’une justice aux ordres, la CPI vient encore de rater une opportunité qui s’est offerte à elle, pour démontrer sa crédibilité, laver son honneur et réhabiliter son image ternie.

Charles Blé Goudé, homme de paix, de par sa culture et sa philosophie politique, concepteur et promoteur de nombreux concepts de non-violence comme « la valeur du pardon réside dans la gravité de la faute pardonnée », « convaincre et non vaincre, car un adversaire convaincu peut devenir un ami, alors qu’un adversaire vaincu est un ennemi qui peut revenir sous une forme ou une autre », « la victoire par la résistance aux mains nues », peut-il être raisonnablement présenté comme un vulgaire criminel ou violeur ? 


Point n’est besoin de rappeler les efforts que le Ministre Charles Blé Goudé a toujours consentis en faveur de la paix et la réconciliation. C’est tout naturellement que lors de l’audience de confirmation des charges il a réitéré sa volonté et sa disponibilité à bâtir aux côtés des Ivoiriens la paix et la réconciliation.
Le moins qu’on puisse dire, cette décision n’est pas un atout pour atteindre un tel objectif. Nos consciences assoiffées de justice peinent encore à s’accommoder d’une telle aberration.


Face à cette situation, le COJEP réunit en Conseil Exécutif Extraordinaire le Vendredi 12 Décembre 2014 :

1- CONDAMNE la décision de confirmation des charges alléguées contre le Ministre Charles Blé Goudé;


2- DÉNONCE une procédure purement à charge et le caractère éminemment politique cette décision ;

 

3- S’INSURGE contre l’instrumentalisation de la CPI qui refuse toujours de se défaire des pesanteurs politiques pour la naissance d’une justice internationale, impartiale, indépendante et crédible ;


4- TIENT A RASSURER les militants, les peuples ivoiriens et africains ainsi que les démocrates du monde entier épris de paix et de justice. La cour n’a pas encore statué sur l’innocence ou la culpabilité du Ministre Charles Blé Goudé ;


5- TIENT A PRÉCISER que le Ministre Charles Blé Goudé n’est nullement ébranlé par cette autre épreuve. Il a les capacités intellectuelles, morales et physiques pour accomplir sa mission dont cette décision n’est qu’une autre étape à franchir. N’avait-il pas affirmé le 02 Octobre dernier, lors de sa brillante prestation devant la cour, qu’il se considère en mission pour une génération, pour un peuple, pour un continent, au nom de la manifestation de la vérité, dans l’intérêt de toutes les victimes de la crise ivoirienne ? 


5- RÉAFFIRME sa solidarité, son soutien indéfectible et sans faille à son Président et leader et sa détermination à toujours agir pour sa libération tributaire de la mobilisation permanente et de l’action politique. ; 

6- CONVOQUE en urgence un Conseil Politique Extraordinaire, afin de statuer exclusivement sur les suites politiques que commande cette décision non moins politique de la CPI.


Pour la Justice et les libertés et l’Egalité des Peuples, agissons maintenant !



Fait à Abidjan, le 12 Décembre 2014


Agénor YOUAN BI

Président par intérim du COJEP"

 

 

 

 

 

DECLARATION DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN RELATIVE AUX DECISIONS DE LA CPI CONCERNANT SIMONE EHIVET GBAGBO ET CHARLES BLE GOUDE


"Le jeudi 11 décembre 2014, la Cour Pénale Internationale (CPI) a rendu deux décisions relatives à la crise postélectorale de 2010, survenue en Côte d’Ivoire.

 
Dans la première décision, la Cour confirme les charges contre le ministre Charles Blé Goudé à la majorité des voix de deux juges sur trois et le renvoie en procès devant une chambre de première instance qui sera formée à cet effet. Et ce, malgré la faiblesse du dossier de l'accusation résultant de l'absence évidente de preuves irréfutables.

Dans la deuxième décision, la CPI rejette l’exception d’irrecevabilité soulevée par le Gouvernement ivoirien et lui demande de livrer sans délai Madame Simone Ehivet Gbagbo.

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) s'insurge contre ces deux décisions qui illustrent, encore une fois, l’acharnement judiciaire dont sont l’objet les proches du Président Laurent Gbagbo depuis la crise postélectorale de 2010-2011. 


Le FPI regrette l'impunité dont bénéficient les proOuattara.

 

C'est pourquoi, il est opportun de rappeler que c’est bien le régime du Président Laurent Gbagbo qui a été attaqué en septembre 2002 par une horde de rebelles venus du Burkina Faso. Ces rebelles qui ont massacré des milliers d'ivoiriens pendant dix (10) ans, se pavanent, aujourd'hui, partout dans le monde sans être inquiétés, ni par la justice nationale, ni par la justice internationale.

Le Front Populaire Ivoirien s’étonne en effet, que, depuis bientôt quatre ans, alors même que la Cour Pénale Internationale avait, par une décision prise en juin 2011, étendu ses poursuites aux faits s'étant produit depuis 2002, aucune poursuite n'ait été engagée contre les tenants de la rébellion de 2002 en Côte d'ivoire. Il en va de même de la crise postélectorale pour laquelle un seul camp fait l'objet de poursuites depuis 2011.

En s’échinant à transformer les victimes en bourreaux, la CPI démontre qu'elle a un agenda caché visant à conforter la mise en œuvre de la justice des vainqueurs en Côte d'Ivoire au profit du Gouvernement ivoirien.

Le Front Populaire Ivoirien appelle la Cour pénale internationale, si tant est qu'elle recherche la vérité à, enfin, ouvrir les yeux sur la réalité ivoirienne en engageant des poursuites contre les vrais bourreaux du peuple ivoirien.


Le Front populaire ivoirien appelle en outre, la Cour pénale internationale, pour sa propre crédibilité, à renoncer à toutes les poursuites à l’encontre du président Laurent Gbagbo, son épouse Simone Ehivet Gbagbo et Charles Blé Goudé qui ne sont que les victimes d’un complot savamment orchestré contre le peuple de Côte d'Ivoire.


Le Front populaire ivoirien assure le président Laurent Gbagbo, Simone Ehivet Gbagbo et Charles Blé Goudé de tout son soutien et s’engage à œuvrer sans relâche à leur libération.

 

Fait à Abidjan le 12 décembre 2014

La Secrétaire Générale et Porte-parole

 

Agnès MONNET"

10:50 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.