topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26/11/2014

A peine est-il arrivé au Maroc que les marocains exigent le départ de Blaise Compaoré

Blaise Compaoré indésirable au Maroc, Blaise Comaporé quitte la Côte d'Ivoire, Blaise Compaoré, Ouattara, Rébellion de 2002Blaise Compaoré est déjà persona non grata au Maroc. Officiellement annoncé le 21 novembre 2014 en terre marocaine par les autorités du royaume chérifien pour un "séjour d’une durée limitée", sans donner de précision sur la durée de ce qu’il convient d’appeler un "séjour-exil-forcé", Blaise Compaoré est la cible du peuple marocain.

Plusieurs organisations et partis politiques dont le Parti Socialiste Unifié (PSU) et la Voie Démocratique (VD) sont déjà montés au créneau pour dénoncer la présence de l’ex-président Blaise Compaoré au Maroc. Le PSU de Nabila Mounib estime qu’en accueillant l’ex-locataire du palais de Kosyam, "le Maroc pourrait être traité de complice des crimes commis par Blaise Compaoré durant ses 27ans de pouvoir". Quant à la Voie démocratique de Mustapha Brahma, elle exige "l’expulsion pure et simple de l’ex-Président Blaise Compaoré" du Maroc. Des sources marocaines dignes de foi rapportent même que l’opinion marocaine est dans sa majorité en désaccord avec cette présence encombrante. Elle craint que "le Maroc soit perçu comme une terre d’asile pour d’anciens dictateurs", avec en trame de fond le séjour au Maroc de l’ex-président zaïrois Moboutou Sese Seko.

Le weekend dernier, le chef d’Etat ivoirien Ouattara était loin d’imaginer qu’en exfiltrant son ami Blaise Compaoré de la Côte d’Ivoire à bord de son Jet présidentiel vers le Maroc, les problèmes de l’ex-homme fort de Ouagadougou iraient de mal en pis.

 

Jamais deux sans trois, Michel Kafando, le Président de la transition militaro-civile du Burkina Faso a demandé en fin de semaine dernière que "des enquêtes soient ouvertes sur les circonstances de l’assassinat de Thomas Sankara". En outre depuis la mi-novembre 2014, une pétition exigeant que "Blaise Compaoré soit jugé pour ses crimes" circule sur les réseaux sociaux. On peut dire sans se tromper après que le peuple burkinabé l’ait chassé le 31 octobre 2014 du Palais de Kosyam que commencent les déboires du dictateur Blaise Compaoré.

00:06 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.