topblog Ivoire blogs

22/09/2014

5 jours après l’attaque de la caserne d’Akouédo, les raisons et les auteurs enfin connus

Attaque camp d'Akouédo, Koné Zakaria, Akouédo attaqué, Watao, FRCI, Caserne d'Akouédo attaquéeABIDJAN : L’Etat-Major des FRCI et les communicants de Ouattara, contrairement à leurs habitudes, ont curieusement évité et continuent d’éviter de s’étaler sur l’Attaque de la Caserne d’Akouédo, survenue dans la nuit du 17 au 18 septembre 2014 au cœur d’Abidjan, capitale économique de Côte d’Ivoire. Ils ont même tenté d’étouffer cette gravissime attaque. Mais impossible, puisse que les riverains de la caserne militaire d’Akouédo ont bel et bien été tirés de leur sommeil à 3h du matin dans la nuit du 17 au 18 septembre dernier par des détonations d’armes lourdes provenant du Camp d’Akouédo.

 

Depuis des semaines, des hommes de Watao emprisonnés par Koné Zakaria dans la Caserne d’Akouédo

Le voile se lève enfin sur ce qui s’est réellement passé dans la caserne d’Akouédo. Cinq (5) jours après, les raisons et les auteurs de l’attaque sont clairement connus. Selon des sources introduites dignes de foi qui se sont confiées à DeboutCiv, depuis l’éloignement forcé du Chef de guerre Issiaka Ouattara alias Watao au Maroc, son ennemi juré et Chef de guerre Koné Zakaria a lancé, avec la bénédiction de Ouattara, une opération souterraine d’extermination et d’emprisonnement des fidèles et caïds hommes de Watao. A la suite de plusieurs semaines de ce qui convient d’appeler une « chasse à l’homme », Koné Zakaria a mis aux arrêts plusieurs fidèles lieutenants de Watao.  L’ex-Com’Zone de Vavoua Koné Zakaria emprisonna au camp d’Akouédo les éléments de Watao arrêtés pendant la « traque antiWatao ».

 

Un Commando proWatao constitué pour délivrer nuitamment leurs amis emprisonnés à Akouédo

Toujours selon nos sources, plusieurs caïds de Watao ayant échappé au filet de l’opération menée par Koné Zakaria, à Marcory, à Koumassi, à Treichville et à Abobo, constituèrent un commando armé pour lancer un assaut nocturne dans la nuit du 17 au 18 septembre 2014 sur le camp d’Akouédo où étaient emprisonnés leurs éléments. Koné Zakaria qui aurait eu vent d’une attaque en préparation contre la Caserne, grâce aux renseignements militaires français, aurait fait déplacer les détenus proWatao. Les combats d’une rare intensité à l’arme lourde cette nuit-là entre le commando proWatao et les éléments de Zakaria postés à Akouédo ont duré environ 1 heure d’horloge. Le commando proWatao a réussi à emporter plusieurs armes et munitions avant de disparaître mystérieusement.

C’est à 5h et 6h du matin que, comme ils le font d’habitude, les renforts FRCI proZakaria ont procédé à des arrestations de plusieurs individus autour du camp, dont la plupart était des innocentes personnes qui se rendaient tôt le matin à leur lieu de travail.

 

Les hommes de Watao ont renforcé leur arsenal, le pire reste à venir

Même si nos sources n’ont pas donné avec précision la liste complète des morts et des hommes arrêtés après ces affrontements, ainsi que des armes emportées par les assaillants, elles n’ont pas manqué de préciser que le Commando proWatao a emporté beaucoup d’armes et non des moindres, pour renforcer leur arsénal de guerre. De quoi à inquiéter sérieusement le régime Ouattara et son désormais homme fort Koné Zakaria, au point où le Chef de guerre Koné Zakaria refuse l’accès de la Caserne d’Akouédo aux enquêteurs de la Gendarmerie sur cette gravissime attaque. Pour fermer la porte du site des combats aux gendarmes, Koné Zakaria présente comme argument que « c’est une affaire entre militaires et que la gendarmerie ne doit pas s’en mêler ». En même temps que Koné Zakaria avance que « ses propres enquêtes sont en cours », il conclut déjà que c’est une « affaire militaro-militaire », conscient qu’il est en prise avec les caïds rescapés de la traque des proWatao. Bien évidemment, Zakaria l’ex-Com’Zone de Vavoua n’a aucune envie que les gendarmes ivoiriens viennent fourrer le nez dans « sa guerre » contre la base arrière de Watao, son ennemi de longue date.

Comme on peut bien le constater, la guerre Watao/Zakaria est loin de prendre fin, bien que Ouattara ait stratégiquement éloigné Watao de la Côte d’Ivoire. D’ailleurs, depuis cette attaque d’Akouédo, les populations de la Riviera notent une intensification des fréquentes patrouilles lourdement armées des hommes de Koné Zakaria, nuit et jour, sur le grand axe Riviera-Bingerville et dans le périmètre de l’ancien et du nouveau camp d’Akouédo, comme si Zakaria pressentait déjà une nouvelle riposte des proWatao. Affaire à suivre !

 

 

08:16 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.