topblog Ivoire blogs

11/06/2014

CAMEROUN : le Chef rebelle ivoirien Soro Guillaume hué et conspué par les députés du SDF

John Fru Ndi, SDF, Soro conspué, Soro hué par SDFDepuis Buéa, dans le Sud-Est du Cameroun, le Social Democratic Front (SDF) de l’Opposant John Fru Ndi avait déjà exprimé le 9juin son désaccord relatif à la visite du 10 au 14 juin 2014 au Cameroun de Soro Guillaume, chef rebelle et président de l’assemblée nationale ivoirienne. Dans sa déclaration, le SDF n’a pas manqué de préciser que Soro Guillaume demeure « un chef de guerre qui a plongé la Côte d’Ivoire dans la guerre civile, causant la mort des milliers de personnes ».

Dans la foulée, des jeunes camerounais, bien informés sur les crimes de guerre de Soro le chef rebelle proOuattara, ont manifesté dans les rues de la capitale Camerounaise.

En dépit de cette position claire du SDF parti d’opposition, Soro Guillaume, président de l’assemblée tribale de Ouattara fait un forcing auprès du président du parlement camerounais Cavaye Yeguié pour entrer dans l’hémicycle camerounais. Selon des témoins, les 18 députés du SDF ont hué et conspué Soro Guillaume. Ils sont tous sortis de l’hémicycle en signe de protestation contre cette visite contre nature de celui qui a causé « la mort de milliers de personnes » en Côte d’Ivoire. C’est donc devant une assemblée nationale clairsemée que Soro a fait son adresse dans laquelle le président de l’assemblée nationale s’est étalé dans un discours chargé d’incongruité inqualifiable : "Comme Ruben Um Nyobè, Félix Moumié, et bien d’autres, furent rebelles contre le colonialisme français ici même au Cameroun, je le suis devenu! Comme le peuple Abbey de Côte d’Ivoire, cruellement déporté pour sa résistance au colonialisme français au début du 20ème siècle, je me suis rebellé! Je suis rebelle contre toute politique occidentale, asiatique, américaine ou africaine qui normalise l’injustice, les discriminations, le mépris et l’exploitation quotidienne de l’homme par l’homme", a déclara Soro Guillaume, président de l’assemblée tribale de Ouattara.

 

Comme si le peuple camerounais ignorait que c’est la France de Jacques Chirac qui a armé le MPCI, le MPIGO et le MJP, trois(3) mouvements rebelles proOuattara dirigés par Soro Guillaume, pour porter le glaive dans les entrailles de la Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002.

Pis, Soro ose se hisser en extrapolation au rang des résistants historiques camerounais Ruben Um Nyobè, Félix Moumié et autres en flagrante insulte à la mémoire de ces dignes fils du Cameroun qui ont versé leur sang pour l’indépendance des camerounais.

Le comble, Soro cite les résistants Abbey auxquels il rapproche sa rébellion. Alors qu’en 2013, les FRCI de Soro aux ordres de Ouattara ont lancé un assaut meurtrier sur Agboville, où des dizaines d’Abbey ont été tuées et une vingtaine croupissent à ce jour dans les goulags de Ouattara, avec les 744 détenus politiques.

Comme le dirait l’autre, un rebelle reste toujours un rebelle même dans les tenues d’un président d’assemblée nationale. Soro peut donc se pavaner sous tous les cieux pour étaler ses mensonges. Mais la jeune histoire de la Côte d’Ivoire le reconnait comme un criminel de guerre qui ne s’est jamais repenti de sa rébellion meurtrière qui a ôté la vie à des milliers d’ivoiriens.

 Voir la vidéo:

 

17:03 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.