topblog Ivoire blogs

31/03/2014

2mois après sa sortie de prison, N'Guessan Etienne SG de l'UNG, assure la présidence par intérim du parti.

N'Guessan Etienne, SG UNG, PRi UNGL’ex-détenu politique N’Guessan Etienne, Secrétaire Général de l'Union de Nouvelles Générations (UNG), était parmi de la dernière vague de détenus politiques provisoirement libérés de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan en Janvier 2014. Il retrouve son parti politique en plein redynamisation après la grave crise qu'a traversée notre pays. Le Secrétaire Général N’Guessan Etienne assure désormais la présidence par intérim de l’Union de Nouvelles Générations, a-t-on appris auprès des sources proches de la direction du Parti.

 

 

Les défis majeurs auxquels l’UNG est confronté sont : -la remobilisation des militants ; -la restructuration du parti au niveau de ses instances. A ce titre, l'UNG appelle ses militants et sympathisants à rester mobiliser afin de répondre aux attentes du parti. En tant que membre de l'Alliance des Forces Démocratiques de Côte d’Ivoire(AFDCI), nouvelle plateforme de l'opposition ivoirienne, l'UNG s'engage à œuvrer aux côtés des douze partis politiques alliés dont le FPI  pour la restauration de la démocratie et de l'Etat de droit. Ce qui doit nécessairement passer, d’une part, par la libération de tous les prisonniers politiques dont le Président Laurent Gbagbo, qui selon l’Alliance (AFDCI), constitue la clé de la réconciliation en Côte d'Ivoire; et d’autre part par le retour sécurisé des exilés parmi lesquels se trouve le Président de l’UNG, M. Stéphane Kipré.

21:17 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

30/03/2014

Le Comité Central FPI mobilise les militants et sympathisants FPI pour les mots d'ordre futurs

Comité Central FPI, CDVR, Mots d'ordre, RGPH2014Comité Central Extraordinaire

01/2014

Communiqué final

   -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

1.      Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session extraordinaire élargie aux Secrétaires Généraux de Fédération, au bureau du Comité de Contrôle, et aux membres des bureaux nationaux des structures spécialisées et d’activités et les responsables fédéraux desdites structures, le samedi 29 mars 2014 de 11 H 25 à 14h 00, à son siège provisoire, sis à Cocody les II Plateaux, 7èmeTranche, sous la présidence effective du Président du Parti,  le camarade Pascal AFFI NGUESSAN.

 

2.       L’ordre du jour de cette session extraordinaire a porté sur un (1) point :

Analyse de la situation sociopolitique nationale.

 

3.   Les débats du Comité Central ont porté sur les préoccupations suivantes :

                - le processus de réconciliation nationale et le transfèrement à la CPI de Blé Goudé Charles ;

                - L’évolution du dialogue politique ;

                - le Recensement Général de la Population et de l’Habitat 

- L’alliance des forces démocratiques de Côte d’Ivoire.

 

4. Le Comité Central a fait le constat que trois (3) ans après son lancement, le processus de réconciliation nationale est dans l’impasse. Le pays est toujours divisé et la belligérance politique se poursuit. Elle se traduit par le maintien en détention, parfois dans des lieux tenus secrets, de centaines de prisonniers politiques ; des arrestations arbitraires quotidiennes, des détentions illégales et abusives, la contrainte à l’exil de centaines de milliers d’Ivoiriens, en violation de la Constitution ivoirienne ; la confiscation des biens privés et des domiciles des militants de l’opposition ; le gel des avoirs et des comptes bancaires des responsables de l’opposition etc.

5. Le Comité Central conclut que la Commission Dialogue Vérité Réconciliation (CDVR) a failli à sa mission et que le processus de réconciliation nationale est un échec. Ce sentiment est partagé par la grande majorité des Ivoiriens dont 93% estiment, dans une enquête récente, que le processus de réconciliation nationale est en panne. Les raisons avancées concernent notamment le manque de sincérité et de volonté politique, l’absence de dialogue et de vérité etc.

 

6. Le Comité Central note que cet échec est imputable à l’absence de volonté politique au sommet de l’Etat, qui se traduit par la faible implication du Chef de l’Etat dans le processus de réconciliation nationale, par l’absence de soutien institutionnel à la CDVR et par le choix porté sur un homme déjà politiquement marqué alors qu’il s’agit de conduire un processus qui requiert désintéressement, neutralité, impartialité et capacité d’arbitrage des querelles politiciennes.

 

7.  La démarche de la CDVR, marquée par la frilosité, par des calculs politiciens et une absence déconcertante de visibilité, d’engagement patriotique et de courage politique, n’est pas au-dessus de tout soupçon.

 

8. Le Comité Central note en outre avec indignation les multiples actes d’obstruction au processus de réconciliation nationale orchestrés par Hamed Bakayoko, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, à travers l’usage abusif de la force publique et de la violence armée contre les populations civiles ; les arrestations arbitraires et les détentions illégales, les actes de torture des opposants politiques ; la traque, l’enlèvement et les tentatives d’assassinat des pro-Gbagbo.

 

9.  Sous Hamed Bakayoko, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) du Ministère de l’Intérieur est devenue une véritable police politique, un camp de tortures des opposants politiques stigmatisés et considérés non comme des citoyens à part entière, mais comme une menace publique contre  laquelle tous les moyens sont bons pour une guerre préventive.

M. Hamed Bakayoko se rend coupable d’immixtion dans les affaires de la justice, y compris  des entraves à des décisions de magistrats.

 

10. Après plusieurs autres, le témoignage du Ministre Charles Blé Goudé, arrêté au Ghana puis extradé en Côte d’Ivoire le 17 janvier 2013, détenu au secret pendant quatorze (14) mois, sans contact, ni avec sa famille, ni avec ses avocats, ni avec un quelconque magistrat, torturé pour lui arracher des aveux, et enfin transféré à la CPI dans des conditions ignobles, est une illustration du visage hideux de la dictature qui sévit en Côte d’Ivoire.

 

11.  Le Comité Central considère le transfèrement du Ministre Charles Blé Goudé à la CPI, comme un acte supplémentaire de persécution des pro-Gbagbo, d’amplification des rancœurs accumulées, d’approfondissement de la fracture sociale, un coup de massue au processus de réconciliation nationale.

 

12. C’est la résistance patriotique de la jeunesse africaine qui est visée. C’est l’aspiration africaine à la liberté et à la souveraineté que l’on veut anéantir.

 

13. Le Comité Central constate que par « la justice à sens unique », « la justice des vainqueurs » le pouvoir Ouattara  poursuit sa sale guerre contre les patriotes et démocrates ivoiriens en se déployant au niveau international à travers la CPI. Ceux qui prônent la transition pacifique à la démocratie et qui ont pour slogan « asseyons-nous et discutons » sont arrêtés, torturés, déportés à la CPI, pendant que ceux qui ont pris les armes contre la mère-patrie, commis les pires violations des droits de humains, endeuillé et divisé la nation, sont promus et célébrés.

 

14. Dans ces conditions et au regard de la logique qui anime le gouvernement, il est évident que le dialogue politique est un leurre, et il n’est pas surprenant qu’en quinze (15) mois, il n’y ait eu que neuf (9) heures de discussions sans résultats.

 

15. Le Comité Central est d’avis que le contexte sociopolitique délétère entretenu par le pouvoir, la situation de deuil national vécu par le pays lié aux nombreux morts de la crise postélectorale, et l’absence d’actes de compassion, de justice et de réparation en faveur des victimes, l’échec du processus de réconciliation nationale et la crispation des relations entre le pouvoir et l’opposition, le maintien en exil de plusieurs milliers d’ivoiriens, sont des facteurs qui témoignent de l’inopportunité du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 2013) que le Gouvernement s’entête à organiser. D’autant qu’au plan technique l’opération souffre de nombreuses insuffisances : indisponibilité de la cartographie complète du pays, retard dans la formation des agents, exclusion du personnel technique national de l’INS et la disponibilité du matériel.

 

16. Le Comité Central constate que dans le cadre de cette opération, le Gouvernement a malicieusement introduit l’utilisation systématique de l’extrait de naissance comme pièce indispensable pour se faire recenser. On peut en déduire que l’on est en présence d’un couplage voilé du recensement général et de  l’identification des populations, en vue d’en sortir une liste électorale.

 

17. Le Comité Central constate avec amertume que malgré les différentes interpellations du FPI, le Gouvernement a décidé d’opérer un passage en force, sans avoir réuni les conditions d’un RGPH digne de ce nom.

 

18. Eu égard à ce qui précède, le Comité Central :

·               Réaffirme les mots d’ordre de boycott des opérations de RGPH et de l’audition des victimes de la crise par la CDVR ;

·              Instruit la Direction du Parti à mettre tout en œuvre pour le respect, le suivi de ce mot d’ordre de boycott et à s’assurer de l’efficacité de son application effective sur tout le territoire national ;

·              Tient le Gouvernement pour responsable de la rupture du dialogue politique  et en prend acte ;

·              Demande la dissolution de la CDVR ;

·              Réaffirme que la réconciliation nationale est une nécessité absolue et une exigence politique, économique et sociale ;

·              Appelle en conséquence à l’organisation des Etats Généraux de la République (EGR) en vue de construire un nouveau consensus réconciliateur, facteur de paix et de stabilité;

·              Demande la démission du Ministre Hamed Bakayoko ;

·              Demande aux organisations internationales, notamment l’ONU et l’Union Européenne (UE) d’envisager des sanctions internationales contre M. Hamed BAKAYOKO pour les multiples entraves à la paix et à la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire et pour les traitements inhumains et dégradants auxquels il soumet quotidiennement les populations ivoiriennes ;

·              Invite les organisations de défense des droits de l’homme, notamment les experts de l’ONU, Amnesty International, Human Right Watch, etc. à initier des enquêtes sur les violations des droits de l’homme orchestrées par M. Hamed BAKAYOKO en vue de poursuites judiciaires éventuelles ;

·              Interpelle la communauté internationale sur les graves dérives totalitaires du régime Ouattara ;

·              S’insurge contre le harcèlement judiciaire dont sont victimes les partisans du président Laurent Gbagbo, condamne avec la dernière énergie la justice des vainqueurs et exige une justice équitable et impartiale, tant au plan national qu’international ;

·              Appelle les populations ivoiriennes à la mobilisation et au sens républicain pour faire aboutir la lutte pour les libertés, la justice, la réconciliation et la paix ;

·              Engage instamment le Secrétariat Général à prendre toutes les dispositions en vue d’organiser dans les meilleurs délais et dans une logique de ripostes graduées, les grandes actions de masse ;

·              Demande aux militants et sympathisants du FPI de rester vigilants et mobilisés, à l’écoute des mots d’ordre de la Direction du Parti pour des actions d’envergure futures.

 

Fait à Abidjan, le 29 mars 2014

Le Comité Central

16:49 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

28/03/2014

Dr Alphonse DOUATI, Vice Président du FPI, fait des propositions pour contrer le virus d'Ebola

 

 

Dr Alphonse Douati, Ebola, Ppropositions FPI

 

Point de presse 

Thème : Analyse et propositions du FPI pour une gestion préventive de l'épidémie de la fièvre Ebola 

 

 

-          Mes dames et messieurs ;

 

-          chers amis de la presse nationale et internationale ;

 

-          camarades membres de la Direction du FPI : Secrétaires Nationaux, membres du comité Centrale,  membres du Comité de Contrôle ;

 

-          camarades membres des Directions des structures spécialisées et des structures d’activités ;

 

-          camarades militantes, camarades militants, camarades membres du cabinet de la Secrétaire Nationale chargée de la santé et de la lutte contre le SIDA;

 

 

-          chers amis journalistes.

 

 

Je voudrais vous saluer et surtout vous remercier pour avoir répondu si nombreux à notre invitation. Nous sommes d’autant plus ravis qu’en moins de dix (10) jours, vous consentez à faire grandement écho des activités du FPI :

-          le jeudi 20 Mars 2014, vous couvriez magistralement la conférence de presse du Président du Parti, le premier ministre Pascal Affi N’GUESSAN. Conférence qui annonçait la décision historique et souveraine du FPI d’appeler au boycott du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) et des auditions  de victimes de la crise de  2002 à 2011 ;

-          le mercredi 26 Mars 2014, vous avez manifesté le même intérêt pour la naissance de la plateforme des Partis  d’opposition dénommée ‘’ Alliance des Forces Démocratique de Côte d’Ivoire’’ ( Alliance) ;

-          ce matin, vous êtes à nouveau mobilisés pour couvrir ce point de presse.

Tout cela dénote du grand intérêt que vous accordez au FPI, le plus grand Parti politique de Côte d’Ivoire. Soyez – en sincèrement remerciés.

Le thème de notre entretien porte sur lanalyse et les propositions du FPI face à l’épidémie de la fièvre Ebola qui menace la Côte d’Ivoire.  

En effet, comme chacun d’entre nous le sait, un pays ami et frère, la  république de Guinée Conakry partageant avec le nôtre de longues et poreuses frontières, connait une grave épidémie de fièvre Ebola  qui n’arrête pas de s’étendre avec des dizaines de perte en vie humaine. C’est le lieu, avant tout propos de présenter au nom de la direction du FPI et de son Président, Pascal Affi N’GUESSAN les profondes condoléances et les compassions de notre Parti au peuple frère de Guinée.

Mesdames et messieurs les journalistes, en pareilles circonstances et par ‘’principe de précaution’’ tous les pays voisins procèdent à la prise de mesures préventives pour se prémunir de l’irruption d’éventuels foyers de maladie sur leur sol respectif.

Dès lors, procéder à un examen de l’efficacité des mesures arrêtées par le gouvernement et de leurs effectivités et formuler des propositions idoines constituent l’essence du présent point de presse dont  l’exposé liminaire portera sur:

 

1)     l’aperçu général et succinct sur la fièvre Ebola ;

 

2)     la présentation et les commentaires des mesures gouvernementales en Côte d’Ivoire ;

 

3)     la position et les propositions du FPI.

 

 

 

I.                    APERÇU GENERAL ET SUCCINCT

 

 

1.1.           Historique

 

Ebola est le nom d’une petite rivière, près du village de Yambuku, au Nord de la république du Congo ex ZAÏRE). Le village atteint par le virus se situait près de cette rivière qui a donné son nom à la maladie.

Le virus d’Ebola est apparu pour la première fois chez l’homme en 1976, simultanément au soudan et en République démocratique du Congo.

Depuis cette date, des épidémies et des contaminations sont régulièrement détectées presque chaque année.

La plus grande épidémie d’Ebola recensée  avait fait 280 morts au CONGO, en 2007, mais de nombreuses flambés épidémiques ont été recensées depuis l’apparition du virus en 1976, et ce, presque chaque année. La dernière épidémie date de 2012, et avait touché l’Ouganda et la RDC. Aucun cas n’a été signalé en 2013. 

Le virus Ebola a refait son apparition en début d’année en Guinée où plusieurs dizaines de personnes sont mortes, six cas suspects ont été détectés au Liberia et deux en Sierra Leone. Une souche de ce virus sauvage ont été détectées en Côte d’Ivoire et particulièrement dans le parc de TAÏ. Les spécialistes l’ont baptisée Ebola Côte d’Ivoire.

La recrudescence de ces cas suspects ainsi que la possible propagation de l'épidémie a de quoi sérieusement inquiéter la Guinée ainsi que ses voisins.

La fièvre hémorragique fait partie du groupe des maladies dites émergentes ou / et réémergente en ce sens que n’étant pas connues antérieurement, elles font irruption dans la nature comme si un équilibre était rompu quelque part. Ou bien elles avaient disparu du tableau pathologique puis réapparaissent tout brusquement.    

 

1.2.             mode de transmission

 

En Afrique, l’infection a été constatée après la manipulation des chimpanzés, de gorilles, chauves-souris, de singes, d’antilopes de bois et de porc épics, d’autres rongeurs retrouvés morts ou infectés dans la forêt tropicale. Le virus se propage aussi entre hommes par transmission interhumaine à la suite  de contacts directs avec le sang, les sécrétions (la sueur, les larmes, la salive, les urines, le sperme, les sécrétions vaginales, les selles, les vomissements), les organes ou les liquides biologiques des personnes infectées, les rituels au cours desquels les parents et amis du défunt sont en contact avec son corps.Il est à noter que certains animaux comme les chauves – souris constituent des réservoirs dits silencieux. C'est-à-dire porteurs de virus sans en souffrir outre mesures alors que les primates par exemple meurent rapidement d’une infection au virus d’Ebola. Il n’est pas sans intérêt de mentionner que le porc domestique a été identifié en philippines par exemple comme un porteur potentiel de certaines  souches de virus Ebola.                                                              

 

 

1.3.           Les signes

 

Selon  l’organisation Mondial de la santé (OMS), Après une période d'incubation de deux à vingt-et-un jours, la ‘’fièvre hémorragique à virus Ebola’’ se caractérise souvent par une brusque montée de température avec une faiblesse intense, des myalgies (douleurs musculaires), des céphalées  et maux de gorges.

Elle est souvent suivie de vomissement, diarrhée, éruption cutanées, d’insuffisance rénale et hépatite, hémorragies internes et externes.

 

                                                             

1.4.           la prévention

 

Le seul moyen de lutte contre la propagation de l'épidémie est lié à la prévention, à l'information des populations et au confinement des malades. La priorité est donc l’identification précoce des cas suspects ou confirmés, pour le suivi et l’isolement en unité spéciale en cas de symptômes.

En raison de la gravité de la maladie, de plusieurs inconnues épidémiologiques, de l’instabilité des vecteurs animaux et de l’insuffisance actuelle des connaissances sur l’agent pathogène, bref en raison de la complexité biologique qui caractérise la fièvre hémorragique, par ailleurs classée parmi les zoonoses , la lutte contre cette maladie requiert au moins trois grands principes :

 

-      Premièrement le principe de précaution qui préconise que dans une situation de grande inconnue, tout Etat a le droit de prendre toutes mesures de précaution y compris d’interdiction d’accès à son territoire de personnes ou de biens ayant transité dans une zone à risque.

 

-      Deuxièmement le principe de la transparence dans la gestion de la maladie en déclinant toutes méthodes mises en œuvre et en les faisant connaitre aux instances internationales pour validation. Ces instances sont l’organisation mondiale de la santé (OMS), l’Office International des Epizooties (OIE) ou l’organisation mondiale de la santé animale, le programme des Nation-unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (la FAO) et dans une certaine mesure l’OMC et le PNUE. Cette exigence de transparence a pour but non seulement de renforcer la protection sanitaire des populations mais aussi de garantir un commerce international dit ‘’Equitable’’ 

 

-      Troisièmement l’interdisciplinarité associant tous les spécialistes dont l’intervention concourt à forger une complémentarité pour assurer l’efficacité et éviter une vision unilatérale du sujet en cause en l’occurrence ici la fièvre hémorragique due au virus Ebola. 

Ces trois dispositifs fondamentaux mais non exhaustifs peuvent être évalués périodiquement selon les critères de bonne traçabilité et de maîtrise des points fragiles de la chaine d’action.    

                 

1.5.           le traitement

 

Le traitement curatif n’existe pas. Seul le traitement symptomatologique existe. De ce fait, le taux de morbidité est proche de 100% et le taux de léthalité varie entre 75 et 90%.

 

 

II.                 MESURES ARRETEES PAR LE GOUVERNEMENT     

        IVOIRIEN : efficacité et effectivité

 

            2. 1- Mesures prises

v  C’est au cours du conseil des Ministres du 26 Mars 2014 que le gouvernement ivoirien a rendu publiques les mesures qu’il a arrêtées  pour prévenir les risques de propagation en Côte d’Ivoire de l’ épidémie de fièvre Ebola qui sévit en Guinée-Conakry depuis le début du mois de Février 2014 .

Au nombre de cinq (5), ces mesures portent sur :

1-      le renforcement de la surveillance épidémiologique dans tout le pays, surtout dans les régions de l’Ouest ;

2-      le renforcement du contrôle sanitaire aux frontières terrestres et aéroportuaires ;

3-      la mise en place d’un dispositif de prise en charge des cas éventuels ;

4-      la création d’un poste avancé de contrôle à MAN ;

5-      l’organisation de campagnes de sensibilisation.

 

v  Auparavant, le 23 Mars 2014, soit 3 jours avant le conseil des ministres, Mme le ministre de la santé et de la lutte contre le SIDA a adressé à la population une note circulaire signée de son Directeur de cabinet Adjoint, le Docteur KONE MAMADOU indiquant « les mesures de prévention à observer pour éviter l’Ebola ». les mesures sont ainsi résumées :

 

1°  pour éviter  la contamination : éviter de chasser le gibier (singes, chimpanzés, chauve – souris, gorilles, antilopes porcs…) éviter la consommation des animaux retrouvés morts des causes inconnues ou retrouvés malades en forêt, éviter la manipulation des animaux morts de causes inconnues ou retrouvés morts dans la forêt ;

 

2°  en cas de suspicion de la maladie (fièvre, maux de tête et saignement), prévenir les agents de santé, informer votre famille et vos amis, restez chez vous … désinfectez les objets souillés par les secrétions du malade  avec une solution javellisée, rechercher l’aide pour les taches ménagères.

 

3° pour reconnaître et éviter la propagation de la maladie dans la communauté ou la population, éviter tout contact étroit avec les personnes qui présentent la fièvre et des saignements, se laver les mains avec de l’eau et du savon et éviter de manipuler les malades.

     

v  Tenue d’une réunion inter ministérielle le 26 Mars regroupant les ministres en charge de l’intérieur et de la sécurité, de la santé et de la lutte contre le SIDA, des Eaux et Forêts, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, de la communication tous ex – qualité. La mesure ‘’phare’’ avancée et que la presse à abondamment diffusée est l’interdiction de consommer la viande de porc épic, d’aulacode (agouti) et autres rongeurs.

 

v  Envoi à tous les préfets de régions de télégramme officiel auquel est annexée la note circulaire de Mme le ministre de la santé laissant soins à chaque administrateur de prendre les mesures locales de mise en œuvre. Ces messages envoyés le 27 Mars 2014 ont été répercutés sur des sous-préfets.

 

Tels sont, mesdames et messieurs, les mesures prises par le gouvernement Ivoirien pour prémunir la Côte d’Ivoire d’une épidémie d’Ebola. 

          2.2. Réalité et efficacité

 

Dans son rôle de Parti provisoirement dans l’opposition, le FPI conçoit avec noblesse la mission de suivi de l’Action Gouvernementale dont le Président a élevé la coordination au rang de Vice-Président.

Aussi, avons – nous procédé à un examen attentif des mesures arrêtées par le gouvernement pour prévenir l’épidémie de la fièvre Ebola dans notre Pays. Cet examen s’est doublé d’un regard sur la réalité de la situation du terrain. Il se dégage ce qui suit :

 

v  Sur les mesures annoncées par le conseil des ministres du 26 Mars 2014. Cet organe suprême de l’exécutif s’est contenté d’égrener et d’énumérer une série de mesures sans les insérer dans un cadre institutionnel formel basé sur une stratégie d’ensemble identifiant les ressources humaines, matérielles et financières adéquates afin de riposter avec professionnalisme à ce grave danger qui menace la Côte d’Ivoire.

 

                                                                        ·                         Aucune mesure crédible de renforcement épidémiologique n’est mise en place ni à la frontière Ouest ni ailleurs. Dans de rares cas connus à Sipilou, les quelques agents dépêchés sur place n’ont aucun équipement même pas le kit de protection pour eux – mêmes. Aucun matériel de première nécessité (stérilisateur, désinfectant et combinaison) n’est pré-positionné.

 

                                                                        ·                        Les mouvements des populations ne sont soumis à aucun contrôle sanitaire : il n’y a donc pas de veille sanitaire et aucun dispositif de quarantaine et aucun poste d’observation sanitaire n’est disponible aux frontières terrestres ni dans les chefs lieux de département, ni dans les sous - préfectures encore moins dans les villages stratégiques disposant de gros marchés hebdomadaires frontaliers.

 

                                                                        ·                        Le conseil des ministres s’est focalisé sur les frontières terrestres et aéroportuaires qui comme dit plus haut est une opération virtuelle en frontière terrestre, ignorant la façade maritime de notre pays qui constitue un paysage intense souvent pour des causes illicites.

 

                                                                        ·                        Le poste dit avancé de MAN manque de plateau technique solide pour un centre d’appui régional. Il ne peut pas faire face à une épidémie moyenne touchant une trentaine de personne. De plus,  MAN est trop éloigné des centres à risque ( MAN-SIPILOU : 100km ; MAN – NIMBA : 180 km) dont une forte proportion de mauvaises pistes. Plus grave est de savoir qu’adviendrait – il si l’épidémie se déclarait plus au Nord à OUANINOU, à BAKO ou GBELEBAN par exemple où la végétation du coté guinéen offre des conditions salvatiques de l’éclosion du virus Ebola. Le poste avancé de MAN suffirait – il ?

 

                                                                        ·                        La campagne de sensibilisation en frontière dictée par le conseil des ministres tarde à se mettre en place par manque de logistique notamment les moyens de déplacement et d’un mécanisme de récolte et d’acheminement rapide d’information. 

 

En résumé, les mesures égrenées en conseil des ministres manquent de consistance, sont tardives car intervenant deux (2) mois après la survenue de la crise guinéenne (début février 2014). Elles ne rassurent pas et ne peuvent pas protéger les populations.  

 

v     De la note circulaire de madame le ministre de la santé et de la Lutte contre le SIDA. Cette  note, également très tardive n’est accompagnée d’aucune mesure de référence pour les populations comme un centre d’écoute ou un numéro vert…etc.

 

                                    ·            Il n’est prévu aucun système de communication de proximité pour assurer le relais des administrateurs.

 

                                                                  ·                        Cette note crée plus de psychose dans la population qui éprouve le sentiment légitime d’être abandonné car lui demander de s’adresser à des centres de santé revient à lui proposer un rendez-vous mortuaire. Cette note circulaire est un acte médiatique dépourvu d’impact réel.

                  

                2.3. De la réunion interministérielle

 

  Cette réunion qui aurait pu constituer l’espoir d’un cadre institutionnel cohérent a pêché par l’absence des acteurs majeurs que sont les ministres en charges de ressource animale, de l’environnement, de l’agriculture, de l’intégration et des Ivoiriens de l’extérieur, des affaires étrangères … etc.

Pis, aucun organisme technique crédible et conforme aux principes de précautions, de traçabilité et d’interdisciplinarité n’est observé, car, par exemple, comment parler de zoonose en absence des vétérinaires ? De la faune sans le chargé de l’environnement ? Etc.

Les mesures gouvernementales souffrent de méthode, de rigueur et d’actions concrètes qui s’imposent en pareils circonstances.  

 

IIIPOSITION ET PROPOSITIONS DU FRONT POPULAIRE 

     IVOIRIEN

 

Au regard de l’importance et de la gravité du thème lié à la santé des populations et à l’économie du pays, le Front Populaire Ivoirien, parti qui aspire à gérer à nouveau ce pays, pour le bien-être des Ivoiriens, ne peut se contenter de relever les faiblesses structurelles de l’Action du gouvernement en la matière. C’est pourquoi, il porte à la connaissance de l’opinion nationale  et internationale  les propositions qu’il juge indispensables pour mettre en place un dispositif efficace de prévention et de riposte contre l’épidémie de la fièvre Ebola qui menace la Côte d’Ivoire. Nos propositions s’articulent autour de trois (3) actions principales. Il s’agit:

1.       de la mise en place formelle d’un cadre institutionnel ;

2.       du renforcement des capacités managériales et matérielles des acteurs et structures identifiés ;

3.       La prise de mesures d’accompagnement pour susciter l’adhésion des populations 

 

               3.1- Création d’un cadre institutionnel

                Le Front Populaire Ivoirien  propose:

1.       la création  formelle d’un (1) comité interministériel de prévention, de veille et de riposte contre la fièvre Ebola. Ce comité politique présidé par le premier Ministre en personne et institué par décret présidentiel ou par arrêté du premier Ministre, comprendra entre autres les Ministres en charge de :

 

-          l’Intérieur et de la Sécurité, vice-président (dimension administration du territoire et forces de sécurité) ;

-          Affaires étrangères pour mieux sensibiliser les acteurs internationaux ;

-          la Santé et de la lutte contre le SIDA, assurant le secrétariat (pilotage du système sanitaire) ;

-          la Production animale, secrétariat adjoint (traitement de l’aspect zoonose de la maladie) ;

-          l’Environnement (gestion de la faune et de la police des chasses) ;

-          l’Agriculture pour mobiliser l’ANADER et le LANADA ;

-          l’Intégration Africaine pour les relations sous-régionales ;

-          la Défense pour la sécurité aux frontières, la mobilisation des services de Santé et des services Vétérinaires de l’armée ;

-          de l’Information pour coordonner la communication ;

-          de la Recherche pour les aspects de recherches opérationnelles ;

-          de l’enseignement supérieur pour la mobilisation des enseignants chercheurs ;

-            du commerce pour aspect liés à la fraude ;

-          du budget, de  l’économie et des finances ;

-          etc…

 

2.       la création d’un comité technique d’experts (organes d’exécutions) émanant des services techniques des Ministères impliqués. Ce comité assurera la mise en œuvre et proposera des mesures opérationnelles au comité interministériel. Il sera présidé par un Conseiller de haut rang du premier Ministre et secondé par le Directeur général en charge de la Santé Publique. Les autres membres auront les charges de leurs Ministres. Les représentants de l’Institut Pasteur, de LANADA, du LSP siègeront ex-qualité ainsi que des éminents professeurs de nos universités, des experts indépendants et les représentants des agences de coopération technique, de l’OMS, de l’OIE, et de la FAO…etc ;

 

 

23:17 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

27/03/2014

MACA: Anémié, le détenu politique ANGENOR YOUAN BI se meurt

Youan Bi angenor, Détenu politique malade, MACAABIDJAN - Incarcéré depuis le 18 Novembre 2011 à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) par le juge Kra Ndri du 10ème Cabinet, le détenu politique ANGENOR YOUAN BI (Mandat Dépôt 18-11-2011) souffre terriblement ce 27 mars 2014 d'une "Anémie Microcytaire Hypochrome" liée à la mauvaise alimentation.

 

L’ex-responsable du COJEP et un proche collaborateur de Charles Blé Goudé, le détenu ANGENOR YOUAN BI est incarcéré avec 792 codétenus politiques dans des conditions inhumaines de détention.

16:57 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |