topblog Ivoire blogs

23/09/2013

Selon JA via SIPRI, Ouattara a mis 203milliards dans l’achat d’armes en 2012, malgré l’embargo

Arment, Ouattara s'arme sous embargo, 203milliards d'armes à OuattaraC’est Jeune Afrique qui a fait la révélation, le jeudi 19 septembre 2013 sur son site Web. L’Hebdomadaire s’appuie sur les résultats d’enquêtes du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Ainsi, selon le SIPRI, la Côte d’Ivoire sous Ouattara est classé 11è pays africain avec 407 millions de dollars US (environ 203 milliards de FCFA) investis dans l’achat d’armes, et ce en dépit de l’embargo sur les armes. Après avoir accusé le Président Laurent Gbagbo « d’avoir investi des milliards dans l’achat d’armes », Ouattara est lui-même classé parmi les gros acheteurs d’armes en 2012, juste un (1)an après sa prise de pouvoir dans les conditions que l’on sait.

 

Qui dépense le plus pour l'armement en Afrique ? (en millions de dollars US, 2012)

1. Algérie, 9 325 millions de dollars US

2. Afrique du Sud, 4 470 millions de dollars US

3. Égypte, 4 372 millions de dollars US

4. Angola 4 146 millions de dollars US

5. Maroc 3 402 millions de dollars US

6. Libye 2 987 millions de dollars US

7. Nigeria 2 327 millions de dollars US

8. Sud Soudan 964 millions de dollars US

9. Kenya 798 millions de dollars US

10. Tunisie 709 millions de dollars US

11. Côte d'Ivoire et Namibie 407 millions de dollars US

 

Source:  Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)

 

Source: Jeune Afrique, Jeudi 19 septembre 2012


ACMAT acquis par Ouattara, Ouattara 203 milliards dans armesCes véhicules de type Acmat ont été acquis en grande quantité par le régime Ouattara, en 2012 pour les FRCI.


12:00 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour,
je transmets la question d'un ami suite au renvoi vers votre article."Serait-il possible de savoir quels types d'armes furent ainsi achetés ? Cela permettrait de comprendre les fins auxquelles ils sont affectés : mâter les oppositions internes en "solos" ou dans le cadre d'interventions dites multinationales. Et tout aussi important, qui sont les vendeurs. Attention, les pays sous embargo trouvent toujours des sources d'approvisionnement plus ou moins mafieuses mais sous la bénédiction des Etats ténors du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment les USA. Et ces sources peuvent être des sociétés bidons aux Canaries, des compagnies pétrolières renommés et jamais des officines occultes qui se contentent de louer leurs gros bras. "
si vous pouvez nous en dire plus. Sinon je ferai des recherches.Marci pour votre travail.OVAJAB et haut les coeurs
saper

Écrit par : saperaude | 24/09/2013

Les commentaires sont fermés.