topblog Ivoire blogs

16/05/2013

Abidjan et 2/3 de la Côte d'Ivoire dans le noir, hier: Le régime Ouattara accuse le Ghana.

Délestron, DélestageHier Mercredi 15 mai 2013, dès 17h pour certaines localités et 18h pour d’autres, 2/3 de la Côte d’Ivoire  a été plongée dans le noir, à la suite d'une panne d’électricité. Même le palais présidentiel d’Abidjan Plateau a croupi dans les ténèbres pendant plus d’une heure d’horloge.

Pour justifier l’incompétence de Ouattara à résoudre le délestage qui sévit en Côte d’Ivoire depuis plusieurs mois, le régime a fait pression sur la Direction Générale de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE) pour pondre une note  explicative diffusée sur les plateaux de la RTI.

Beaucoup de ménages ivoiriens étaient encore dans le noir. Certains ruminaient encore leur colère. L’émission d’explication qui frise une opération de communication mal ficelée est passée presqu’inaperçue.

Selon la note explicative de la Direction Générale de la CIE, la coupure d’électricité qui a privé 2/3 de la Côte d’Ivoire d’électricité, hier soir, aurait "été provoquée par un défaut sur la ligne d’interconnexion avec le Ghana"

Sans donner les détails du prétendu défaut d’interconnexion avec le Ghana, le communiqué pipé de la DG de CIE dévoile son incidence "d’un défaut sur le jeu de barre du poste 225/90 kV d’Abobo, provoquant ainsi la rupture totale d’alimentation du poste d’Abobo, l’un des postes de transit les plus importants d’Abidjan "

Comment un défaut d’interconnexion avec le Ghana peut-il épargner Abengourou et les régions de l’Indénié-Djuablin et du Gontougo, pour frapper le poste 225/90 kV d’Abobo à Abidjan ?

En réalité, le régime Ouattara tente de justifier l’injustifiable pour cacher l’échec de Ouattara face au délestage. Les populations ivoiriennes se souviennent des premières tentatives de justifications de LA CIE qui stipulaient que le délestage était causé par "des vols de câbles sur le réseaux électriques". Devant la persistance des coupures d’électricité, le régime Ouattara tente vainement de trouver un autre bouc émissaire: le Ghana.

Les populations ivoiriennes restent convaincues qu’elles souffriront encore face au délestage. Les petites vendeuses d’eau glacée, de Gnamakoudji, de Bissap et autres glaciers voient leurs activités compromises. Et les blogueurs et Facebookers qui ont inventé le "Bad Buzz Délestron" s’en marrent sur la toile.

Ainsi va la Pauvre Côte d’Ivoire, livrée à Ouattara et sa bande de vendeurs d’illusions.

09:12 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Delestron serait donc Ghanéen...

Écrit par : Shlomit | 16/05/2013

waho

Écrit par : ZADI | 16/05/2013

Les commentaires sont fermés.