topblog Ivoire blogs

02/05/2013

Mariane.net : « L’affaire Guéant terrorise la Sarkozie »

Guéant, SarkoL’affaire Guéant trouble et apparemment, elle ne trouble pas seulement nos concitoyens. Alors que l’ancien ministre de l’Intérieur n’a pas été mis en examen, alors qu’il n’a pas encore été entendu par le juge, ses déclarations emberlificotées, embarrassées, confuses et parfois même contradictoires ont singulièrement éclairci le nombre de ses amis politiques.

Plus que son échec aux législatives à Boulogne, en juin dernier, sa défense hasardeuse concernant les fonds reçus en liquide où la vente des deux tableaux d’un petit maître hollandais résonne comme une sorte de disgrâce pour celui qui fut autrefois célébré comme le cardinal de Richelieu de la Sarkozie.

Certes, on a bien entendu, ce qui est normal en la circonstance, Nadine Morano soulever la présomption d’innocence. « C’est un droit fondamental. Le bafouer contribue à porter atteinte à sa personne et à son honorabilité », s’indigne t-elle. « Personne - même à gauche - ne peut contester la fidélité à un homme et le service à l'Etat dont Claude Guéant a toujours su faire preuve, renchérit le sarkozyste Geoffroy Didier, chef de file de la Droite forte. Cet homme est innocent jusqu'à preuve du contraire, ne renversons pas la charge de la preuve ! »

Ce qui est justement curieux, c’est que les principaux responsables de l’UMP se gardent bien de monter au front sur ce simple argument qui, pourtant, ne préjuge pas de la culpabilité ou de l’innocence de la personne.

Ce qui est justement curieux, c’est que, en dépit, de la frénésie médiatique de Claude Guéant qui dans la seule journée du 1er mai a enchaîné ses prestations sur BFM TV, RMC, Canal+, RTL, Europe1, LCI et France 2 (quel média n’a t-il pas trusté ?), pas un communiqué de l’UMP, pas une confidence de Jean-François Copé, pas un murmure de François Fillon. Rien. Le silence assourdissant de tous ces gardes du cardinal qui manquent à l’appel et ont rangé leur épée dans le fourreau.

Pour maigre consolation, on a relevé  grâce au Monde.fr cette profession de foi de deux anciens sinistres de la Sarkozie, Thierry Mariani et Nadine Morano. 

Ces deux derniers qui, au moment de l’affaire Cahuzac, se félicitaient que la justice puisse poursuivre son travail jusqu’au bout, trouvent, aujourd’hui curieux que celle-ci mette en cause un proche de Nicolas Sarkozy. Ce qui est assez farce.

Le cas Guéant est-il si désespéré que l’on ne trouve pas une défense plus habile ? L’ancien président bis de 2007 à 2012 est-il devenu une sorte de lépreux politique ?

Toujours sur Le Monde.fr. Le chef de file de la Droite populaire a même accusé le chef de l’Etat de vouloir éliminer par cette attaque un des concurrent pour la présidentielle de 2017. « Un an après l’élection de François Hollande, Nicolas Sarkozy reste son principal adversaire donc il y a une volonté de le salir. Il ne faut pas oublier que tout ce qui est négatif pour Nicolas Sarkozy et son entourage est positif pour François Hollande. »

Comment expliquer en dépit de l’intervention d’une poignée d’irréductible que personne ne se presse pour venir au secours d’un homme qui semble s’enfoncer dans les sables mouvants à chaque fois qu’il esquisse un geste ou une parole pour se défendre.

« Vous avez, nous explique un ancien conseiller de l’Elysée la conjonction de deux attitudes : celle des victimes de Guéant qui durant cinq ans ont du subir sans broncher sa morgue et sa discipline de fer et assurément, Roselyne Bachelot en faisait partie et ceux qui craignent d’être entrainé avec lui vers le fond. Ces derniers se disent : surtout, ne pas bouger, même un cil ». Il est vrai que personne n’a pleuré quand Fouché est tombé. Et Guéant est loin d’avoir été Fouché.

SOURCE : mariane.net

22:57 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.