topblog Ivoire blogs

20/04/2013

Grève des Enseignants de Côte d’Ivoire: le CRI-Panafricain fustige Ouattara et son Gouvernement

Grève ISEF, enseignants ivoiriensLe Cri-Panafricain fustige l’attitude du gouvernement vis-à-vis des grévistes

 

Dans la conscience populaire, le monde scolaire est le creuset de tout apprentissage pour la maturité de l'homme, depuis la base pour atteindre sommet.

Malheureusement, les animateurs de ce monde que sont les enseignants sont victimes de la mal-gouvernance de leur ministère de tutelle, géré par Kandia Kamissoko, ministre de l'éducation nationale de Dramane Ouattara.

Ce préjudice socio-éducatif n'est pas de nature à aider les enseignants dans leur fonction régalienne, de transmission du savoir aux apprenants, dont les parents crient misère.

Il est donc inacceptable de voir que nos enseignants et nos travailleurs qui survivent à peine face à l’hyper inflation, seul levier économique pensé par Ouattara se fassent ponctionner de leur salaires par un gouvernement autoritaire. Ceux-là même qui cumulent postes, sièges et salaires pour  arrondir leurs fins de mois, s’arrogent le droit d’intimider nos enseignants, valeureux vecteurs de savoirs et constructeurs de nos talents, abandonnés à eux-mêmes.

Nous rappelons au gouvernement ivoirien que le droit à la grève est inscrit dans la constitution ivoirienne et donc par conséquent ne pourrait faire objet d'abstraction par les autorités ivoiriennes. Ce droit de grève est un principe inaliénable de l’état de droit,

Par conséquent, il est important de souligner que certains membres de ce gouvernement dont la communication est truffée de fautes de toutes sortes, auraient tout intérêt à éviter à nos enfants de finir comme eux. Car c’est en méprisant nos enseignants ainsi que nous nous retrouvons avec des ministres incultes.

Face à cette situation laconique qui prend des allures inquiétantes, a cause des persécutions dont sont victimes les enseignants, les bagarres rangées entre élèves et agents des forces de l'ordre, le CRI-Panafricain exige plus de justice, de respect et de dignité humaine dans les rapports entre gouvernants et syndicats des enseignants et profite pour exprimer son soutien indéfectible aux enseignants de cote d'ivoire, ainsi qu'aux élèves et parents d'élèves.

Le Cri-Panafricain interpelle le  gouvernement ivoirien, son président et son ministre de l'éducation nationale à libérer tous les enseignants injustement emprisonnés à cause du débrayage légitime qu'ils observent depuis quelques jours;

Le Cri-Panafricain propose plutôt au ministre de l'intérieur d'inviter humblement les enseignants grévistes à la discussion pour trouver une solution définitive à cette récurrente instabilité qui apparait déjà pour la énième fois en l'espace de deux ans, depuis l'avènement du régime actuel le 11 avril 2011;

Le Cri-Panafricain invite les autorités ivoiriennes à mettre en priorité l'avenir des élèves ivoiriens, car ce sont eux qui constituent la relève de demain;

Le Cri-Panafricain refuse que toutes ses perturbations du programme scolaires soient endossées par les élèves dont les enseignants ne font qu'exiger des conditions plus acceptables.

Nous appelons  donc le Premier ministre à revenir sur les ponctions de salaires des travailleurs, et à engager un dialogue sans conditions avec nos travailleurs. Nous, combattants de la liberté sommes aux cotés de nos travailleurs et nous soutenons leur effort de grève.

Les travailleurs ne sont pas des politiques et doivent être respectés pour que la valeur travail continue d’être promue dans notre pays. L’assemblée nationale composée de  cumulards vient d’ailleurs de se mettre en sommeil sans aucune ponction de salaire. Ce n’est pas aux travailleurs de compenser le déficit Budgétaire créé par la mauvaise gouvernance du régime Dramane Ouattara.

En définitive, le Cri-Panafricain salue l'ardeur de tous les acteurs du système éducatif ivoirien pour une issue favorable à cette crise, car quand l'école va bien, le pays se porte mieux...

Le Cri-Panafricain en profite pour exiger la libération du Président Laurent Gbagbo, de tous les prisonniers politiques et des enseignants détenus arbitrairement.

 

Abel NAKI

Président Fondateur du CRI-Panafricain

10:22 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.