topblog Ivoire blogs

26/02/2013

Confirmation ou infirmation des charges : Quel avenir pour Bensouda et Ouattara ?

Fatou Bensouda, OuattaraDepuis le 19 février 2003, le mini-procès ou la confirmation des charges contre le président Gbagbo tant attendu, a commencé à produire ses résultats. Les accusations contre le président Gbagbo autrefois jugées de dossier en béton, ont produit l’effet contraire. Ce procès au lieu d’être celui du président Gbagbo, est devenu par la force des choses le procès de Ouattara et ses commandants. Le procureur Fatou Bensouda, ayant constaté la légèreté des accusations et la faiblesse des arguments dans le « dossier en béton », a préféré s’excuser auprès des juges, prétextant un problème urgent de famille. La réalité est que le premier procès historique de cette dame expose plus ses pratiques partisanes et le manque d’enquête sérieuse sur le terrain. L’accusation a copié –collé les coupures de presse et des rapports de certaines organisations peu fiables pour les présenter comme des preuves accablantes. Ces preuves sont pour la plupart vagues, imprécises et manque d’argument juridique pour les lier au président Gbagbo ou à son entourage. Aussi ces preuves n’établissent pas l’identité réelle des vrais auteurs de ces crimes. Le président Gbagbo étant co-auteur indirect, il est cependant impossible de le lier aux supposés crimes commis. Le procureur a bâclé leur chef d’accusation et la défense ne s’est pas fait prier pour leur donner des cours de droit et de logique. Cependant, que devient Fatou Bensouda et les preuves de Ouattara ?

Fatou BensoudaFatou Bensouda se trouve actuellement en Italie ou elle s’apprête à animer une conférence. Pourquoi ? On le saura dans le courant de la journée. Je pense qu’elle veut justifier son absence ou si cette dame a une conscience professionnelle, rendre le tablier. Depuis le déroulement du procès, des indiscrétions au niveau de l’Union Européenne parlent de plus en plus d’une réunion urgente sur la Côte D’Ivoire. Ce serait-elle rendue compte de ses erreurs passées ? Elle avait soutenu avec bec et ongles la montée de Ouattara au pouvoir. Elle avait fait fi de la décision du Conseil Constitutionnel pour « déclarer » Ouattara vainqueur, après l’annonce préméditée, prématurée des résultats provisoires de la CEI. Aujourd’hui, la vérité est sue de tous. Ouattara n’était pas le vainqueur des élections de novembre 2010. Il s’est auto-proclamé. Seul le Conseil Constitutionnel certifie les résultats et déclare un candidat vainqueur. Alors d’où Ouattara tire-t-il sa victoire si comme l’a démontré la défense la CEI n’est pas un Conseil Constitutionnel bis ? Pourquoi Ouattara s’est –il accroché à ces résultats provisoires annoncés dans des conditions suspectes et rocambolesques par un proche, le président de la CEI ? C’est en fait ce qu’il doit expliquer à l’Union Européenne. C’est à mon sens cette explication que recherchent les Européens. A quand cette réunion extraordinaire sur la Côte D’Ivoire ? On ne le sait pas encore et nous attendons de voir.

Les media français, autrefois soutiens indéfectibles de Ouattara font un blackout (censure) sur le procès du siècle. Les autorités d’Abidjan menacent même les agents et journalistes d’Africa 24 afin qu’ils ne transmettent pas le procès. Ce procès tant attendu par les « victimes » du RDR devait, à mon sens être transmis afin que ces personnes qui ont souffert le martyr sous la « dictature » du président Gbagbo, voient leur « bourreau » épinglé pour ses crimes. Mais non ! Des rafles sont organisées dans les cybercafés pour déloger tous ceux qui suivent le procès à partir des ordinateurs. Que cache cette attitude ?

Les ivoiriens méritent que la vérité soit sue et c’est le devoir de Ouattara et sa clique de nous apporter des éléments de réponses. Qui a gagné les élections de 2010 ? Pourquoi le choix de la guerre en lieu et place du recomptage des voix ?

Ouattara ne peut plus nous distraire avec 54.1% des résultats provisoires de la CEI. Ce n’étaient que des résultats provisoires. Pourquoi Ouattara n’a-t-il pas accepté les résultats définitifs du Conseil Constitutionnel ? Est-il au-dessus de notre loi fondamentale ? L’aurait-il fait si Ouattara n’avait pas le soutien de la France et des Etats Unis d’Amérique ?

Nous exigeons des explications afin de mieux gérer cette crise et créer les conditions d’une bonne réconciliation.

Si Ouattara se dit homme intègre comme ses parents, l’heure est venue de montrer cette intégrité. Pendant deux ans, on nous a raconté que la guerre est arrivée parce que le président Gbagbo ne voulait pas reconnaitre sa « défaite ». Est-ce toujours le cas ?

J’exhorte les ivoiriens à se mettre en ordre de bataille pour réclamer des comptes à Ouattara. Si Ouattara est incapable de justifier sa « victoire » au-delà de tout doute, il doit mettre en place un gouvernement de transition afin que celui-ci prépare les futures élections présidentielles. Ouattara doit rendre le tablier pour imposture. Il n’est pas le président de la République de Côte D’Ivoire. Le président démocratiquement élu, Laurent Gbagbo se trouve à la Haye.


Source: Nick De Bessou
Juriste
Ex Vice-Président Cojep UK.

11:27 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci Alino pour ce texte que le Tout-Puissant te benisse

Écrit par : Lavane Murphy | 26/02/2013

Les commentaires sont fermés.