topblog Ivoire blogs

06/12/2012

NELSON DEGOL: "QUELLE TRISTE CÔTE D'IVOIRE!"

Exaction des milices pro-Ouattara sur un civil ivoirien20 novembre 2012 ===== Qu'il est bien triste pour moi, ce jour! Une grande tristesse! Tristesse pour mon pays qui s'effrite! La Côte d'Ivoire de Félix Houphouët-Boigny (FHB) devenue si lamentable sous la direction éclairée et si éclairante des Houphouëtistes, rassemblés dans le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Ce RHDP créé de toutes pièces sur les bords de la Seine, sans aucune consultation des militants de base des partis impliqués. Le RDA, le vieux Rassemblement Démocratique Africain, dont le PDCI était une sous-section particulière  (d'où son appellation de PDCI-RDA), le RDA dont ils se veulent l'émanation, est pourtant né à Bamako, bercé par les flots du Niger, mythique fleuve africain. La différence pourrait se trouver là. A la base déjà!

Sous la direction des Houphouëtistes, la Côte d'Ivoire est méconnaissable de haine. Le légendaire humour ivoirien n'y peut rien et les Ivoiriens peinent à trouver le sourire quotidien après avoir perdu jusqu'au goût de l'attiéké, devenu rare.

C'est à y perdre son latin après y avoir perdu notre baoulé, notre dioula, notre bété, notre senoufo, notre gouro, notre agni dans la marre de la haine. Et pourtant "le cœur de Féfé était si petit, qu'il n'y avait pas de place pour la haine". Tout ça pour ça! Comme le dirait l'autre.

Je suis tiste, car la puissante Direction de la Surveillance du Territoire (DST) de Côte d'Ivoire est désormais aux trousses des blogueurs! Qui l'eût cru? Ceux qui, se proclamant fièrement spécialistes de coups d'état, disaient –il y a peu – ne pas en craindre en sont arrivés à avoir une peur bleue des coups de plume.

Les dieux seraient-ils tombés sur la tête? Retour du bâton à la "Gongoloman Sooké"? Cette œuvre littéraire du vieil Hamadou Hampaté où Wangrin, embourgeoisé, intelligent, astucieux et fort, confié à son dieu protecteur «Gongoloman Sooké», le dieu des ruses et des contraires, se donne un grand plaisir à ruiner les colonisateurs dont la fortune est acquise illicitement, jusqu'au jour où les dieux se fâchent, rendant la vie impossible à Wangrin!

Oui, la DST ivoirienne traque une simple plume qui ne fait que véhiculer de la matière grise quand les milices tribales distillent allègrement les balles assassines, semant mort, désolation et tristesse autour d'elles! Sous le regard (…) de ceux qui sont pourtant chargés de la protection, même de ceux qui n'ont pas voté pour eux.

Oui, la DST, la toute puissante DST s'en prend à de petits blogueurs. Excusez-moi du peu, mon très cher Alain Doh Bi, avec toute la "con fratrie" et le respect que j'ai pour vous, sans vous avoir jamais connu. Nous ne sommes que de petits blogueurs qui avons tout perdu, qui souffrons dans notre chair les pires injustices et qui assistons, impuissants aux enlèvements et assassinats des nôtres. Face aux libertés confisquées, nous nous oxygénons de la paille de notre stylo. Tel un castor caché sous l'eau et qui se sert d'une paille pour respirer, notre clavier et le Web sont notre eau et notre stylo notre paille! La DST ivoirienne traque et emprisonne des blogueurs et s'accommode pourtant de ceux qui s'opposent à leur déguerpissement avec des armes lourdes à Abobo. Quelle tristesse pour mon pays! Pour son Gouvernement! Pour son peuple! Pour son image! Pour son président même si je n'ai pas voté pour lui! La Côte d'Ivoire si basse pour être tombée si bas!

Sur le pourquoi ou accessoirement le comment, on épiloguera longtemps mais ma tristesse demeure.

Je suis triste de tant de gâchis. Que de rêves ne nous a-t-on pas vendus avec l'avènement du messie et du porteur de toutes nos solutions! Naguère présenté comme grand travailleur et homme méthodique, répondant au moindre message téléphonique, l'argentier aurait-il sous-estimé les charges de la fonction? Le RDR apprend-il aux dépens de nos souffrances que la critique est aisée mais l'art difficile? Hier, arme fatale, la violence ne peut pas construire car, nulle part, elle n'a jamais rien construit.

L'image fabriquée de martyr a vite fait place à celle d'un régime tortionnaire épinglé par Amnesty International. Au point où, les amis de tous les coups, alliés et instruments de la diabolisation de l'adversaire d'hier, ont lâché du lest. Ils ont enfin emboîté le pas à Amnesty International, car dans ce genre d'exercice, il ne fait pas bon prendre des vacances avec l'Histoire!

Peu importe qu'Amnesty International ait mis du temps à entendre les cris de désespoir des pro-Gbagbo, anonymes ou illustres, cadres ou simples paysans.

Mais! Il y a un mais. Alors que le rapport d'Amnesty International avait soulevé le courroux des dignitaires d'Abidjan, ils ont accueilli celui de l'Ong américaine Human Rights Watch (HRW) avec une humilité stratégique. En effet, réagissant au rapport de HRW, le ministre Gnénéma des Droits de l'Homme (sic) a déclaré «Je voudrais faire remarquer que ce rapport, à la différence de celui d’Amnesty international, nous donne des indications sur les faits qu’il rapporte. Qui indiquent qu’il y a encore des difficultés en matière de protections des droits de l’homme. Nous en prenons acte et restons ouverts aux critiques. Nous nous engageons à ne tolérer aucune impunité en Côte d’Ivoire».

Si le ridicule tuait! Amnesty a bien donné des indications sur les faits et les semaines à venir pourraient être explosives. Drôle d'engagement à ne tolérer aucune impunité quand on sait que ce sont les FRCI, placés sous l'autorité du Gouvernement ivoirien et les "Dozos" qui, eux, répondent directement du RDR qui sont accusés d'avoir occasionné dix (10) fosses communes dans la seule ville de Duékoué après la "visite d'amitié et de travail" au camp de Nahibly. Le chef suprême avait d'ailleurs, himself, expliqué qu'il s'agissait d'une visite de représailles. Qu'attendre alors d'une quelconque enquête? Le disque de combattre l'impunité est plus que rayé sans que sa musique n'ait été dansée une seule fois. Pardon, si ce n'est pour diaboliser les pro-Gbagbo ou tous ceux supposés tels.

J'en suis triste car HRW c'est avant tout Georges Soros.

George Soros, né György Schwartz le 12 août 1930 à Budapest, puis György Soros est un financier milliardaire américain d'origine hongroise…Georges Soros c'est le financier de la dernière campagne d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle. C'est lui qui a affrété l'avion spécial aux couleurs du RDR. On se fait donc docile et on feint d'avoir compris parce que c'est le financier qui a parlé. Toujours et encore la calculette froide et mécanique.

Je suis triste à l'idée de m'imaginer dans quel état, ce régime, attelage politico-militaire de rébellion et d'alliances contre nature va-t-il laisser le pays à la fin de son mandat? Dans quel état sera la Côte d'Ivoire en 2015 ou pire en 2020? Car pour se maintenir jusqu'en 2020, il faudra pire que ce qui nous a été donné de voir jusqu'à ce jour.

Je suis triste car ceux qui feignent de ne pas voir tout le mal qu'ils font au pays, n'ont pas moins conscience de leur rejet populaire. Ainsi, en Afrique où la course aux portefeuilles ministériels est une arme dont disposent les pouvoirs pour diviser l'Opposition, le pouvoir ivoirien a réussi la prouesse de susciter chez tout opposant la honte de faire partie d'un quelconque gouvernement. Le ministre, naguère tant admiré et envié, rase désormais les murs dans sa région et il ne fait pas fier être ministre du régime quand on est issu de la région de l'ouest. Même de modestes citoyens en quête de la pitance quotidienne ont la force de décliner des propositions de collaboration au grand jour.

Au passage, où est donc passé, notre très cher Benoît Scheuer, auteur de la "Poudrière identitaire" qui, sous prétexte d'anticiper sur "les  risques des discours d'exclusion, ethnicistes et xénophobes", a fait tant de mal à la cohésion nationale et "armé" la rébellion ivoirienne? Pourquoi sa caméra se badigeonne de boue devant tant de monstruosités sans nom? L'ONG belge "Prévention génocides", productrice de ce film documentaire, à défaut d'avoir anticipé sur le génocide WE, ne peut-elle pas dénoncer au moins ce génocide qui a toujours cours?

Conquérir le pouvoir pour le pouvoir, sans préparer ses hommes à la gouvernance mais plutôt à la guerre et les laisser s'exercer aux méthodes de tous les prix. On prête à une respectable dame des propos tenus dans une interview, en pleine crise postélectorale, selon lesquels "même au prix de 100 mille morts, le pouvoir était à prendre". Comment être alors surpris du désastre?

L'état de grâce a été utilisé à une vengeance dont on continue de se demander les motivations. Tout nouveau régime a sa période d'état de grâce et l'analphabétisme de nombreux partisans leur a laissé croire en l'approbation des parrains. Ce qui était considéré comme des bavures de prise de pouvoir s'est installé dans la durée et la propension à toujours justifier l'injustifiable a encouragé les pires atrocités de sous-groupes socio ethniques qui n'ont de la nation qu'un regard très égocentrique. Tuant et massacrant, en guise de prime de guerre, comme si les pillages ne suffisaient pas! Quelle tristesse!!!!

NELSON DEGOL

20 novembre 2012


20:08 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.