topblog Ivoire blogs

06/12/2012

Intervention militaire au Mali, la grande cacophonie

mali


 

DOSSIER MALIEN : CACOPHONIE TOTALE !!!!! LE PEULE MALIEN NE SAIT PLUS A QUEL SAINT SE VOUER !

 

 

Dramane Ouattara, CEDEAO

 « L`intervention militaire est indispensable et urgente », a déclaré mercredi matin Alassane Ouattara, dirigeant de la Communauté des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao), la souhaitant pour "le premier trimestre" 2013.

 

Hervé Ladsous, ONU

« En fin de matinée, le secrétaire général adjoint de l`ONU chargé des opérations de maintien de la paix, le Français Hervé Ladsous, a cependant expliqué qu`une intervention militaire ne pourrait « pas se faire avant septembre-octobre » 2013. »

 

Idriss Deby, Président du TCHAD

« Semblant résumer la complexité du dossier, le président tchadien Idriss Deby a pour sa part dénoncé mercredi en fin d`après midi une "confusion totale".

"Il faudra que les Maliens nous disent ce qu`ils veulent, que la Cédéao nous dise quelle démarche, quelle feuille de route" elle entend proposer, a déclaré M. Deby après un entretien avec François Hollande. »

 

Dialogue inter-malien, OUAGADOUGOU

« Le gouvernement malien et les groupes armés Ansar Dine et MNLA (touaregs) ont cependant engagé des discussions directes mardi à Ouagadougou et ont prôné un "dialogue" basé sur le respect de l`intégrité territoriale du Mali et le rejet du "terrorisme".»

http://news.abamako.com/h/9273.html

 « Bamako a pris langue ce mardi 04 décembre avec les groupes islamistes et le MNLA. Il se dit pourtant que le chef de la diplomatie malienne présent à Ouagadougou n’y représente pas le gouvernement. »

« Dans la capitale burkinabé, la délégation malienne et les groupes islamistes et les rebelles touaregs ont été reçus par le médiateur de la crise malienne Blaise Comparé accompagné de son ministre des affaires étrangères Djibril Bassolé. Ce dialogue entre le Mali et les groupes islamistes divise non seulement au sein du pouvoir mais aussi les Maliens qui n’y sont pas favorables, dans leur grande majorité. La Primature à travers son directeur de cabinet Oumar Kanouté affirmait ce mardi dans un journal que le ministre des affaires étrangères Tieman Coulibaly n’a pas reçu mandat du gouvernement pour aller parler en son nom avec les groupes touaregs et Ançardine. Et le directeur de cabinet du Dr Cheick Modibo Diarra d’ajouter que c’est une mission envoyée « par Bamako et non le gouvernement ». »

 

 Diplomatie parallèle ?

On pourrait répondre par l’affirmative, tant les signaux envoyés par la Primature créent la confusion. Le chef du gouvernement qui se déplace sans son ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale à la table de négociations, apparemment sans l’aval du premier. »

http://www.journaldumali.com/article.php?aid=5608

00:06 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.