topblog Ivoire blogs

13/11/2012

Sortie de Bacongo dans L'inter à propos des casses au sein des AD de Cocody: Une pile de mensonge et de contradiction

 

Dans un article paru le 13 novembre 2012 dans le quotidien "L’Inter", sous le titre "conflit avec les Assemblées de Dieu de Cocody, le Ministre Cissé Bacongo dit sa part de vérité ", de larges colonnes ont été accordées au Ministre de l’Enseignement Supérieur de Ouattara où il a étalé une pile de mensonges et de contre-vérités.

Le Journaliste Franck SOUHONE dévoile les propos de ce ministre de Ouattara qui, depuis le 6 novembre 2012, a entrepris une série de casses au sein de la propriété de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody.

Selon l’Inter, Cissé Ibrahima Bacongo affirme :

 

1- "Le Ministère de l’Enseignement Supérieur n’a jamais eu l’intention, n’a pas l’intention et n’envisage pas de détruire l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cocody"

Et pourtant les casses effectuées, le mardi 6 et le mercredi 7 novembre 2012, l’ont été sur ordre du Ministère de l’Enseignement Supérieur. Les FRCI qui sécurisaient les casses et les responsables des Caterpillar du Ministère de Cissé Bacongo l’ont bien signifié aux fidèles des Assemblées de Dieu de Cocody.

 

Temple AD cassé, FRCI, Bacongo

 

Les FRCI sécurisant les caterpillar de Cissé Bacongo lors des casses du 7 novembre 2012 dans le domaine de l'Eglise des AD de Cocody

 

 

 

 

Temple AD cassé, FRCI, Bacongo

 

Les ruines du dispensaire des AD de Cocody après le passage des Caterpillar de Bacongo

 

 

 

 

Les démolisseurs, sécurisés par les FRCI, répondaient effectivement de Cissé Bacongo,  à moins qu’on nous dise qu’il y a 2 Ministres de l’Enseignement Supérieur en Côte d’Ivoire, loin de là.

En clair, il s’agit d’un double jeu d’irresponsabilité auquel le Ministre Bacongo joue. Il donne l’ordre à ses hommes de casser, et il feint d’ignorer les casses. C’est vraiment irresponsable de sa part, parce que les vidéos et les photos des casses foisonnent sur le Web.

 

2- 2-  "Le Directeur de la Topographie et de la cartographie a exposé ses conclusions, il y a une superposition de 2 Titres Fonciers, le Titre Foncier de l’Eglise est superposé à celui de l’Université"

 

Il ne peut pas avoir de superposition de deux (2) titres fonciers, au regard des opérations cadastrales, des levés topographiques et des enquêtes de commodo et d’incommodo requises dans les procédures d’octroi de titre foncier. L'Eglise des AD de cocody a obtenu régulièrement son titre foncier, à la suite d'une longue procédure cadastrales démarrées depuis l'époque d'Houphouët Boigny en 1989.

La vérité est que le Ministre Cissé Bacongo s’appuie sur des vagues documents (pas de titre foncier) octroyant 13ha à l’Université de Cocody depuis sa création. Et il veut sur cette base, obliger les Services de la Topographie et de la Cartographie du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme, à exproprier l’Eglise des AD de Cocody. Mais les conclusions de M. Sanogo Mamadou du Minstère de la Construction et de l’Urbanisme sont claires : « L’Eglise détient son titre foncier en bonne et due forme » contrairement à Cissé Bacongo qui n’a que de vagues documents administratifs que le Ministre veut capitaliser en Titre Foncier.

Cissé Bacongo n’a pas osé dire dans sa prétendue « part de vérité » que ses services ont refusé de se présenter aux multiples convocations des responsables du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme, là où l’Eglise des AD de Cocody s’est rendue avec son titre foncier.

 

 

En conclusion de sa conférence de presse, à en croire les écrits de l’Inter,  le Ministre Bacongo recule, voyant que l’Eglise est resté attachée à son droit de propriété et face aux pressions tout azimut. Il  promet de réparer les dégâts en ces terme : "Il n’est pas impossible qu’un portail beaucoup plus imposant, que ce qui a été cassé, soit construit pour cette Eglise".

Notons qu’en plus du portail, les Caterpillar de Cissé Bacongo ont aussi démoli le dispensaire et les bâtiments annexes du Temple. L’Ancien Guy Kouadio, Responsable du Comité de construction,  dans la conférence du 07 novembre a évalué les dégâts à 16 millions de FCFA.

15:34 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.