topblog Ivoire blogs

02/11/2012

Le système charge la CPI d'ingurgiter Gbagbo, mais par quelle formule?

Gbagbo PrésidentCe n'est un secret pour personne, la CPI est un instrument de répresseion contre les dirigeants des pays pauvres qui refusent de se soumettre au système international de domination des nations puissantes. 

Ce système mafieux international a avalé le Président Laurent Koudou Gbagbo le 11 avril 2011 parce qu'il a choisi de défendre la Côte d'Ivoire. Une opération qui a pris, depuis septembre 2002, dix (10) longues années avec trois différents présidents français: Jacques Chirac d'abord, Nicolas Sarkozy ensuite et François Hollande enfin. 

Le système a du mal à digérer Laurent Gbagbo parce que la forfaiture internationale qui a installé le criminel de guerre Dramane Ouattara est grossière, meurtrière, hideuse et décevante.  La CPI est chargé d'ingurgiter le Président Laurent Gbagbo, mais par quelle formule? Le système cherche encore. Cependant, plus le temps passe, plus le poulain Ouattara et son régime multiplient les maladresses et autres hideuses exactions sur le peuple de Côte d'Ivoire. Le système qui a installé sa poupée téléguidée Ouattara commence a tiré sur les "boulons" de sa propre poupée. Amnesty International, l'ONUCI, les USA à travers son Ambassade en Côte d'Icoire, et bien d'autrres organismes qui ont contribué activement à la concrétisation du plan de déstabilisation de la Côte d'Ivoire et à l'installation de Ouattara dans une pluie de bombes et de sang, tirent depuis une semaine sur Ouattara et son régime sanguinaire.

De l'autre côté, le 30 octobre 2012 à la CPI, Me Emmanuel Altit, Avocat du Président renversé par la coalition internationale, a démontré, au regard du droit, que son client doit être remis en liberté. Les patriotes et panafricains partisans de Gbagbo demeurent toujours mobilisés.

La scène se présente comme dans la jungle. Un python avale une proie dont la digestion est imposible. il est obligé de rendre cette proie qui continue de gesticuler dans son ventre. Gbagbo sera donc ingurgité, mais par que mécanisme? puisse que le cas Gbagbo pourrait faire école auprès des dirigents des pays dits pauvres. 

Ainsi donc, depuis l'audience du 30 octrobre 2012, le système tangue et tarde à donner le délibéré qui devait aisément débouché sur la libération de Gbagbo, puisse que les preuves scientifiques de la maltraitance subie lors de sa détention dans les prisons de Korhogo existent. Les pressions sont fortes sur les acteurs de la CPI, juges et procureurs y compris.  La CPI joue sa crédibilité. Les patriotes et résistants attendent qu'on leur rende leur Président. Jusqu'à quand la CPI fera-t-elle obstruction au droit? Jusqu'à quand ses juges retiendront-ils le délibéré? Jusqu'à quand la CPI retiendra-t-elle Gbagbo? Nous observons sereinement ce machin international.

Une analyse de Alain Doh Bi

10:15 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.