topblog Ivoire blogs

02/11/2012

En vérité, justice à géométrie variable

images?q=tbn:ANd9GcSElTWgDhmg-KPOIEzN0iARkxEUbhUfw1O4vsHIhFwWXGvLF0Dp


Justice a certainement été le mot le plus prononcé au cours de la semaine écoulée dans le champ politique Ivoirien.

Lundi 23 Octobre : Le  premier à le faire a été Mr Alassane Ouattara en recevant au palais présidentiel  d’Abidjan des wê triés sur le volet. Pour lui, la main sur le cœur, les exilés politiques Marcel Gossio et Eric Kahé peuvent librement rentrer dans leur pays et se soumettre à la justice. Une justice qui du reste a lancé contre eux des mandats d’arrêt  internationaux toujours en vigueur. Tout Ceci, au moment où Amnesty  international dans un rapport explosif  vient d’exposer les insoutenables violations des droits humains commises par le régime d’Abidjan. Pour  Ouattara, la Côte d’ivoire doit se réconcilier mais avant il faut la justice . Comme c’est séduisant !!! Le symbole de la justice, dans tous les pays du monde, avant d’être  frappé d’un glaive est d’abord une balance. La balance de l’équité, régulatrice de la société. Or, la justice sous Ouattara est devenue un drôle de  prisme dans lequel ne sont visés que ceux qui sont proches de Laurent Gbagbo .Sa commission controversée d’enquête sur les crimes post électoraux  a révélé que 900 personne  ont été tuées par des pro -Ouattara contre 1 200 par ceux proches de Gbagbo .Soit. Pourquoi donc seul Gbagbo se retrouve dans la nasse de la CPI et  pas les tueurs  Pro-Ouattara clairement identifiés. Pourquoi ?

Mercredi 24 Octobre : C’est cette justice à géométrie variable que Ouattara a tenté d’exporter au Ghana. Le temps de battement de paupières il a voulu extrader Koné Katinan avec l’accusation à la hussarde d’un meurtre imaginaire. Des semaines durant aucun début de preuve  n’étant présenté ,le juge ghanéen, avec certainement une pointe d’agacement, s’est vu obligé de lancer ce verdict qui  résonne encore dans toutes  les oreilles ; Accused you are free.

Vendredi  26 Octobre : La justice, la  même ,à géométrie variable a longtemps bégayé à la Haye et le monde entier a eu honte du «  néanmoins »  prononcé la tète baissée    à maintes reprises par la juge d’appel pour prendre le contrepieds de la vérité. Après le verdict, j’ai compris pourquoi les Etats unis n’ont jamais ratifié le traité de Rome sur la CPI et ont même juré qu’aucun américain ne sera traduit devant cette Cour. Franchement. Comment une Cour internationale de justice qui doit absolument forcer le respect peut elle développer à la face du monde, sans se discréditer, une argumentation aussi légère. Du 1er au 11 octobre 2011 Laurent Gbagbo en homme digne a subi un bombardement des plus odieux de la résidence présidentielle qu’il n’a jamais abandonnée pour fuir. Non parce qu’il était enivré par le pouvoir mais pour faire éclore le sens de la responsabilité d’homme d’état, largement au dessus de la moyenne qu’il a. Comment alors peut- on imaginer qu’un tel  homme pour qui plaide  tout un cheminement politique de plusieurs décennies  fait de privation et d’endurance peut prendre la fuite une fois la liberté provisoire accordée. Ce d’autant que la CPI lui offre une  grande fenêtre  pour faire connaitre la justesse de son combat contre des forces internationales coalisées.

Pour achever d’exposer cette  « justice internationale » à l’hilarité générale  on avance  que le réseau de sympathisants et de soutiens de  Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et dans le monde, doublé d’une fortune subite qu’on se serait réservé de geler pour servir d’appât, vont organiser sa fuite .Une fuite qui , digne d’un scenario à la rodéo, risque de prendre fin au palais présidentiel ivoirien reconquis.

La présence de Gbagbo à la Haye en  qualité de co- auteur indirect , seul, sans les auteurs directs de la grave décennie de crise politique en cote d’ivoire, et  son procès devant une Cour internationale où le droit , le bon sens  et la politique se prennent aux collets sous les cameras du monde ,nous indiquent que dans cette bourgade de la  Hollande se joue une sorcellerie judiciaire à géométrie variable. 

Aristide Silué, In l’alternative du 30 Octobre 2012

11:51 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.