topblog Ivoire blogs

18/10/2012

Déguerpissement armé à Abobo- Anador : Tensions vives entre FRCI et milices pro-Ouattara

Ouattara démolitionLa tension était vive et la confusion est totale à Abobo- Anador, ce jeudi 18 octobre 2012 à 13h. Les Bulldozers de Ouattara continuent de démolir les garages et les magasins d’Abobo- Anador.

Trois groupes de FRCI lourdement armés accompagnent l’opération

1-      Le premier groupe de FRCI est établi à la limite de la clôture de FILTISAC. Une 12 "7 déposée sur une table et une vingtaine d’hommes lourdement armés sécurisent l’entrée d’Abobo.

2-      Le deuxième groupe est composé d’une trentaine d’hommes à pieds armés de Kalaches et de RPG. Ils ciblent les garages et magasins potentiellement dangereux susceptibles d’abriter les milices armées pouvant refuser de quitter les lieux. Ils prennent des positions de combat autour du site ciblé. Certains hommes entrent dans le garage ou le magasin, ils intiment l’ordre, sous la menace des armes, aux occupants de plier bagages.  Une fouille minutieuse est menée pour dénicher tout engin explosif éventuellement laisser par les déguerpis.

3-      C’est après ce travail de « désarmement » que le troisième groupe de FRCI, le plus armé et fourni en homme, entre en action. Les Caterpillar et bulldozers sont encadrés par des véhicules de type 4x4 estampés « BSU ». Ils ont ordre d’abattre quiconque s’oppose au déguerpissement.

 

Les déguerpis menaçent et lançent des injures aux démolisseurs de Ouattara

Les milices pro-Ouattara, surprises par ce dispositif impressionnant des FRCI, n’avaient pas encore réagi jusqu’à 12h48mn, lorsque nous sommes arrivés sur les lieux. Mais, selon les réactions des déguerpis, elles riposteront forcément. 

"J’ai combattu pour Ouattara. Voilà comment il me remercie", lança un homme qui assistait à la démolition de son garage.

Les déguerpis ramassent ce qu’ils peuvent sauver. Certains se tiennent à distance ne pouvant supporter de voir leurs gagne-pains être démolis. D’autres ne peuvent s’abstenir de lancer des injures et des menaces aux FRCI commises à l’opération de déguerpissement. La situation est donc tendue.

Un jeune qui essayait de filmer l’opération a failli se faire abattre par les FRCI. Il doit son salut à un minicar qui venait d’Adjamé, puisse qu’il a traversé la voie de justesse devant ce véhicule pour échapper aux démolisseurs-tueurs.

Certains déguerpis des jours précédents se sont réinstallés sous des parasols, montrant que cette opération complexe de déguerpissement est partie pour une longue durée.

Nous avons pu filmer quelques secondes de vidéos en nous cachant soigneusement. Lorsque nous quittions Abobo-Anador à 13h08mn, le déguerpissement continuait et les garagistes et commerçants continuaient de grogner contre Ouattara et son armée de déguerpissement.

 

18:43 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.