topblog Ivoire blogs

15/09/2012

Côte d’Ivoire: Révélations exclusives sur la mort par noyade des 6 militaires à bord d’un bateau volé!

Navette chavire, FRCI, Portés disparusLe temps passe et la lumière se fait peu à peu sur les circonstances dans lesquelles 3 Gendarmes, 1 Officier de la Marine, 1 Policier et 1 FRCI ont trouvé la mort dans la nuit du 5 au 6 septembre dernier à quelques mètres du pont Houphouët Boigny en plein cœur de la capitale abidjanaise entre le Port maritime et le quartier des affaires appelé Plateau.Cette nuit-là, la version officielle nous annonce que les militaires morts étaient en mission de patrouille. Mais paradoxalement, ils se trouvent être tous des gardes du corps, comme la liste ci-dessous le montre:

 

1. Capitaine de vaisseau Sékongo Doulaye (FRCI), chef des opérations de la marine nationale

2. Sergent Dosso Séria (Police), garde de corps du Directeur général adjoint de la police nationale chargé de la sécurité publique

3. Mdl Manzo Eric (gendarmerie), garde de corps du commandant en second de la gendarmerie nationale

4. Mdl Kra Hubert (gendarmerie), garde de corps de corps du commandant en second de la gendarmerie nationale

5. Mdl Oyassi Jocelyn (gendarmerie), garde de corps du commandant en second de la gendarmerie nationale

6. Quartier-maître Soro Siria (FRCI), garde de corps du chef des opérations de la marine nationale

 

Alors question: que font tous ces gardes du corps loin des chefs de corps qu’ils gardent, si tard la nuit à bord d’un bateau militaire?

 

La réponse que notre informateur nous donne est sans appel. D’abord, ils n’étaient pas à bord d’un navire de la marine. Ils étaient à bord d’un petit bateau de plaisance appelé hors-bord d’une capacité de 8 personnes. Le hors-bord appartient à un cadre du FPI aujourd’hui en exil. Il a été volé par le régime Ouattara qui s’en sert comme navire de la Marine. Le hors-bord appelé« Elie » porte le nom d’un des enfants de ce cadre du FPI. C’est donc un bateau volé, qui était en surcharge car les voleurs ne savaient pas que sa capacité est de 8 personnes, qui aurait heurté un objet non identifié, s’est ouvert par le bas et aurait occasionné ensuite, les noyades.

 

Sur ce point aussi, notre informateur nous dit qu’il ne s’agissait pas d’une opération anodine de patrouille. Les gardes du corps ne font pas de patrouilles. Ils surveillent des chefs de corps.

 

Deux raisons peuvent donc justifier leur présence sur le plan d’eau lagunaire: soit ils participaient à un exercice d’exfiltration des chefs de corps qu’ils surveillent en cas d’attaque armée massive contre le régime de Dramane soit tous ces Chefs de corps partaient dormir dans un lieu secret «derrière l’eau» comme le disent les Ivoiriens et l’accident s’est produit.

 

Dans tous les cas, le navire n’appartient pas à la Marine ivoirienne. Il n’est qu’un butin de vol et comme le bien mal acquis ne profite jamais, eh bien la suite, vous la connaissez.

 

A Très bientôt.

Hassane Magued, La Révolution Permanente N°00374/09/12

13:05 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.