topblog Ivoire blogs

05/09/2012

Universités: Dramane Ouattara gâte, fait semblant de réhabiliter et détourne des milliards

Université, Ouattara, détournementMême le moins bien disposé des observateurs reconnaît à Alassane Ouattara et à sa coterie de «spin doctors» tropicaux un talent indiscutable : celui de la communication, pour ne pas dire de la mystification. Hier, à force de parlotte, à force d’ingénierie mentale – ils savent que la mémoire nationale ivoirienne est mal fixée et corruptible –, grâce à leur complicité avec des médias occidentaux «référentiels» qui aimeraient tant qu’ils soient plus «beaux» qu’ils le sont, ils ont presque réussi à nous faire oublier un certain nombre de vérités simples. Si on réhabilite aujourd’hui dans ces proportions les campus universitaires, c’est parce que leurs nervis armés les ont méthodiquement détruits. Avons-nous oublié ces images de l’Université de Bouaké dont même les carreaux avaient été enlevés en 2002-2003 par les rebelles des Forces nouvelles pour prendre la route d’un certain nombre de pays voisins ? Avons-nous oublié comment leurs hommes se sont servis sur le campus de Cocody, détruisant ce qu’ils ne pouvaient pas prendre, en avril et en mai 2011 ? Avons-nous oublié que la honte avait poussé Guillaume Soro à prétendre que toutes ces destructions étaient l’œuvre des étudiants eux-mêmes ?

En réalité, à la MACA comme à l’Université, c’est l’application cynique du principe «on gâte, on arrange… et on détourne» qui pourrait bien avoir été mis en œuvre, si les détournements soupçonnés par Ouattara lui-même sont réels. On gâte, ce qui permet de payer notre soldatesque sans débourser un sou vaillant. On arrange, ce qui nous offre l’opportunité de sortir beaucoup d’argent des caisses, et de monter des projets juteux avec l’appui des bailleurs de fonds. Et au final, on se sert. On mange avec les mains, les doigts, les doigts de pied !

Source: Le Nouveau Courrier

00:27 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.