topblog Ivoire blogs

01/09/2012

Condamnation d’AKOUN Laurent : Le projet de dissolution du FPI en cours

 AKOUN Laurent condamné à 6 mois de prison, le vendredi 31 août 2012. Akoun, 6 mois de prisonLe régime du dictateur sanguinaire Dramane Ouattara poursuit à une allure dévergondée, son projet de dissolution du Front Populaire Ivoirien (FPI), parti du Président Laurent Gbagbo.

Après plus d’un an de détention de plusieurs leaders du FPI dans les prisons du Nord du pays, Dramane ouattara a décidé de passer à une vitesse supérieure. En décembre 2011, le régime lançait déjà plusieurs mandats d’arrêts internationaux contre ses opposants qui ont quitté le pays pour sauver leur vie, face à la barbarie des FRCI, armée tribale de Ouattara. Le Ministre LIDA Kouassi lui a été livré par son ami Faure Gnassingbé du Togo. LIDA fut torturé pendant 48h au bout desquelles l’on lui fit lire une déclaration filmée dans laquelle il s’attribuait un coup d’Etat imaginaire.

Depuis le début du mois d’août 2012, dans un climat d’insécurité généralisée, Dramane Ouattara et ses tristement célèbres FRCI n’ont cessé de frapper le FPI de la base à la tête. Des enlèvements, des tueries ciblées, des exactions de tout genre sur les pauvres militants FPI sans défense.

Tandis que le chef rebelle Soro Guillaume et ses conseillers préparent les esprits de leurs partisans à "éradiquer le FPI" ; des pressions incongrues sont faites sur les autorités ghanéennes pour qu’elles livrent le Ministre Koné KATINAN aux bourreaux d’Abidjan ; le Ministre  Alphonse DOUATI est arrêté, puis AKOUN Laurent, SG et porte-parole du FPI est arrêté et condamné dans la même foulée.  

Décapitaion du FPI par ouattara"Après 5h de débat, le parquet n’a pas pu asseoir la culpabilité de mon client. Le juge a rendu une décision politique et le faisant, le régime de Ouattara a décidé de décapiter le parti" a déclaré l’avocat de M. AKOUN Laurent à sa sortie du procès.

Petit-à-petit, le régime de Dramane Ouattara déroule son macabre schéma anti-démocratique et sanguinaire dans le silence incompréhensible des ONG, de l’UA et de l’ONU, jadis préoccupées par les violations de droits humains en Côte d’Ivoire.

Le FPI et la Côte d’Ivoire se trouvent donc seuls et sans défense face à la cynique machine de guerre du régime tribal et barbare de Dramane Ouattara.  Mais malgré toutes ces exactions, M. MIAKA Ouréto, le Président par intérim du parti de Gbagbo, lors de la conférence de presse du 30 Août 2012, a été franc et clair: "nous ne nous mettrons jamais à genou devant Ouattara". La lutte continue. 

Akoun toujours fort

10:19 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.