topblog Ivoire blogs

01/08/2012

Chine : Diplomates et hommes d’affaires chinois réclament GBAGBO

Depuis son arrivée au pouvoir dans les fourgons blindés de la Licorne et de l’ONUCI, Dramane ouattara ne fait que patauger dans les acquis du Président Laurent Gbagbo. Les communicants et  médias "rattrapés" s’efforcent, maladroitement,  à  octroyer à Ouattara la paternité des grands projets du Président Laurent Gbagbo. Si cette ignominieuse machination communicationnelle a pu appâter et intoxiquer certains occidentaux, ce n’est pas le cas en République Populaire de Chine.

En effet, au moment où le Président Laurent Gbagbo, fraîchement renversé subissait un lynchage médiatique sans précédent de la part des médias occidentaux, des hommes d’affaires, des diplomates et des universitaires chinois lui témoignaient encore leur compassion.

Au Chinese Academy of Agricultural Méchanization Sciences (CAAMS), le lundi 22 Août 2011,  le Diplomate Li Jun, enseignant à l’Ecole normale de Pékin, déclarait : "J’ai servi mon pays en Côte d’Ivoire au temps du Président Houphouët Boigny, j’ai connu le premier ministre Ouattara, j’ai connu le Président Bédié, j’ai aussi connu l’opposant Laurent Gbagbo. Je condamne l’agression perpétrée par le président français Nicolas Sarkozy contre la Côte d’Ivoire et contre le Président Laurent Gbagbo qui a choisi de diversifier les relations de son pays. La République populaire de Chine est fidèle au principe de non-ingérence dans les affaires internes des Etats. Les occidentaux devraient en faire autant et  éviter de telles immixtions dans les affaires internes des autres nations. »

Le lundi 5 septembre 2011, devant des représentants de onze (11) pays francophones d’Afrique, M. Zhao Zi Jian, Président de China-Africa Machinery Corporation (CAMACO) basée à Luoyang dans la province de Henan, affirmait : "Le Président Laurent Gbagbo, par sa politique d’ouverture, a convaincu le gouvernement central qui a accordé à la Côte d’Ivoire une ligne sur le China-Africa Development Fund (CADFund). Des grands groupes chinois vont accroître leur présence en Côte d’Ivoire, des infrastructures publiques ont déjà été construites sur ce fonds et d’autres dont l’autoroute de Grand Bassam devaient être réalisées. Mais tout ce bel avenir est compromis par les agissements des occidentaux »

En rapprochant ces déclarations prononcées à des tribunes différentes, on peut aisément comprendre que les acquis du CADfund pour le financement des travaux d’infrastructures publiques, dont l’autoroute de Bassam, émanent du mandat du Président Laurent Gbagbo et non de la récente visite de l’imposteur Dramane ouattara, comme ses services de communication tentent de le faire croire. En outre, il est clairement établi en milieu diplomatique chinois que Laurent Gbagbo a été renversé parce qu’il a choisi d’étendre, ouvertement, les relations de la Côte d’Ivoire hors des cercles coloniaux habituels. Ainsi donc,  en dépit du lynchage médiatique d’une certaine presse, le Président Laurent Gbagbo jouit encore d’une bonne image dans les instances décisionnelles de la République Populaire de Chine.

13:30 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

Toujours et encore dans le mensonge ce super menteur ! Il dit avoir tissé une grande toile d'arraignée relationnellement parlant, pouquoi ne s'en sert-il pas et il passe tout son temps dans les traces de GBAGBO ? pffffffttttt !!!

Écrit par : bill djouho | 01/08/2012

Les chinois savent mieux que quiconque que Gbagbo n'a jamais été le dictateur que les occidentaux ont voulu peindre... c'est pour cela qu'ils lui font encore confiance.

Écrit par : FièreDêtreIvoirienne | 01/08/2012

Les commentaires sont fermés.