topblog Ivoire blogs

18/07/2012

Diby Charles se catapulte dans la poubelle en voulant dénigrer la gouvernance de Gbagbo

"De 2004 à 2010, la Côte d’Ivoire a produit la pauvreté" telle fut l’élucubration de Charles Koffi Diby qui barre la Une de "Le Patriote" de ce mercredi 18 juillet 2012. Si le ridicule tuait, puisse que c’est dans cette même période et précisément le 12 février 2010 à Londres que  Le Financial Times et Emerging Markets désignèrent Diby Charles "meilleur ministre des Finances de l'année 2010 pour l'Afrique". Bien évidemment, l’homme politique- ministre tente maladroitement de dénigrer la gouvernance de Gbagbo afin d’encenser son nouveau mentor Dramane ouattara, mais il s’éclabousse lui-même.  Si on reste dans la logique de Diby Charles, Financial Times et Emerging Markets ont donc distingué un ministre qui aurait participé à « produire la pauvreté » en Côte d’Ivoire.  On comprend que ce n’est pas seulement Gbagbo que Diby insulte à travers sa sortie hasardeuse, mais il jette l’opprobre sur le jury de ces structures distinguées qui ont osé l’honorer. Une analyse par dichotomie semi-séquentielle de la période 2004-2010 permettra de comprendre la mauvaise foi de Koffi Diby Charles, Ministre de l’Economie et des Finances de Dramane.

 

2004-2007 : La Côte d’Ivoire divisée en proie la plus grave de son histoire

 

L’attaque armée contre la Côte d’Ivoire de Septembre 2002 s’est muée en une rébellion tripode (MPCI, MPIGO et MJP) et occupait le Nord, le Centre et l’Ouest du pays. Soro, Dramane ouattara et leurs soutiens internationaux avaient tout mis en œuvre pour étouffer la Côte d’Ivoire. Les institutions de Bretton Woods ainsi que les partenaires au développement avaient fermé les robinets financiers en direction de la Côte d’Ivoire déchirée. Gbagbo devrait faire face aux charges de l’Etat, aux agressions sporadiques des mouvements rebelles, mais aussi à une campagne politico-diplomatique qui visait à faire un coup d’Etat constitutionnel à travers des accords politiques qui l’ont obligé à nommer des "supers premiers ministres". Mais grâce au budget sécurisé de Bohoun Bouabré, le Président Gbagbo a réussi à sauvegarder les structures de l’Etat. Les fonctionnaires étaient régulièrement payés et l’Etat faisait face à ces obligations vis-à-vis du secteur privé. Les universités étaient toujours ouvertes, mieux, les universités des zones Centre Nord Ouest (CNO) avaient été délocalisées dans la partie gouvernementale. Les études des grands projets publics de l’Etat ont été menées dans cette période difficile en en s’appuyant sur ses ressources internes de la Côte d’Ivoire.

 

2007-2010 : L’accord politique de Ouaga et la réunification du pays

 

 Dans le but d’obtenir le désarmement des rebelles qui n’est jamais venu, le Président Laurent Gbagbo est allé de concession en concession jusqu’à l’accord politique de Ouaga. Soro est nommé Premier Ministre et forma son gouvernement le samedi 7 avril 2007, dans lequel figurait l’ingrat Diby Charles en qualité de Ministre de l’Economie et des Finances. Avec ce semblant de paix, surtout puisse que Gbagbo continuait de payer la dette extérieure à hauteur de 500 milliards de FCFA par an, les institutions de Bretton Woods ainsi que les autres partenaires au développement ont renoué avec la Côte d’Ivoire. Gbagbo va avancer dans sa politique d’électrification rurale et avec l’appui accordé aux conseils généraux, des écoles, des hôpitaux et d’autres infrastructures sont construites en milieu rural. Il a engagé les grands travaux du transfert effectif de capitale politique à Yamoussoukro. La rigueur de gestion des finances publiques installée depuis Bohoun Bouabré et dont hérita Diby charles en 2007 lui ont valu les distinctions de Financial Times et Emerging Markets le 12 février 2010.

 

Koffi Diby doit être animé d’une mauvaise foi et d’une ingratitude cruelle pour prétendre que la "Côte d’Ivoire a produit la pauvreté" dans une période où il a, lui même, bénéficié de la plus haute distinction de sa minable carrière. On est mesure de croire que l’ingrat Ministre de l’Economie et des Finances Diby Charles a été entouré des braves collaborateurs tels que Djédjé Mama, DG du trésor public en son temps, qui lui ont permis d’engranger des éloges internationales.  Les ivoiriens attendent que Diby Charles et son président "désigné" proposent des "solutions", mais en lieu et place, ce sont des licenciements, des flambées de prix , des tueries…. Dramane Ouattara et son Ministre n’arriveront jamais à égaler la performance de Gbagbo réalisée en temps de crise et sur ressources internes à la Côte d’Ivoire. GBAGBO KAFFISA !!!!

Alain Doh Bi. www.facebook.com/alain.dohbi


Koffi Diby Charles, Ministre de l'Economie et des finances de Ouattara. Il occupa ce poste sous Gbagbo depuis le 7 avril 2007

Economie, Diby Charles, Afrique

15:30 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Commentaires

"De 2004 à 2010, la Côte d’Ivoire a produit la pauvreté". Je crois que c'était mieux pour lui de dire:GBAGBO a produit la pauvreté. En fait ce lapsus indique que cet homme n'a pas seulement de la haine pour L. GBAGBO; mais en plus, il n'a aucun amour pour la mère patrie qui lui a tout donné. Ils ne finiront pas de nous étonner ces gens là. J'ai toujours pensé que celui là serait le dernier à s'attaquer au volet financier de la gestion de cette période, dont il a bénéficié plus que largement. Visiblement, je me suis planté. C'est désespérant avec ces sorciers là.

Écrit par : Epiphanie Sanseu | 18/07/2012

Les commentaires sont fermés.