topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

22/04/2015

Assassinat de Joël Tiémoko: Un an après, le FRCI assassin et ses chefs toujours en liberté

Joel Tiemoko tué par un FRCIABIDJAN: 21 avril 2014- 21 Avril 2015: Il y a 1 an, un FRCI en service à la BAE et détaché à la garde d'un site immobilier à Locodjro abattait, à bout portant d'une balle dans la tête, le jeune Joël Tiémoko parce qu'il a déféqué sur le site gardé par le FRCI. Le FRCI assassin n'a jamais été arrêté.

 

M. Ange Kessi Bernard Kouamé, Commissaire du Gouvernement, lors d'une conférence de presse animée le mercredi 24 mai 2014 au siège du Tribunal Militaire d'Abidjan (TMA) annonçait, sur cet assassinat:".... Un FRCI en service à la BAE et détaché à la garde d'un site immobilier à Locodjro découvre à 22h un jeune homme âgé de 18ans nommé Tiémoko Joël, en train de faire ses besoins. Il l'arrête, le brutalise et l'attache et à l'aide d'une cordelette, il le frappe de plusieurs coups avant de lui tirer une balle dans la tête, à bout portant. Le FRCI s'enfuit, après cet acte ignoble. Les enquêteurs sont à sa recherche pour l'arrêter et le traduire en justice. Ce militaire ne répondra pas seul devant la justice. Ses chefs vont comparaître pour expliquer comment et pourquoi ils engagent un militaire à la surveillance d'un site immobilier alors que l'autorité militaire l'a interdit? Des militaires pour avoir gardé des personnalités sans autorisation", a déclaré Ange Kessi.

Un an après, ni le FRCI, ni ses chefs ne sont traduits en justice. Ainsi va la Côte d'Ivoire sous Ouattara.

Un mouvement dénommé "Mouvement Justice pour Joël Tiémoko" est né sur les réseaux sociaux pour réclamer que justice soit rendue.

Vidéo : Pascal AFFi N’Guessan et une délégation du FPI rendent visite le 28 avril 2014 à la famille de Joël Tiémoko, le jeune assassiné par un FRCI: 

 

La délégation du Gouvernement chassée par la population lors des obsèques de Joël Tiémoko, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 Avril 2014

10:19 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

20/04/2015

L'Etat-Major échoue dans le déguerpissement de la Milice du Camp BAE de Yopougon GESCO

Milice ProOuattara, Milice proOuattara Yopougon Gesco, BAE Gesco occupée milice proOuattaraABIDJAN : Cette Milice proOuattara occupe le Camp de la Brigade Anti-Emeutes (BAE) de Yopougon Gesco depuis avril 2011 au moment des combats de la crise postélectorale ivoirienne. Selon des sources proches de la hiérarchie des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), l’Etat-Major des Armées a décidé de déloger les Combattants proOuattara occupant le Camp BAE de Yopougon Gesco, ce lundi 20 Avril 2015. Mais l’opération de déguerpissement des milices proOuattara de ce camp qu’elles occupent depuis avril 2011 s’est soldée par un échec, ont ajouté les mêmes sources.

« Les combattants proOuattara qui occupent le Camp de la BAE Yopougon Gesco sont lourdement et bien plus armés que les Généraux FRCI et leurs éléments venus, ce matin, les déguerpir. Les occupants du Camp ont simplement refusé de quitter les lieux », a avoué un habitant du quartier témoin de l’infructueuse opération de déguerpissement.

Devant ce refus des milices proOuattara de quitter le camp de la BAE, les éléments envoyés par l’Etat-Major des Armées ont préféré les laisser dans ce camp.

 

Pour rappel, le Camp de la BAE Gesco a été investi et occupé par les forces proOuattara en avril 2011. De cette base, les milices proOuattara patrouillaient dans toute la Commune de Yopougon commettant les pires formes de violations de droits humains sur les populations civiles accusées d’être proGbagbo.

Voir la vidéo de 11 jeunes proGBAGBO exécutés par les milices proOuattara occupant la BAE de Yopougon Gesco, en Avril 2011:

 

18:54 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | | |

17/04/2015

L’ONU se dit "Très préoccupée" par les violences xénophobes en Afrique du SUD

Afrique du Sud manifestations xénophobes, HCRLe Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) s'est dit «très préoccupé», ce vendredi, par des violences xénophobes qui secouent l'Afrique du Sud depuis trois semaines.

 

Des chaînes internationales rapportent, vidéos à l’appui, que depuis 3 semaines, l’Afrique du Sud est en proie à des manifestations xénophobes au cours desquelles des sud-africains prennent pour cible des « étrangers » en détruisant et brûlant leurs maisons et boutiques. Ces manifestations ont entraîné des morts et des centaines de déplacés dans le rang des réfugiés vivant en Afrique du Sud, d’où la sortie du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

18:03 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

Un Imam et la "mère des Microbes" dévoilent la Milice proOuattara "Microbes"

Microbes d'Abobo, Milice proOuattaraABIDJAN : La description que fait l’Imam Diaby Almamy des éléments de la Milice « Microbes » montre tout net que les « Microbes » sont une « Milice proOuattara ». Ci-après les propos de leader religieux, recueillis le mois dernier :

Diaby Almamy (Imam de la mosquée Ifpg au Plateau): A propos des "Microbes"
"Il faut le dire. C’est une affaire qui concerne trois types d’enfants. Il y a celui des ex-combattants, celui des enfants qui ont servi d’indicateurs pendant la crise et ceux qui ont intégré ces groupes juste par suivisme. Mais, le fond du problème est purement politique. Le politique a utilisé ces enfants pendant les heures chaudes où il fallait trouver le moyen de faire partir le président Laurent Gbagbo. Et, une partie de ces enfants brûlaient les pneus, participaient aux opérations ville morte. Ils paralysaient tout le système dans les communes d’Adjamé, d’Abobo et d'Attécoubé. Aujourd’hui, ils ont vu que la situation s’est normalisée. Et, ceux qui les mettaient dans la rue sont aujourd’hui à l’aise pendant qu’eux souffrent. C’est l’une des parties du problème. Il y a aussi le cas des ex-combattants. Des enfants se sont battus avec eux pendant la crise. Ils avaient entre 18 et 25 ans. Et maintenant qu’on doit s’occuper d’eux, on leur dit qu’ils ne savent ni lire, ni écrire. Ils ont donc décidé de constituer un bloc à Attécoubé. Des gens bien connus aujourd’hui, qui ont participé à la rébellion, aujourd’hui des hauts gradés, manipulent ces enfants. Quand ces enfants prennent des portables, des bijoux de valeur, ils viennent les remettre à ces soi-disant chefs. La plupart de ces enfants sont des ressortissants des pays voisins. Pour beaucoup, ils ne sont pas Ivoiriens. Il y a des Maliens, des Guinéens, des Burkinabés. Le chef d’Attécoubé par exemple est Burkinabé. Son second est Malien. Tous ceux-là sont soutenus par des chefs de guerre. Il ne faut surtout pas oublier ce côté..." a déclaré l'Imam.

 

A en croire aux déclarations de cet homme religieux, les « Microbes » sont une milice proOuattara issue du commando invisible, force proOuattara qui a sévit à Abobo lors de la crise postélectorale.

 

Microbes d'Abobo, Milice proOuattara, Mère des Microbes d'AboboDéjà en avril dernier, « Le Mandat », un quotidien proOuattara faisait parler une dame comme la « Mère des Microbes d'Abobo». Cette damme avouait : « Il y a 50 clans de Microbes à Abobo ». Si donc la seule commune d’Abobo compte 50 clans de cette redoutable Milice, il faut donc craindre pour la sécurité des populations ivoiriennes quand nous savons que Attécoubé et Adjamé Bromakoté ont leurs clans de « Microbes ».

 

Les opérations des « microbes » à Abobo et dans les communes environnantes renvoient aux pratiques des milices proOuattara lors de la crise postélectorale de 2010. 

 

 Comme par exemple ce Mercredi 15 Avril 2015. Armée de Kalach, de Pistolets, de machettes et de gourdins, la Milice proOuattara dénommée "Microbes" opère en plein jour sur le Boulevard Latrille d'Abidjan II-Plateaux. La police ne peut rien.

Voir la vidéo de l'Opération punitive des "Microbes d'Abobo" sur les II-Plateaux, Boulevard Latrille, 15 avril 2015, Cliquez sur ce lien

14:44 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |