topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

26/11/2014

A peine est-il arrivé au Maroc que les marocains exigent le départ de Blaise Compaoré

Blaise Compaoré indésirable au Maroc, Blaise Comaporé quitte la Côte d'Ivoire, Blaise Compaoré, Ouattara, Rébellion de 2002Blaise Compaoré est déjà persona non grata au Maroc. Officiellement annoncé le 21 novembre 2014 en terre marocaine par les autorités du royaume chérifien pour un "séjour d’une durée limitée", sans donner de précision sur la durée de ce qu’il convient d’appeler un "séjour-exil-forcé", Blaise Compaoré est la cible du peuple marocain.

Plusieurs organisations et partis politiques dont le Parti Socialiste Unifié (PSU) et la Voie Démocratique (VD) sont déjà montés au créneau pour dénoncer la présence de l’ex-président Blaise Compaoré au Maroc. Le PSU de Nabila Mounib estime qu’en accueillant l’ex-locataire du palais de Kosyam, "le Maroc pourrait être traité de complice des crimes commis par Blaise Compaoré durant ses 27ans de pouvoir". Quant à la Voie démocratique de Mustapha Brahma, elle exige "l’expulsion pure et simple de l’ex-Président Blaise Compaoré" du Maroc. Des sources marocaines dignes de foi rapportent même que l’opinion marocaine est dans sa majorité en désaccord avec cette présence encombrante. Elle craint que "le Maroc soit perçu comme une terre d’asile pour d’anciens dictateurs", avec en trame de fond le séjour au Maroc de l’ex-président zaïrois Moboutou Sese Seko.

Le weekend dernier, le chef d’Etat ivoirien Ouattara était loin d’imaginer qu’en exfiltrant son ami Blaise Compaoré de la Côte d’Ivoire à bord de son Jet présidentiel vers le Maroc, les problèmes de l’ex-homme fort de Ouagadougou iraient de mal en pis.

 

Jamais deux sans trois, Michel Kafando, le Président de la transition militaro-civile du Burkina Faso a demandé en fin de semaine dernière que "des enquêtes soient ouvertes sur les circonstances de l’assassinat de Thomas Sankara". En outre depuis la mi-novembre 2014, une pétition exigeant que "Blaise Compaoré soit jugé pour ses crimes" circule sur les réseaux sociaux. On peut dire sans se tromper après que le peuple burkinabé l’ait chassé le 31 octobre 2014 du Palais de Kosyam que commencent les déboires du dictateur Blaise Compaoré.

00:06 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

25/11/2014

Images de Compaoré quittant la Côte d’Ivoire pour le Maroc à bord du Jet présidentiel de Ouattara

Blaise Comaporé quitte la Côte d'Ivoire, Blaise Compaoré, Ouattara, Rébellion de 2002Blaise Compaoré, l’hôte encombrant de Ouattara, a été logé et blanchi pendant plus de 20jours en Côte d’Ivoire aux frais du contribuable ivoirien à la résidence officielle des hôtes de Yamoussoukro. Comme si cela ne suffisait pas, Ouattara continue d’enfoncer le clou. Sentant la fronde des patriotes ivoiriens et d’ailleurs contre la présence en terre ivoirienne de Blaise Compaoré son parrain et co-financier de la rébellion du MPCI, MJP et MPIGO en 2002, Ouattara a affrété son jet présidentiel le 20 novembre dernier pour exfiltrer l’ex-président Compaoré et sa famille de la Côte d’Ivoire vers le Maroc. Bien évidemment, tout frais payé par la Côte d’Ivoire.

Selon nos sources, l’ambiance sur le tarmac lors du départ de Blaise Compaoré pour le Maroc était ahurissante. Le président déchu a eu droit à une haie d’honneurs, on ne sait à quel titre. Pis, les agents de Ouattara n’hésitaient pas à faire des courbettes devant le dictateur déchu, alors que le 31 octobre 2014, le peuple burkinabé s’est débarrassé du dictateur Compaoré après 27ans de règne. L’attitude du régime Ouattara envers Blaise Compaoré ne surprend personne. Ce n’est un secret pour personne, Blaise Compaoré a formé et co-financé la rébellion proOuattara qui a attaqué la Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002. Il s’agit pour Ouattara et ses rebelles aujourd’hui au pouvoir, de remercier leur parrain fraîchement chassé par le peuple burkinabé. C’est pourquoi Ouattara  lui-même n’a pas manqué d’indiquer que « Blaise Compaoré restera en Côte d’Ivoire aussi longtemps qu’il voudra ». Que s’est-il passé entre temps, pour que Ouattara soit contraint d’exfiltrer son ami de la Côte d’Ivoire à bord du Jet Présidentiel ? Une chose est sure, ce volte-face de Ouattara est certainement lié, d’une part au mouvement de protestations décidé par la jeunesse ivoirienne contre la présence de Compaoré en Côte d’ivoire et, d’autre part aux décisions de Michel Kafando, chef d’Etat burkinabé de la transition militaro-civile, d’ouvrir des enquêtes sur les circonstances de l’assassinant de Thomas Sankara.

 

 

Pour rappel, le dictateur Blaise Compaoré a été chassé le 31 octobre 2014 par un mouvement populaire des burkinabés, alors qu’il tentait de modifier la constitution pour briquer un autre mandat après 27ans de pouvoir sans partage.

11:30 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

22/11/2014

Le FPI fait des dons de kits scolaires aux enfants des détenus politiques

FPI, dons de kits scolairesABIDJAN: Le vendredi 21 novembre 2014, au siège provisoire du Front Populaire Ivoirien (FPI) à la Riviera Attoban, le Parti du Président GBAGBO a apporté son soutien aux enfants des détenus politiques en leur offrant des kits scolaires, dans un contexte de gel des avoirs des principaux leaders du FPI. 

Cette cérémonie s'est déroulée avec la présence effective du Président Pascal Affi N'Guessan et du Secrétaire National Michel Gbagbo en charge de la politique pénitentiaire et des détenus.

Il faut noter que plus 700 détenus politiques proGbagbo croupissent dans les goulags du régime Ouattara, depuis près de 4 ans sans jugement.

09:18 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |

18/11/2014

18nov2014, 10h, Mouvement de FRCI en colère à BOUAKÉ. Banques, écoles et commerces fermés

BOUAKE, Colère des FRCI à Bouaké, Ouattara, Rébellion Forces nouvellesBOUAKÉ : L’ex-fief de la rébellion des Forces Nouvelles est à nouveau en ébullition ce mardi 18 Novembre 2014 à 10h GMT.

Selon le correspondant de DeboutCiv dans la ville, des hommes en tenues militaires identifiés comme des FRCI manifestent, armes aux poings, dans les rues de BOUAKÉ. «C’est le sauve-qui-peut, ici, depuis ce matin. Les banques, les commerces et les établissements privés comme publics ont fermé les portes pour éviter d’être pris pour cible par les FRCI en colère contre le Gouvernement Ouattara», a rapporté le Correspondant de DeboutCiv à BOUAKÉ.

La semaine dernière, la presse ivoirienne rapportait déjà des bruits de bottes dans les casernes militaires du Chef-lieu de la Région du Gbêkê. Des officiers de l’armée envoyés par le régime Ouattara pour calmer les militaires auraient même été séquestrés, selon des quotidiens dignes de foi. Le mouvement de colère des FRCI, ce matin à BOUAKÉ, était quelque peu prévisible.

 

Quatre années que dure la forfaiture de Ouattara, "l’homme de la communauté internationale" n’arrive pas à maîtriser les criminels de guerre qu’il a employés, avec l’appui de la France, pour renverser le Président GBAGBO. C’est le moins qu’on puisse dire, puisse que les FRCI mécontents de BOUAKÉ sont à ce jour à plus de dix (10) mouvements de colère. Et ce sont toujours les pauvres populations ivoiriennes qui en payent le prix. Hélas !!

11:06 Écrit par Alain Doh Bi | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | |